BOOKKYUDEN EDITIONS

Le Mental ou le Cœur ?

J’ai souvent tendance à donner au Mental des fonctions qui incombent au Cœur. Évidemment, cela ne peut rien donner de constructif.

Bookkyuden edition lecons de vie 01 le mental ou le coeur

Image par Rafael Javier de Pixabay

Bonjour à vous !

Nouvelle semaine, nouvelles questions.

Tout comme lundi dernier, j’ai commencé cette semaine avec la même question : que vais-je faire de ma journée et implicitement de toute ma semaine ?

J’ai trouvé ça un peu rengaine, car comme la semaine précédente, je n’avais aucune réponse concrète à donner. On reprend les mêmes et on refait un petit tour de manège du type : «Au secours, venez me sauver, je n’y arriverai jamais bouh...ouh...je suis une pauvre petite chose à qui la Vie en veut, car elle ne lui dit pas ce qu’elle doit faire bouh...ouh...».

Comme vous pouvez vous en douter, j’en ai eu marre, je vous l’ai dit c’est un peu rengaine et quand un refrain se répète trop souvent la meilleure chose à faire est de passer à la chanson suivante. Ce que j’ai fait.

Je me suis dit que la chanson suivante correspondait à l’arcane majeur 12 du Tarot,  le Pendu. Dans cet arcane majeur, le Pendu a la tête en bas puisqu’il est pendu par les pieds.

Plus précisément, j’ai en tête l’image du Pendu dans le Tarot Wheel of the Year. On peut y voir un homme dans un paysage hivernal pendu par les pieds certes, mais dont les jambes sont prises dans la glace. Or, non loin de lui, près de sa tête il y a une petite fleur qui a trouvé de la lumière pour pousser malgré cette neige. En regardant cette fleur, on remarque qu’en réalité l’hiver est en train de céder la place au printemps.

L’arcane majeur du Pendu conseille de regarder les choses sous un nouvel angle quand on est figé dans une situation.

En m’appliquant la philosophie du Pendu, j’ai compris que la Vie n’était ni plus ni moins qu’en train de me donner ce dont j’avais besoin. La Vie est la meilleure enseignante que l’on puisse trouver, car elle n’hésite pas à rabâcher les choses jusqu’à ce que l’on comprenne la leçon qu’elle essaie d’enseigner.

En posant à la Vie la question : Qu’est-ce que je dois faire dans ma journée ? Elle m’a répondu en me demandant « Pourquoi est-ce que tu t’attaches tant à savoir ce que tu DOIS faire de ta journée et non ce que tu VEUX faire ? » 

Ne comprenant pas où elle voulait en venir, elle a reformulé la question en me disant : « Pourquoi est-ce que tu t’attaches à demander à ton MENTAL, alors que c’est à ton COEUR de répondre ? ».

D’un seul coup, j’ai compris qu’elle avait raison. Encore une fois, je refaisais la même erreur alors même que j’étais certaine d’avoir compris cette leçon de vie. Je repartais dans ce schéma du mental, qui est d’être toujours le plus efficace possible, non pas parce qu’il est buté, mais parce que c’est tout simplement son job.

La Vie a même été plus loin.

Elle m’a expliqué que quand j’utilisais mon mental pour une fonction qui, de base, n’était pas faite pour lui - ici c’était pour décider des activités de ma journée - alors j’ utilisais un stock de munitions inutilement. Si bien qu’au moment où mon mental devait travailler à une tâche qui lui incombait bel et bien, il s’épuisait rapidement, car j’avais déjà utilisé la plupart des cartouches.

À ces moments-là, j’étais dans l’incompréhension la plus totale, car je n’avais pas l’impression d’en avoir trop demandé à mon mental. Non ! C’est même pire que cela. Je n’avais même pas compris que j’étais dans une dualité de moi-même, dans laquelle j’avais donné toute la place à mon mental et relégué mon coeur dans une réserve fermée, avec une clef que j’avais mise à un endroit dont je ne me rappelais plus.

Je vous partage une démonstration que j’ai en tête.

Comme m’a dit la Vie, la tâche « Quelles sont mes activités pour aujourd’hui ? », incombe au Coeur. J’imagine que cette tâche monopolise 40% de l’activité du Coeur. (Bien sûr quand je parle du Coeur, je ne parle pas de l’organe, on est d’accord que je suis en train de parler du Coeur qui est relié à l’intuition, etc.)

Pendant ce temps, le Mental, lui, utilise déjà environ 60% de ses capacités en allant piocher dans ma mémoire que je dois étendre mon linge, prendre un rendez-vous médical. Il utilise également mes fonctions d’écriture. Me dit que je dois aller aux toilettes, que j’ai faim et que je dois aller me nourrir, que j’ai une amie à appeler. Me fait me gratter le dos parce que...ça gratte, etc. Or, sur tout ça, j’arrive avec mes gros sabots et lui demande qu’elles sont mes activités du jour, alors que c’est une question que j’aurais dû poser au Coeur.

Le Mental toujours prompt à l’efficacité prend en compte cette nouvelle question et ainsi se charge non pas de 40% supplémentaires, mais peut-être de 60%. Car 40% c’est pour le Coeur qui a pour mission de base de répondre à cette question. Le Mental n’étant pas fait pour, il est obligé de monopoliser davantage de ses capacités pour le faire. Aussi, j’utilise 120 % de mon mental et le mets en surcharge.

Bien sûr, ce n’est qu’une hypothèse qui m’est venue comme ça avec des chiffres bidons, mais elle me permet de me rendre compte que je sollicite beaucoup trop mon mental qui prend toujours plus de charges qu’il ne devrait, jusqu’à craquer et faire intervenir l’Ego qui dit «Tu vois, tu es incapable de faire les choses». Et patatras ! Adios, la confiance en soi ; tout ça parce que j’ai relégué mon coeur au second voire troisième plan, au lieu de l’utiliser  de manière coordonnée au Mental.

Cela fait des années que je fonctionne comme cela et bien sûr ce n’est pas du jour au lendemain que ce schéma va disparaître. Mais, la Vie m’aide chaque jour à rétablir l’ordre en m’aidant à prendre conscience des différents paradoxes dans lesquels je vis.

Conclusion : Entre le Coeur et le Mental, pourquoi choisir puisque j’ai les deux ?

Portez-vous bien et à très vite.

 

Bookkyuden edition lecons de la vie 01 mental ou coeur

Image par Pexels de Pixabay


 

Leçons de la vie La Vie Regard sur soi

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !