Ren(n)aissance

Bkk couv le butterflyland t 01

3 5Challenge

Série : Le Butterflyland (T.1)

  • Auteur : Antoine Candeille
  • Sortie : 01/06/2014

 

 

 

 

Tome suivant

Le butterflyland t 02

 

4e de Couverture

« Bienvenue à l’hôtel Jules Verne ! »

Le gros problème…c’est que je n’avais aucune idée ni de ce que je faisais dans cet « hôtel Jules Verne », ni pourquoi je venais d’être propulsé en face d’un individu à l’allure rétro-futuriste dont le regard semblait me transpercer pour pénétrer ma mémoire. Après un long silence, j’essayais pour me rassurer de l’examiner afin de savoir qui était mon mystérieux interlocuteur…et son univers enchanteur dans lequel « ce qu’un homme rêvera, un autre le réalisera ailleurs… »

Si je devais penser que le rêve est la réalité, le Butterflyland me viendrait certainement comme première idée.

 

Résumé :

Est-ce un rêve ou la réalité ? Et s’il s’agissait des deux à chaque instant. Quand Antoine Beaumont se fait accueillir dans le plus étonnant des hôtels, qui est jamais existé, il ne s’attendait pas à ne plus savoir où est le rêve par rapport à la réalité. Image 1 reves et cauchemarsQu’elles sont toutes ces étrangetés qu’il voit autour de lui ? Mais, à toute bonne chose existe son contraire. Il devra faire attention, car si les rêves peuvent prendre corps, quand est-il des cauchemars ?

 

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

La plume d’Antoine Candeille est assez paradoxale. Je l’ai trouvé aussi bien fluide que complexe à appréhender. Mais, dans l’ensemble, je ne l’ai pas trouvé désagréable. C’est surtout qu’elle correspond parfaitement à l’ambiance de l’œuvre.

Toutefois, certaines tournures de phrase sont un peu spéciales, et la ponctuation n’y est pas étrangère. De plus, il y a pas mal de coquilles restées après le travail éditorial.

 

  • L'intrigue : 

L’histoire, en elle-même, n’est pas difficile à comprendre. J’ai malheureusement trouvé que ce tome possédait un rythme saccadé. Pour le coup, on ressent parfaitement la frustration du héros, complètement perdu dans l’univers du Butterflyland.Image 2 ballons dans le ciel fantastique wallfizz 313x500

Le rythme imposé à l’intrigue est certainement ce qui m’a le plus dérangé. Pendant une bonne partie, on tourne en rond. Quand l’on fait un pas pour avancer, juste après on recule de deux autres. « On lui dit. On ne lui dit pas » c’est usant à force. Et quand enfin une éclaircie arrive, tout un tas d’événements s’enchaîne dans un rythme tellement soutenu que l’on peut à peine respirer. J’ai eu l’impression qu’il fallait se dépêcher parce que l’on arrivait à la fin du tome, mais qu’il ne fallait surtout pas que le lecteur s’en aille sans avoir vu tout ce qu'il devait voir.

Pour le coup, c’est vrai. On ne peut pas stopper ce premier tome sans avoir vu les derniers événements qui sont cruciaux pour le prochain. Mais, pourquoi ne pas les avoir distillés plus uniformément ?

Niveau originalité, ce n’est pas là que le livre se démarque le plus. Le héros est attendu un peu comme le messie pour certains, redouté par d’autres.

En revanche, ce qui est beaucoup plus intéressant c’est l’idée autour de laquelle ce que je viens de mentionner évolue. Bâtir l’histoire sur le postulat « ce qu’un homme rêvera, un autre le réalisera »,  j’ai trouvé ça vraiment sympathique, et pour le coup original. Le concept est totalement présImage 3 gare 313x500ent, et cela de la façon la plus simple, mais certainement la plus logique aussi.

