Tuer n'est pas jouer

Bkk couv tuer n est pas jouer

3 5

 

 

  • Auteure : Sylvie Granotier
  • Pays :  France
  • Éditeur : Albin Michel
  • Sortie : 01/02/2008
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte
  • Formats Disponibles : Papier / Numérique

4e de Couverture

L'acteur est un menteur professionnel. On le croit tant qu'il reste dans son monde de fiction, mais, s'il s'avise de s'accuser d'un premier meurtre sans cadavre et d'un deuxième accidentel, il passe pour fou. Et ça, pour une star de l'écran, c'est insupportable. Il ne lui reste plus qu'à raconter son histoire depuis le début. Sincèrement. Pour qu'on le croie, peut-être. Et qu'il découvre lui-même l'invraisemblable vérité.Sylvie Granotier connaît comme personne le monde du théâtre et ses vérités ambiguës. Elle excelle à nous perdre dans ce jeu de miroirs. Très troublant.

La Critique de ChoupieS

Un thriller psychologique modeste, mais efficace, grâce à ses personnages.

 

Résumé :

Jouer la comédie n’est pas donné à tout le monde. Or, certaines personnes sont tellement douées pour la chose, qu’elles finissent par perdre le sens des réalités. Heureusement pour Michel Leman que la providence lui met sur son chemin la jeune Juliette, qui fera tout son pos01 bkk night television tv videosible pour lui rendre la vie plus facile. Mais, est-ce vraiment une chance pour lui, ou la jeune femme lui cache-t-elle quelque chose ? Il faut dire que Michel a des choses à se reprocher. Mais, que faire quand le seul endroit où l’on est crédible n’est plus que dans la fiction ?

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture/Graphismes : 

La plume de l’auteure n’a rien de complexe et pourtant j’ai trouvé que cela manquait un peu de fluidité. À quoi est-ce dû ? J’avoue que je n’arrive pas trop à trancher. Est-ce l’intrigue qui veut ça, ou les nombreuses coquilles dont le texte est truffé ?

J’ai trouvé aussi dommage que l’auteure passe par son personnage pour nous raconter presque tous les événements, plutôt que de nous les montrer.

Je m’explique.

En utilisant la première personne, et donc la voix du personnage de Michel Leman, Sylvie Granotier nous résume les événements d’une manière passive. En faisant cela, elle met totalement de côté l’aspect dialogue qui passe au second plan. Pa02 bkk question markrfois même, on s’y perd, car le procédé va couper un dialogue en cours.

  • L'intrigue : 

De prime abord, l’histoire n’a rien d’extraordinaire, mais plus on s’y enfonce et plus on est happé dans le quotidien du narrateur avec tous ses questionnements et recherches pour découvrir la vérité.

Le rythme de l’intrigue se calque complètement sur le rythme auquel le héros vit sa vie. L’ensemble est parfaitement cohérent et amène à découvrir de plus en plus rapidement le fin mot de l’histoire.

 

  • L'univers :

On sent bien que l’auteure possède une excellente connaissance du domaine du cinéma, car c’est dans ce monde que l’intrigue se situe. Ce qui est intéressant est que cette parfaite maîtrise du domaine cinématographique permet à Sylvie Granotier de manipuler à sa guise l’univers qu’elle a créé, rendant ainsi toute sa trame parfaitement crédible. À aucun moment on ne se demande si ce qui est raconté est plausible ou non. On adhère à ce qui nous est présenté sans réserve aucune.

L’autre aspect sur lequel repose l’univers est indubitablement le personnage de Michel Leman. Mais, comme cela a attrait au dernier point de cette chronique on va y passer directement. 

  • Les Personnages :

Les protagonistes sont le fer de lance de ce livre. On sent que la personnalité de chacun d’entre eux, même des plus secondaires, a été soigneusement construite afin de nous offrir une intrigue bien montée.03 bkk film film roll theater cinema analog role

L’enfer personnel dans lequel plonge le personnage principal, Michel Leman, va articuler tout le fil conducteur de l’intrigue, comme je l’ai déjà dit plus haut. C’est par lui que l’histoire nous est racontée et c’est uniquement avec sa vision des choses que l’on voit l’ensemble. On va donc, avec lui et uniquement avec lui, profiter des différents événements. Cela implique que notre vision des choses va être faussée en fonction de la façon dont il les interprète ; nous empêchant presque de nous faire notre propre opinion. Ce qui est intéressant est que l’on est pris dans cet engrenage. Quand on se rend compte que l’on a été pris au piège, l’intrigue voit son point final arrivé.

Le personnage de Juliette est également particulièrement important même si on ne la voit que par le regard de Michel. C’est un personnage très fort. On peut même dire qu’elle est le personnage le plus fort de toute l’histoire, car elle s’impose totalement alors qu’on ne la voit que par procuration.

 

En Bref : 04 bkk tracks to hell

En bref, Tuer n’est pas jouer est un thriller qui hypnotise au point que l’on ne se rend même plus compte que l’on entre en résonnance avec la vision unique du personnage principal. Malgré un style manquant un peu de fluidité, on arrive à se complaire dans cette trame qui ne laisse place à aucune interprétation qui irait à l’encontre de ce que nous explique le narrateur.

Même si l’on peut regretter une certaine passivité dans la retranscription de l’intrigue, qui se traduit par un résumé que le personnage principal nous fait des événements, il faut reconnaître que c’est cet axe qui donne cet effet d’enfermement dans la vision de ce même personnage.

L’excellente maîtrise de l’univers donne la possibilité à l’auteur de nous immerger pleinement dans l’œuvre, ne nous faisant à aucun moment douter de ce qui nous est raconté.

Les personnages sont la valeur sûre de ce livre, et notamment celui de Juliette, dont la puissance transparaît malgré le fait qu’on ne la voit jamais que par le regard du héros. Ce dernier nous montre également son potentiel, mais également son égocentrisme en nous prenant en otage dans sa vision des choses.

 

Points Faibles Points Forts
  • Manque de fluidité
  • Retranscription passive de l’intrigue
  • Intrigue cohérente
  • Enfermement dans la vision du narrateur
  • Personnages forts et charismatique
  • Univers parfaitement maîtrisé

 

 

Notation : 

Style Écriture/Graphismes : 6/10

Intrigue : 7/10

Originalité : 6/10

Univers : 8/10

Personnages : 9/10

Moyenne Globale : 7.2/10

Sources Illustrations :

Image 1 : https://visualhunt.com/photo/1596/

Image 2 : https://visualhunt.com/photo/34133/

Image 3 : https://visualhunt.com/photo/136441/

Image 4 : https://visualhunt.com/f/photo/4062294778/8e8c0ebb4c/

 

Extraits

Extraits 1 : p.9

Le 20 juin au matin, je suis allé au commissariat du XIVe arrondissement et j’ai demandé à parler au commandant de police.

La fille au comptoir a levé les yeux, elle m’a dit, soufflée :

— Ça alors, vous êtes… ?

Et puis elle a claqué des doigts parce que mon nom ne lui revenait pas, alors que mon visage, oui. C’est chaque fois pareil, je vois les noms défiler dans leur tête sans qu’ils réussissent à trancher. Je suis « l’acteur », à défaut d’être une personne.

Elle est donc restée sans voix et a continué de me dévisager avec aplomb. Nous sommes des objets familiers qui appartiennent à tous.

J’ai repris la parole, un peu nerveux :

— C’est urgent. Vous pouvez le prévenir ?

— Qui ?

Elle tombait des nues.

— Votre chef.

— Oui, oui, bien sûr, ne quittez pas.

Et elle a décroché son téléphone.

Tu peux dire à Machuel que Michel Leman veut le voir ? Non c’est pas une blague. T’as qu’à descendre si tu me crois pas !

Et elle a levé les yeux aux ciel.

Les commandant Machuel est venu lui-même me chercher.

Son morne bureau ressemblait exactement au décor de mon premier tournage. C’était rassurant. Je veux dire, d’être dans un environnement familier.

J’ai choisi le ton le plus neutre de ma panoplie.

— Je viens de tuer ma femme.


Extrait 2 : Chap.7 p.170

Chaque fois que je voyais son adresse mail apparaître sur mon ordinateur, l’appréhension me coupait le souffle. Pourtant elle était loin et sous double surveillance puisque j’avais chargé Yves d’engager un détective privé en vue du divorce dont je persistais à penser qu’il serait, à long terme peut-être, l’issue la plus évidente. Juliette était malveillante, je n’en démordais pas en dépit des commentaires de Bruno qui avait tendance à simplifier une situation embrouillée. Je tenais à connaître mon ennemie.

Officiellement il était chargé de réorganiser le désordre de ma maison et Braconnier, tel était le nom du détective, de noter scrupuleusement ce que Juliette faisait de ses jours et de ses nuits.

Mes lieutenant étaient en place et je m’efforçai de me concentrer sur cet Hamlet dont je redoutais qu’il soit mon Trafalgar.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Albin Michel
  • Date de Publication : 01/02/2008
  • Format : 145x 225 mm
  • Nombres de pages : 272
  • ISBN : 978-2-22618-226-5
  • Prix : 18.80€

Poche

  • Éditeur : Albin Michel
  • Date de Publication : 07/01/2009
  • Format : 110x 176 mm
  • Nombres de pages : 309
  • ISBN : 978-2-25312-714-7
  • Prix : 6.60€

 

Numérique

  • Éditeur : Albin Michel
  • Date de Publication : 14/01/2009
  • Format : Epub, Mobi
  • Nombres de pages : 272
  • ISBN : 978-2-22619-612-5
  • Prix : 8.49€

Où l'acheter

Les libraires 1 Amazon Chapitre Fnac Decitre Cultura Price minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau