BOOKKYUDEN EDITIONS

Le courage de choisir le cœur

Publié le 19 juin2019

Bookkyuden edition se devourir 04 le courage de choisir le coeur

Image par pixel2013 de Pixabay

Bonjour à vous !

En 2015, j’ai écrit la première ébauche d’un roman qui s’inscrit dans un univers assez complexe, si je puis dire. Au départ, je ne l’avais pas du tout écrit dans le but de l’éditer mais uniquement pour me prouver que j’étais capable de le faire. Mais quelques semaines après, je n’avais qu’une envie : le retravailler pour lui donner une forme plus aboutie. Pourtant, il y a quelque chose qui me disait que je pouvais faire beaucoup plus que cela.

À cette même période, je ne savais pas vraiment vers quelle direction j’allais diriger mon avenir professionnel. J’étais au chômage et je postulais à droite et à gauche sans arriver à décrocher un emploi. Et puis, un matin de mai 2015, j’en ai eu assez.

Je venais de trouver une offre d’emploi qui correspondait parfaitement à mon profil. Je m’apprêtais à poser ma candidature quand je suis resté en stop devant mon traitement de texte. Face à mon écran, j’étais incapable de rédiger ma lettre de motivation. Non pas que j’étais incapable de le faire – j’en avais déjà fais beaucoup auparavant. Mais je ne savais absolument pas quoi mettre dedans, pour la bonne et simple raison que je n’avais aucune motivation pour postuler à cet emploi. Là, j’ai pris conscience de quelque chose qui m’a profondément dérangé.

Ne trouvais-je pas de travail parce que je n’avais pas de chance à cause de la crise économique – elle  a bon dos la crise – ou  parce que je n’avais aucune envie de travailler pour quelqu’un d’autre ?

J’ai compris que cela venait de moi et non pas d’une quelconque crise économique. Je savais me conformer aux directives que l’on pouvait me donner ; dans les postes que j’avais occupé avant, mon travail était toujours apprécié. On m’avait à chaque fois proposé un CDI que j’avais à chaque fois décliné.

Pourquoi ?

Tout simplement parce qu’une petite voix m’avait toujours dis : «Ce n’est pas pour toi, tu es destinée à faire autre chose.» Même si je n’avais jamais voulu le reconnaître auparavant, je savais que cette voix avait raison. J’ais toujours su, et cela depuis l’enfance, que j’étais faite pour diriger ma propre entreprise.

Avec un tel constat, la déprime n’a pas mis longtemps à venir. Mais dès l’après-midi je me suis ressaisi – je n’ai jamais été très longue à rebondir après un méchant coup de déprime.

ChoupieS : Ça c’est grâce à moi !

Oui, en partie ChoupieS.

ChoupieS : Comment ça en partie ? -_-

Je me suis installée à mon bureau et ai décidé de ne pas en bouger tant que je n’aurais pas trouver vers quoi je voulais me diriger. Mais attention, il ne s’agissait plus de choisir une voie et de tâtonner pour voir si cela pouvait convenir. Non ! Là, ma décision était de trouver LA voie véritablement faite pour moi et de la suivre jusqu’au bout. Je sentais que la réponse était sous mon nez et qu’il ne me fallait qu’une seule chose : du courage. Le courage de faire le choix du cœur et non de la raison.

J’ai posé la situation dans laquelle je me trouvais : Célibataire, sans enfant, vivant toujours chez mes parents. OK ! Sachant que j’avais toujours voulu être à mon compte est-ce qu’il n’était pas judicieux de tenter dès maintenant de me lancer enfin ?

D’accord ! Me lancer mais dans quoi ?

J’ai cherché pendant des heures dans ce qui me plaisait sans trouver un projet qui me tenait suffisamment à cœur pour tenter l’aventure de l’entrepreneuriat. Je faisais aller et venir ma chaise quand mon regard se porta sur une grosse chemise qui trônait depuis plusieurs semaines sur l’étagère, à côté de moi.

Je pris la chemise et la plaçait devait moi. Elle contenait le roman que j’avais écrit. J’ai su à ce moment-là ce que je devais faire. Toutefois, je crois que je ne voulais pas le voir. Ça a donné un dialogue intérieur que je vous retranscris ci-dessous :

« — Et si je publiais mon roman ?

— Mais non voyons, je ne suis pas écrivain. Ça n’intéressera personne. En plus, le monde de l’édition est beaucoup trop fermé. Je n’arriverai jamais à percer. Et puis, il faut que je gagne ma vie et c’est pas en étant écrivain que je pourrais payer mes factures.

— Oui, mais quand même j’ai tout un univers qui dort depuis plus de quinze ans et qui n’attend que ça d’être enfin exploité.

— Mais non. Aucune maison d’édition ne l’acceptera de toute façon. Ils prennent de moins en moins de risque avec les jeunes auteurs. Alors pourquoi moi ?

— Sauf que je suis faite pour ça, pour raconter des histoires. N’est-ce pas ce que j’ai toujours voulu ? Ne disais-je pas que ce que je voulais c’était d’apporter de la joie aux autres en les divertissant ? (Alors depuis de ce côté, il y eu un peu de changment que je vous explique dans la vidéo "Quelle est l'utilité de mon travail ?")

— Si, c’est ce que j’ai toujours voulu. Faire rêver les autres et leur donner le sourire. Et puis explorer le monde et rendre compte de mes résultats.

— Alors j’attends quoi au juste ? J’ai l’occasion de réaliser mon rêve. Bouge-toi, ma fille ! J’ai plus aucune excuse pour ne pas me lancer dans l’aventure.»

C’est vrai, je n’avais aucune excuse pour ne pas me lancer.

Choisir le métier d’écrivain est un choix de cœur que j’ai accepter de faire. Il m’a fallut beaucoup de courage pour prendre cette décision, aujourd’hui je m’en aperçois.

À l’époque, je ne savais pas à quel point cela allait changer ma vie mais surtout la vision que j’avais de moi-même et de tout ce qui m’entourait.

En faisant le choix du cœur, je peux dire sans exagérer que je me suis sauver la vie. J’ai eu pas mal de déconvenue. J’ai versé beaucoup de larmes. J’ai douté un nombre incalculable de fois. Je me suis dévalorisé à de nombreuses reprises. Mais, j’ai aussi rencontré de belles personnes. J’ai découvert des forces que je ne me connaissais pas. J’ai appris à me connaître aussi. J’ai réappris à apprécier les petits rien de la vie et à accepter cette petite voix qui ne veut que m’aider dans mon parcours.

Alors pour rien au monde, malgré les difficultés et les sacrifices que cela a demandé, et demandera encore, je ne regretterai mon choix de l’époque. J’ai eu raison  et je suis fière de mon choix.

À bientôt.

Bye, bye.

 

Bookkyuden edition se decouvrir 04 le courage de choisir le coeur citation

Image de fond par Free-Photos de Pixabay


 Vous avez aimé cet article et vous souhaitez conaître l'actualité de BOOKKYDUEN ÉDITIONS ? Rejoignez-nous !

NEWSLETTER

E-mail

INFORMATION IMPORTANTE SUR LA NEWSLETTER

Dès que vous aurez saisi votre adresse, vous recevrez un e-mail de confirmation. N'oubliez pas de confirmer votre adhésion à la newsletter pour la recevoir.

Si le mail ne se trouve pas dans votre boîte de réception, regarder dans vos spams.

À très vite !

RETROUVEZ BOOKKYUDEN ÉDITIONS SUR :

 


Vous souhaitez partager notre article ou nous faire savoir ce que vous en avez pensé, ces outils sont à votre disposition, profitez-en .