Autre point positif sur l’intrigue est que, même si certaines choses ont l’air un peu cousu de fil blanc, elle est parfaitement cohérente et crédible. On a un cap de base, ensuite plusieurs petits départs de feu et on suit le tout se dérouler.

 

  • L'univers :

Alors l’univers, est certainement ce qu’il y a de mieux dans ce livre. On a un monde très…Jules Vernien si je puis dire. On ressent dans l’ouvrage qu’Antoine Candeille est un fan de l’œuvre de l’auteur.  On Image 3 5 313x500retrouve les éléments chers à Verne, les machines invraisemblables, les véhicules aériens et j’en passe. Du coup, on est complètement dans un monde appréciant le genre Steampunk, mais aussi celui de la fantasy, car le système de multivers ressemble davantage aux codes de ce denier qu’à ceux de la science-fiction.

L’univers est parfaitement maîtrisé. Je ne suis pas une adepte des descriptions, mais force est de reconnaître qu’Antoine Candeille est doué pour cela et heureusement, parce qu’il nous plonge véritablement et entièrement dans le Butterflyland.

 

  • Les Personnages :

Le Butterflyland, parlons-en un peu justement. Mais juste un peu parce qu’on va éviter tout spoil. Le Butterflyland est un autre monde dans lequel va se retrouver le héros. Et si j’en parle dans cette section, c’est parce que plus qu’un simple univers, il apparaît comme un personnage à part entière. Les acteurs qui y évoluent nous permettent de l’appréhender comme tel.Image 4 charmant

Après, on a le héros. Ouais ben le héros il est beau tien. C’est le héros classique, naïf au point qu’on lui donnerait des claques, amoureux transi. Attention Charmant à de la concurrence en mièvreries. Un peu ahuri sur les bords, mais ça, on veut bien lui pardonner parce qu’à sa place on ne serait pas mieux. Et malchanceux, parce que les rares fois où il a une once de jugeote ça lui retombe sur le coin du nez.

Quant aux personnages secondaires, je les ai bien appréciés, Papa Wemba surtout. Tous, sauf la gente demoiselle. Alors elle, j’ai pas pu l’encadrer. Ça arrive parfois ce genre de chose. C’est viscéral, on n’y peut rien. Non, mais elle, elle me hérissait, à chaque fois, qu’elle était présente, et elle était présente souvent. Mais je le redis, on n’y peut rien.

 

En Bref : 

En bref, le premier tome du Butterflyland me laisse un goût mitigé. La plume de l’auteur est très intéressante, quoiqu’un peu déroutante sur certaines formulations. L’intrigue n’a pas un rythme des plus fluides, mais elle sait se rattraper sur l’utilisation de son idée de base et sa cohérence. L’univers est original même si l'on sent indéniablement la marque de Vernes. Grâce aux descriptions on peut parfaitement appréhender sa grande richesse et aussi la parfaite maîtrise qu’en a l’auteur. Quant aux personnages j’ai préféré la personnification de l’univers aux vrais acteurs, mais cela ne m’a pas empêché de passer un moment divertissant.

À ceux qui souhaiterait se plonger dans un univers de la fin XIXe siècle avec des pointes verniennes, je leur recommande cet ouvrage.

  • Ce que j'attends du prochain tome :

J’attends du prochain moins de coquilles sur le travail éditorial. J’espère aussi un peu plus d’action, car le monde a été plutôt bien dégrossi. À présent, on sait où l’on met les pieds. Niveau intrigue, j’espère que certaines questions trouveront des réponses pour que l’on soit moins dans le flou, mais surtout pour que cela puisse alléger le rythme.

 

Points Faibles Points Forts
  • Ponctuation
  • Rythme inégal
  • Descriptions
  • Originalité dans le thème
  • Univers maîtrisé

 

 

Notation : 

Style Écriture : 7/10

Intrigue : 6.5/10

Originalité : 8/10

Univers : 9/10

Personnages : 6/10

Moyenne Globale : 7.3/10

Sources Illustrations :

Image 1 : http://www.psychologies.com/Therapies/Psychanalyse/Reves/Articles-et-Dossiers/Nos-cauchemars-sont-nos-allies

Image 2 : http://www.wallfizz.com/art-design/paysage-virtuel/fond-4278.php

Image 3 : http://chezguizbis.blogspot.fr/2011/07/quest-ce-que-le-steampunk.html

Image 4 : http://sitcomologie.tv-soap.com/t4358p180-game-of-thrones

Image 5 : http://www.bibliorare.com/products/verne-jules-les-tribulations-dun-chinois-en-chine-suivi-de-les-500-millions-de-la-begum-et-de-les-revoltes-de-la-bounty-dessins-par-benett-p-hetzel-1879-gd-8-cart-polychrome/

 

Extraits

Extrait 1 : Chap.1, p.5

« Bienvenue à l’hôtel Jules Verne ! »

Cette phrase m’avait été lancée avec bonne humeur par un total inconnu dont seule la bouche vivait sur son visage cireux, juste décoré par une fine moustache et par des tempes grisonnantes.

Tout cela était bien gentil mais, je n’avais aucune idée ni de ce que je faisais dans cet « hôtel Jules Vernes », ni pourquoi je m’y trouvais. J’étais à la fois déboussolé par le nom de cet établissement qui ne me disait rien, et par l’unique souvenir de ma vie : la phrase que je venais d’entendre ! Avant : rien ! Je me rappelais peu à peu cet écrivain fantastique qu’était Jules Verne, pour m’en être régalé de pages entières, mais d’aucun hôtel portant son nom.

Avant de s’éteindre à tout jamais, les souvenirs effacés et bousculés de ma mémoire tentaient de m’apprendre la vérité. Parmi toutes ces idées, une se détachait et me préoccupait : Pourquoi étais-je là ? Il fallait se rendre à l’évidence, je venais d’être propulsé en face d’un individu dont le regard était si aigu qu’il semblait me transpercer pour pénétrer les secrets de ma mémoire. Après un long silence et une longue inspiration, j’essayais pour me rassurer de l’examiner afin de deviner qui était mon interlocuteur…et son univers enchanteur…


Extrait 2 : Chap.4, p.71

Si j’avais deviné son prénom, c’était sans doute grâce au petit don de clairvoyance dont Aristide venait de me parler. Quant à sa beauté et tout ce que Bérénice m’inspirait, Aristide semblait ne plus vouloir évaluer si oui ou non, mes sentiments étaient honnêtes, car chacun de mes regards et chacune de mes phrases trahissaient la loyauté de mon cœur. Je n’avais jamais eu le plaisir de contempler une personne aussi parfaite. Tous ses gestes s’accompagnaient secrètement de charme, d’élégance et rayonnaient de bienfait.

— Tu la connais ? Je n’ai jamais vu une fille aussi belle et délicate ! Elle ne doit vraiment pas être difficile à aimer.

— J’ai déjà eu le loisir de discuter avec elle. Sa conversation et son humour également sont délicieux, comme d’ailleurs tout ce qui se dégage naturellement d’elle et que l’on pourrait appeler : la perfection. Je pense que c’est la cousine de Virgile. Cependant, il la protège comme sa fille bien qu'elle se comporte autoritairement comme son épouse ou plutôt comme une mère bienveillante à son égard. Une sacrée femme dont le charme est courtisé, sans succès, par énormément de Fantanautes malheureux d’avoir succombé à sa beauté ensorcelante.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : DR. oZ
  • Date de Publication : 01/06/2014
  • Format : 205 x 135 mm
  • Nombres de pages : 167
  • ISBN : 9782954847504
  • Prix : 13.90€
 
 

Où l'acheter

Les libraires 1 Amazon Chapitre Fnac Decitre Cultura 

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau