Les Robots

Bkk couv le cycle des robots tome 1 les robots

4 5

 

 

Série : Le Cycle des Robots (T.1)

  • Auteur : Isaac Asimov
  • Titre Original : I Robot
  • Sortie VO : 1950
  • Sortie VF : 1976
  • Traduction : Pierre Billon / Pierre-Paul Durastanti
 

Tome suivant

Le cycles des robots tome 2 un defile de robots

 

4e de Couverture

Première Loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.

Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.

Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n'entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

La Critique de ChoupieS

C’est pour moi, une première dans l’immersion de l’univers d’Isaac Asimov, et je ne le regrette absolument pas, au contraire.

 

Résumé :

L’U.S Robot, une des plus grandes industries de production de robots, a bâti son I robot sonny 3d 50empire sur l’infaillibilité de ses produits. Les robots sont le fer de lance de la culture terrienne, à un tel point, qu’il est aujourd’hui impensable de s’en passer. Mais ces robots sont-ils si infaillibles que cela?

      N’importe quel être sensé vous dirait que oui, car ils sont fabriqués autour de lois inviolables. Les 3 lois de la robotique sont une sécurité, assurant à l’humanité que jamais un robot ne portera atteinte à un être humain.

Et pourtant, si ces lois n’étaient pas aussi infaillibles qu’elles semblent l’être. Et si les robots, de plus en plus évolués, venaient un jour à interpréter les lois, d’une manière encore jamais envisagée par le cerveau humain.

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

Je ne vous cacherai pas que j’avais un peu peur de commencer le cycle des robots. J’avais un gros apriori. J’avais très peur que l’écriture soit lourde et fastidieuse, mais je me trompais totalement.

Le style est tout sauf lourd. Il y a une bonne fluidité, et les répétitions sont très peu nombreuses, voire inexistantes. Du coup, j’ai très peu de choses à dire sur le style.

 

  • L'intrigue : 

Les Robots constituent le premier tome de la saga Le cycle des robots. Le titre original étant I Robot, les personnes aimant le cinéma auront peut-être vu le film, du même nom, réalisé par Alex Proyas, avec Will Smith en tête d’affiche. Le fait que les titres soient similaires n’est pas une coïncidence, puisque le film est une adaptation de l’œuvre d’Asimov. Par contre, attention, ne vous attendez pas à retrouver les événements du film dans ce tome, parce que ce n’est pas totalement le cas. En effet, le film est une adaptation infidèle, piochant des idées dans plusieurs des romans de ce cycle, et notamment  dans la nouvelle Le robot qui rêvait.

Ce tome est en réalité un recueil composé de 9 nouvelles. N’y cherchez pas celle dont je vous parle juste au-dessus, car vous ne la trouveriez pas, puisqu’elle a été publiée seule. 

Ces nouvelles pourraient très bien être lues séparément les unes des autres, mais Asimov, sous couvert d’une interview du personnage de Susan Calvin, robopsychologue, les relie entre elles, de manière très intelligente.

Elles vont toutes traiter du même sujet. Des robots, bien évidemment, mais surtout, des fameuses lois de la robotique réputées inviolables. Elles sont citées dans la 4e de couverture, mais je vous les redonne pour mon plus grand plaisir.

  • Première loi : Un robot ne peut porter atteinte à un être Movie poster i robot 50humain ni, restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.
  • Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.
  • Troisième Loi : Un robot doit protéger son existence dans la mesure où cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première ou la Deuxième Loi.

Voilà !  Vous trouvez ça compliqué ? Rassurez-vous, sur le coup, je n’ai rien compris non plus et j’ai trouvé cela un peu obscur, mais c’est justement l’intérêt de ce recueil de nouvelles. Eh oui, toutes les nouvelles vont décortiquer, en détail, ses trois Lois et surtout les failles qu’elles vont poser au fur et mesure de l’évolution technologique des robots.

J’ai beaucoup aimé le fait qu’il s’agisse de nouvelles, car elles permettent d’entrer progressivement dans cet univers robotisé et technique. Plus on avance dans la lecture, plus les robots sont sophistiqués, et plus les problèmes qu’ils vont posés deviennent ardus.

L’intrigue est très bien menée, on sent que l’auteur maîtrise parfaitement son sujet. J’ai vraiment aimé toutes les réflexions faites tout au long du livre. Elles sont posées d’une manière non rébarbative. Ceci peut s’expliquer par un bon dosage de l’humour, qui permet d’alléger les réflexions les plus complexes. Lorsque l’on arrive à la fin du livre, les trois lois qui paraissaient obscures au début ne le sont plus du tout. On les maîtrise, parfaitement bien, pour la suite.

 

  • L'univers :

Pour planter le Issac asimov predictions 50décor de ce livre, je pense qu’il faut d’abord que je vous rappelle les dates d’Asimov. Il est né le 2 janvier 1920 et est décédé le 6 avril 1992. Comme la date de l’interview du personnage de Susan Calvin n’est pas donnée, si je ne me suis pas trompée, d’après mes calculs, elle se situe en 2057. Quant à la première nouvelle, elle débute en 1996. Sachant qu’Asimov a commencé le cycle des robots dans les années 1940, je pense que la déduction quant à la temporalité de cette œuvre est très vite faite. En plus du genre de la Robotique, on est clairement dans l’Anticipation.

     

Le monde décrit par Asimov voit une carte des puissances politiques et démographiques intégralement revisitée. Mais plus que cela, ce monde est intégralement soumis à son besoin de la robotique. Cette dépendance est telle, que les êtres humains n’imaginent pas un seul instant s'en passer. En ce sens, l’humanité ne souhaite pas regarder les problèmes que peut engendrer une robotisation à l’extrême.       

Même si, en 2015, nous pouvons constater que nous ne sommes pas aux quarts de ce qu’avait imaginé Asimov en terme de robotique, il avait déjà posé les bases des incertitudes et inquiétudes qu’elle peut engendrer. Or, les conclusions que laisse tendre ce tome sont pour le moins effrayantes en raison de leur plausibilité.

 

  • Les Personnages :

Ils ne sont pas véritablement la force du livre. Les personnages ne brillent pas par leur complexité. Mais cela n’est valable que pour les personnages humains. En effet, la 7538589 50robotisation à l’extrême sous-tend des problèmes d’une grande ampleur qui sont pris à la légère.

Cette ampleur est visible directement, les robots ayant volé a vedette aux personnages  humains. Ils se révèlent être plus intéressants et consistants que les êtres humains, qu’ils finissent par dépasser en intelligence.

Au fil des nouvelles, l’évolution temporelle et technologique permet de perfectionner les robots, au point qu’ils sont amenés à se poser des questions philosophiques qui dépassent la logique étriquée de l’humanité.

Malgré cette faiblesse, les personnages humains n’en deviennent pas moins attachants, et aident parfaitement le lecteur à trouver ses marques, dans un univers aussi pointu que celui de la robotique.

 

  • En Bref : 

En bref, Asimov était véritablement un visionnaire, car il posait les bases d’une réflexion sur l’aliénation de l’être humain face à la machine. 

Sous couvert d’une interview du personnage de Susan Calvin, on est plongé dans l’univers de la robotique au travers de neuf nouvelles. Grâce à ce format, Asimov nous immerge efficacement dans son monde. Plus l’on avance dans la lecture et plus les robots sont sophistiqués, poussant toujours davantage les réflexions sur les trois lois de la robotique. 

L’écriture fluide et l’humour omniprésent permettent de digérer sans difficulté les théories et explications, parfois ardues, des divers personnages. Ceux-ci, d’ailleurs, qu'ils soient humains ou robots deviennent très vite attachants, et participent à la familiarisation avec cet environnement. Il est tellement facile d’imaginer ces personnages évoluer dans leur monde, que l’on a l’impression d’y être.

Arimage 18 50Aux personnes qui souhaiteraient tester les sous-genres de la Robotique et de l’Anticipation, je recommande cette œuvre qui, malgré des points très techniques, reste abordable, dans la mesure où les aprioris seraient tenus à l’écart. Pour vraiment comprendre où veut en venir l’auteur, je ne peux que conseiller de lire la préface, écrite par Asimov lui-même. J’avoue que je ne lis pas forcément les préfaces, sauf quand elles sont écrites par l’auteur. 

Une dernière mise en garde avant de se quitter. Ne sous-estimez pas la complexité des trois Lois de la Robotique qui ne montrent ici que les prémices de leur impact. Car, une chose est sûre si vous décidez de plonger dans cet univers, vous ne regarderez plus jamais de la même façon, les robots qui seront bientôt mis sur le marché.

 

Points Faibles Points Forts
  • personnages humains assez légers
  • complexité de certaines explications
  • style fluide
  • maîtrise totale de l’intrigue
  • découpage en nouvelles
  • excellente immersion

 

 

Notation : 

Style Écriture : 9.5/10

Intrigue : 8/10

Originalité : 10/10 (Cette note tient compte de la date à laquelle l’œuvre à été écrite)

Univers : 9.5/10 (Cette note tient compte de la date à laquelle l’œuvre a été écrite)

Personnages : 7.5/10

Moyenne Globale : 8.9/10

 

 

 

Sources Illustrations :

https://en.wikipedia.org/wiki/I,_Robot_(film)

http://future.wikia.com/wiki/File:I-Robot-Sonny-3D.jpg

http://www.digitaltrends.com/cool-tech/10-predictions-isaac-asimov-got-right-50-years-ago-5-botched/

http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20140717.OBS4051/a-l-avenir-tout-le-monde-au-japon-aura-un-androide.html

http://robotica2010.wikispaces.com/2+Mejores+robots+en+la+actualidad

Quelques extraits

Extrait 1 : P.20

Je tentai de l’aiguillonner doucement. « On aimerait connaître vos sentiments sur diverses questions ; votre opinion sur les robots. L’Interplanetary Press touche le Système solaire entier. Notre audience atteint trois milliards d’individus, docteur Calvin. Ils aimeraient savoir ce que vous pouvez leur dire des robots. »

Il n’était pas nécessaire de l’aiguillonner. Sans entendre mon laïus, elle avait pris la bonne direction.

« On aurait dû s’en douter dès le début. On vendait alors des robots à usage terrien…même avant mon époque. Bien sûr, en ce temps-là, ils ne parlaient pas. Par la suite, ils sont devenus plus humains et une opposition a surgi. Comme il fallait s’y attendre, les syndicats refusaient de les voir concurrencer les hommes sur le plan de la main d’œuvre et certains secteurs de l’opinion religieuse soulevaient des objections à caractère superstitieux. Parfaitement ridicule et inutile, mais le fait était là. »


Extrait 2 : Chapitre 3, p,78

— J’ai fini, dit le robot tranquillement, et c’est pourquoi je suis venu m’entretenir avec vous deux.

— Oh ! » Powell parut mal à l’aise. « Bon, assieds-toi. Non, pas cette chaise. L’un des pieds est faible et tu n’a rien d’un poids plume. »

Le robot obéit. « J’ai pris une décision », dit-il placidement.

Donovan roula des yeux furibonds et mit de côté son reste de sandwich. « S’il s’agit encore d’une de ces invraisemblables… »

Son compagnon lui imposa silence du geste. « Continue, Cutie, on t’écoute.

— J’ai consacré ces deux jours à une introspection concentrée dont les résultats se sont révélés fort intéressants. J’ai commencé par la seule déduction que je me croyais autorisé à formuler. Je pense, donc je suis !

— Par Jupiter ! gémit Powell. Un Descartes robot !

— C’est qui ce Descartes ? s’inquiéta Donovan. Il faut vraiment qu’on reste à écouter les balivernes de ce maniaque en fer-blanc ?

— Tais-toi, Mike !

— Et un question, poursuivit Cuti, imperturbable, s’est aussitôt présentée à mon esprit : quelle est la cause exacte de mon existence ? »

La mâchoire de Powell s’affaissa. « Ne sois pas idiot. Je te l’ai déjà dit : C’est nous qui t’avons fabriqué.

— Et si tu ne veux pas nous croire, c’est avec le plus grand plaisir qu’on te réduira en pièces détachées ! »

Le robot écarta ses mains robustes en un geste de protestation. « Je n’accepte rien sur votre seule autorité. Un hypothèse est étayée par la raison ou n’a aucune valeur…et c’est aller à l’encontre de toute logique que de supposer que vous m’ayez fait. »


Extrait 3 : Chapitre 5, p.127

Alfred Lannig alluma son cigare avec soin, mais le bout de ses doigts tremblait. Ses sourcils gris se contractèrent lorsqu’il prit la parole entre deux bouffées.

« Flûte ! Il lit dans les pensées, sans conteste ! Mais pourquoi ? » Il leva les yeux vers le mathématicien Peter Bogert. « Eh bien ? »

Celui-ci aplatit des deux mains ses cheveux noirs. « C’est le trente-quatrième modèle de ce type sorti de nos chaînes de montage. Les autres étaient rigoureusement orthodoxes. »

Le troisième homme assis à la table fronça les sourcils. Milton Ashe, le plus jeune cadre dirigeant de l’U.S. Robots, n’était pas peu fier d’occuper son poste. « Écouter, Bogert, il n’y a pas eu le moindre accroc depuis le commencement du montage jusqu’à la fin. Je vous le garantis. »

Les lèvres épaisses du mathématicien s’épanouirent en un sourire condescendant. « Ah bon ? Si vous répondez de toute la chaîne de montage, je vous propose à l’avancement. Pour être précis, la fabrication d’un seul cerveau positronique exige soixante-quinze mille deux cent trente-quatre opérations différentes dont chacune, pour sa réalisation, repose sur un certain nombre de facteurs, lequel se situe entre cinq et cent cinq. Si une seule se trouve sérieusement compromise, le cerveau est bon à jeter. Je cite là notre propre manuel de spécifications, Ashe. »

Les Éditions

Poche

  • Éditeur : J'ai Lu
  • Date de Publication : 23/06/2012
  • Format : 179 x 111 mm
  • Nombres de pages : 284
  • ISBN : 978-2290055953
  • Prix : 6.00€
 
 

Où l'acheter

Les libraires 1AmazonChapitre Fnac DecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau