BOOKKYUDEN EDITIONS

Le grand bain après un deuil

Faire face à la disparition d’un proche ébranle tous les fondements. Se remettre dans le bain des projets d’avenir après un deuil est loin d’être chose facile. Il n’y a pas de recette miracle mais vivre sa vérité permet de choisir la meilleure voie pour soi.

Bookkyuden edition se decouvrir 05 le grand apres un deuil

Image by peter jung from Pixabay

Bonjour,

Le chemin vers ces mots a été difficile à retrouver et il me semble que je suis encore un peu perdue. Mais parce qu’il faut bien commencer quelque part, c’est par cette voie que j’ai décidé de reprendre tout doucement mais sûrement le chemin de mes projets.

Je ne me fais aucune illusion. Les choses ne seront plus jamais les mêmes qu’elles l’étaient avant le 20 juin 2019.

À cette date, j’ai perdu la personne qui m’était la plus chère au monde. C’est à cette date que j’ai dit au revoir à ma petite maman.

En écrivant ces mots, je ne peux m’empêcher de verser quelques larmes en y repensant. Cet événement, bien que datant d’un peu plus de six mois est gravé au fer rouge dans mon cœur et le sera durant tout le temps où je vivrai ; car, j’ai compris qu’on ne faisait jamais le deuil d’une personne qui nous est aussi proche. On apprend seulement à vivre avec ; à aller de l’avant en chérissant les meilleurs moments passés ensemble.

En perdant, ma mère j’ai compris qu’au delà du manque de sa présence à mes côtés chaque jour, il me faudrait faire le deuil de la personne que j’étais jusque là. Ceci pour le meilleur de mon existence.

J’ai 35 ans et pourtant je me sens encore comme une petite fille perdue. Ou plutôt, c’est ce que cette épreuve m’a dévoilé de qui j’étais encore et que je ne voulais pas voir.

Mais heureusement, la VIE m’a aidé – en s’attaquant aussi à ma santé – à comprendre ce schéma dans lequel je baignais depuis ma plus tendre enfance. En me blessant, la Vie a seulement voulu me montrer les failles de mon cœur et de ma personne pour que je les prenne en compte afin de leur accorder l’attention nécessaire pour les guérir.

Aujourd’hui, j’ai vu certains de ces mécanismes et c’est pourquoi je peux revenir vers vous pour vous les partager.

Après tout, ne vous avais-je pas dit que j’étais une aventurière des vérités alternatives, qui a pour but d’expérimenter puis de vous rendre compte de ce qui a été vécu ?

Ainsi, j’avais envie de vous partager mes interrogations quant à ce que je pourrais faire pour revenir dans ce grand bain des projets.

Est-ce que je dois reprendre où je m’étais arrêté ?

Est-ce que je peux reprendre les mêmes projets ?

Est-ce que je dois en commencer de nouveaux ?

Comment faire pour me remettre en selle ?

Par quelles actions débuter ?

Je ne vous donne ici qu’un petit échantillon des questions que je me suis posée.

Très sincèrement, je n’ai pas vraiment de réponse à vous donner, car je n’ai pas d’idée arrêtée. Est-ce que cela m’inquiète pour autant ?

Ces questions reflètent parfaitement l’inquiétude concernant mon activité professionnelle.

Faire de sa passion son métier ne veut pas dire s’affranchir de toute peur face à l’avenir. Jusqu’à il y a quelques jours, je doutais encore fortement d’avoir pris la bonne décision en choisissant la voie de l’écriture.

Je ne doute plus de ce choix à présent et rien que cela constitue une victoire et surtout me permet de dépasser ces interrogations pour aller vraiment de l’avant.

Par exemple, à la question «Comment faire pour me remettre en selle ?», vous serez étonnés de constater qu’il n’y a pas de bonnes ou mauvaises  réponses.

Ce matin, devant mon agenda, j’ai compris que la meilleure manière de répondre à cette question n’était pas de me la poser, mais de vivre ma vérité et donc de la partager avec vous.

Je ne m’étais pas levé en me disant que j’allais écrire un article et vous le publier. Je ne le savais pas avant de me rendre compte que me remettre dans le bain voulait dire vous partager cet état d’âme, tout simplement, en utilisant mon mode d’expression favori, l’écriture.

C’est peut-être un peu moins «branché» que le support vidéo, mais me concernant c’est le mode où vous me retrouverez de la manière la plus authentique qui soit.

J’aime parler, là n’est pas le problème et je ne doute pas de refaire des vidéos dans un futur plus ou moins proche, mais j’aime la force des mots posés par écrit. Et puis pour moi, l’écriture fait partie des outils thérapeutiques les plus puissants qui existent. Écrire aide à faire sortir et à acter ce que porte notre cœur au plus profond de notre être. Notre intériorité peut s’exprimer alors sans aucun filtre. J’aime ça.

Conclusion de tout ça ?

Je vous le redis, je ne me fais aucune illusion aujourd’hui. C’était plutôt avant le 20 juin 2019 que je vivais dans un rêve illusoire. Certains projets que j’envisageais de mettre en place n’existaient que par peur de ne pas correspondre à une certaine vision du monde partager par le plus grand nombre.

Eh oui, encore et toujours cette peur du regard des autres.

Je n’ai pas honte à vous l’avouer, bien au contraire. Ces projets ne m’enthousiasmaient pas plus que cela, mais je ne voulais pas écouter ce qui résonnait en moi, car je me disais que c’était la meilleure chose à faire pour avancer et avoir des résultats. J’avais tort de penser ainsi. La seule chose que je faisais était de m’auto-saboter une fois de plus.

Aujourd’hui, ces projets sont morts avec beaucoup d’autres choses, car ils ne me correspondaient pas du tout. D’autres étaient en arrêt, pour la bonne et simple raison que je n’avais pas la maturité suffisante pour les porter.

Les choses sont en train de changer et je compte bien prendre en compte ce qui émerge en moi. Et ainsi, faire les choix du cœur et non ceux d’une pseudo raison basée sur une soi-disant «bonne pensée».

Me remettre dans le grand bain signifie pour moi chercher ce qui m’anime vraiment et le réaliser. Autrement dit : émettre une intention dans l’authenticité de mon intériorité et la transmettre à ma conscience pour qu’elle utilise et trouve les moyens nécessaires à sa réalisation dans la matière.

Vous trouvez ça obscur ?

Pas de soucis, je vous en reparlerai plus en détail quand l’occasion se présentera.

Sur ces bonnes paroles, je vous laisse et parce qu’il me plaît de le faire ici et maintenant et non en début de cet article, je vous souhaite une bonne entrée dans cette année 2020 qui devrait être pleine de surprises : bonnes ou mauvaises, peu importe, car quoiqu’il arrive c’est pour nous permettre d’avancer.

On parlera de ça la prochaine fois.

Portez-vous bien et à très vite,

Lydie.

 

Bonus

Bookkyuden edition se decouvrir 05 le grand apres un deuil

Parlons symbole

Au Japon, le lycoris radiata (Higanbana, la fleur de l’équinoxe) est considéré comme la fleur de l’au-delà. Elle répond d’ailleurs à différents noms comme « la fleur de l’Enfer », « la fleur des spectres » ou encore « la fleur orpheline ». La légende raconte que le chemin menant dans l’autre monde est bordé par des lycoris, sa couleur rouge flamboyant permettant aux morts de trouver leur chemin vers leur réincarnation. Elle est notamment utilisée dans l’anime japonais « Jigoku Shoujo » (La fille des Enfers) des studios Deen.

Quant au papillon, il représente l’âme des défunts rendant visite à leur proche. Mais pas seulement. L’insignifiante chenille qui peut paraître imparfaite, voire répugnante, se terrera dans sa chrysalide pour ensuite donner naissance à un magnifique papillon. Ainsi, le papillon est un des symboles de la transformation de l’âme. Bien sûr, il est loin d’être le seul.

À bientôt.

 

Bookkyuden edition se decouvrir 05 le grand bain apres un deces 1

Image by Jaesung An from Pixabay


 

Philosophie de vie Histoire de vie

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !