Une Ombre japonaise

Bkk couv une ombre japonaise 1

4 5

 

  • Auteure : Lee Langley
  • Pays : Royaume-Uni
  • Titre VO : Butterfly's Shadow
  • Éditeur VO : Chatto & Windus
  • Sortie VO : 16/11/2010
  • Sortie VF : 13/10/2011
  • Traduction : Isabelle Chapman
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte
  • Formats Disponibles : Papier / Numérique

4e de Couverture

Nagasaki, années 1920. Cho-Cho a 15 ans. Jolie et naïve, cette orpheline tombe amoureuse de Pinkerton, une jeune officier de marine américain. Lorsque l’amour de sa vie reprend le large, Cho-Cho se persuade qu’il reviendra la chercher. Mais les mois, les années passent, et rien.

De cette union est né un petit garçon, blond, comme son père. Et alors qu’elle n’osait plus y croire, Pinkerton finit par reparaître… avec sa fiancée américaine Nancy qui ignorait l’existence de Cho-Cho. Humiliée, trahie, Nancy décide de ramener l’enfant avec eux aux États-Unis. Il est petit, il suffira de lui expliquer que sa maman est morte, il l’oubliera vite.

Tandis que leur bateau s’éloigne, ces étrangers laissent dans leur sillage une Cho-Cho terrassée par le désespoir et le déshonneur…

La Critique de ChoupieS

Des destins savamment entremêlés, sur un fond historique exploitant deux périodes marquantes du monde, l’entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale.

 

Résumé :

Cho-Cho (papillon en japonais) est orpheline et rêve à tout ce que pourrait lui offrir le monde occidental. Les perspectives d’avenir sont si limitées dans sa ville de Nagasaki qu’elle n’a que l’espoir d’épouser un beau marin américain qui l’arracherait ainsi à cette vie qui ne l’enchante guère. Bkk image 1 papillon 313x500

Peut-on en vouloir à une jeune fille de quinze de succomber aux premiers gaïjin qui lui sera donné pour époux, dans un simulacre de mariage ?

Elle a tant d’espoirs et connaît si peu de choses qu’elle le croit quand il lui dit qu’il sera de retour quand les oiseaux reviendront à Nagasaki. Mais, la promesse ne sera pas tenue, et quand il reparaîtra enfin, l’existence de nombreuses personnes s’en trouvera chamboulées.

Il est bien connu, qu’un simple battement d’ailes de papillon peut provoquer des remous à de milliers de kilomètres. Alors, quand le battement d’ailes se produit à l’aube du second conflit mondial, il change le monde à tout jamais.

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

Si ce n’est une formule de style qui m’a agacé à chaque fois que je la voyais ("à un moment donné"), le style est agréable. Il y a une bonne alternance entre les phrases courtes donnant un effet percutant, et les phrases plus longues faisant couler la narration avec une grande fluidité.

 

  • L'intrigue : 

Il n’a pas dû être aisé pour l’auteure de trouver la bonne articulation pour cette histoire qui va mêler et entremêler le destin de plusieurs personnages. Le pari est réussi, même si j’ai eu quelques réticences au départ.

Au début, on ne sait pas vraiment où veut nous amener Lee Langley. Au fur et à mesure, sans que l’on s’en rende compte, on est pleinement happé par le quotidien des personnages qui évoluent, et qui forme l’intégralité de l’intrigue.Bkk image 2 horloge tordue

Pour donner un rythme adéquat à son histoire, l’auteur a choisi de couper son récit en cinq parties, assumant pleinement de consacrer certaines d'entre elles  au quotidien d’un des protagonistes, afin que le lecteur puisse se familiariser avec chacun des acteurs.

Là où l’exercice est également périlleux, c’est au moment où les histoires commencent à se percuter. L’auteure passe un pacte avec le lecteur. C’est comme si Lee Langley disait : « Je vous ai planté parfaitement le décor sur des dizaines de pages, vous êtes donc prêts à suivre les différents moments de l’intrigue ». Chapeau bas parce que ça marche. Effectivement, on a suffisamment d’éléments temporels pour se repérer. Car oui, la temporalité, en fonction des vies suivies, n’est pas tout le temps linéaire. Il faut donc remettre les événements dans la chronologie qui nous est laissée pour remplir les blancs petit à petit.

Par moment, quand même, on se sent un petit peu perdu, mais heureusement cela ne se produit que peu de fois au cours de l’intrigue, ce qui ne déstabilise pas du tout l’ensemble.

 

  • L'univers :

Cela faisait un sacré moment que je n’avais pas lu d’œuvres se situant sur la période de l’entre-deux-guerres, et la Seconde Guerre mondiale. Ce qui est le plus flagrant dans ce roman, c’est l’exactitude avec laquelle les événemBkk image 3 krach 29 313x500ents historiques sont relatés, et surtout dans lesquelles le destin des personnages s’insère parfaitement.

L’intrigue commence en 1920 à Nagasaki. Tout de suite, quand j’ai vu ces deux informations, j’ai pensé à quatre événements : le krach boursier de 1929, la Seconde Guerre mondiale, l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941 par les Japonais, et le bombardement atomique de Nagasaki le 9 août 1945 par l’armée américaine.

Eh bien, dans le mille (sans mauvais jeux de mots, bien sûr) on retrouve ces quatre événements qui vont articuler le récit. L’auteure va s’en servir d’une façon la plus intelligente ; c’est à dire en les remettant complètement dans leur contexte historique, culturel, mais également économique et sociologique.Bkk image 4 ruines nagasaki

Lee Langley est allée dans le détail, notamment dans le quotidien américain de l’époque, mais aussi dans les mœurs japonaises, qui sont très bien expliquées. Tout cela permet à l’intrigue d’avoir une réelle profondeur. Il est difficile de démêler la fiction de la réalité, au point d’en perdre les repères entre les deux.

Je terminerai ce point sur un fait qui m’a agréablement étonné concernant l’univers. Il est très rare de trouver des romans (hors espionnage, guerre, ou dans le même genre), qui traitent de la déportation des Japonais installés aux États-Unis dans des camps au fin fond du désert. Ce trait de l’histoire est assez peu connu en règle générale ; et, pour le découvrir, il faut s’intéresser au sujet, ou tomber sur un documentaire traitant la chose. Du coup, j’ai vraiment apprécié de voir ce pan de l’histoire insérer dans l’œuvre.

 

  • Les Personnages :

Comme je viens juste de le dire, l’univers est tellement bien utilisé avec la trame que l’on ne fait plus la différence entre fiction et réalité. Ainsi, c’est également valable pour les personnages. On les voit évoluer, se débattre avec les obstacles qui se présentent à eux, profiter des moments de joie, etc. On a l’impression qu’ils sont, non pas des personnages de fiction, mais des personnes ayant réellement existés. C’est tout l’art du genre réaliste d’ailleurs ; intégrer suffisamment de données réelles pour que l’on prenne tout, pour argent comptant. Bkk image 5 militarisme japonais

Les personnages d’Une Ombre japonaise sont vivants. Ils ont une réelle consistance émotionnelle qui accorde une dose de crédibilité supplémentaire à l’ensemble. Tout n’est pas tout blanc ou tout noir, ce qui peut provoquer de nombreuses désillusions. Ils nous montrent aussi que rien n’est acquis, que l’on peut tout perdre sans rien voir venir, et aussi que l’on ne sait jamais vraiment ce que l’avenir peut nous réserver.

 

En Bref : 

En bref, Une Ombre japonaise fait partie des romans réalistes que je classerai dans les très bonnes œuvres du genre. Le style apporte un rythme particulier avec une alternance mesurée des phrases courtes et longues. L’intrigue, construite sur la mêlée de plusieurs destins qui vont s’entrechoquer,  déroule son canevas avec fluidité, malgré quelques accros dus à la temporalité non linéaire qui façonne l’ensemble. L’univers et les personnages ont la consistance nécessaire pour supporter le tout, et se moquent de la frontière entre la réalité et la fiction qu’ils brouillent parfaitement.

À ceux qui souhaiteraient lire un roman réaliste, et en connaître un peu plus sur la période de l’entre-guerre, ainsi que la Seconde Guerre mondiale, via le conflit américano-japonais, je leur recommande cet ouvrage qui les plongera avec aisance dans des quotidiens d’un troublant réalisme.

 

Points Faibles Points Forts
  • « A un moment donné »
  • Quelques accros de fluidité dans la trame
  • Rythme phrases courtes, phrases longues
  • Temporalité non linéaire
  • Réalisme de l’univers
  • Souci du détail
  • Personnages consistants et réalistes

 

 

Notation : 

Style Écriture : 8.5/10

Intrigue : 8/10

Originalité : 9.5/10

Univers : 10/10

Personnages : 9.5/10

Moyenne Globale : 9.1/10

Sources Illustrations :

Image 1 : http://www.maxisciences.com/papillon/wallpaper

Image 2 : https://fr.dreamstime.com/illustration-stock-visage-d-horloge-surraliste-image53262042

Image 3 : http://www.cinemamuetquebec.ca/content/timeline?ver=html&lang=fr

Image 4 : http://www.globalresearch.ca/the-bombing-of-nagasaki-august-9-1945-the-un-censored-version/5345274

Image 5 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Militarisme_japonais

 

Extraits

Extrait 1 :

Nagasaki 1925

De sa fenêtre, Cho-Cho vit le pousse-pousse s’arrêter en bas de la côte. Elle les regarda en descendre pour gravir à pied le dernier raidillon vers la maison, lui dans son uniforme blanc dont les boutons scintillaient au soleil, elle, les cheveux jaune, en robe courte imprimée de feuilles vertes. Ils avaient l’air de sortir des pages d’une de ces revues illustrées qu’il lui arrivait de feuilleter : le couple américain parfait.

À un moment donné, la femme blonde se tordit le pied dans ses sandales aux talons absurdement hauts. Il voulut la prendre par le bras, mais elle se déroba et continua à gravir le sentier sans son aide.

À genoux devant la table basse, l’enfant tentait de catapulter une toupie en bois sur le plateau laqué afin de voir les bondes rouges et jaunes tourbillonner. Il la lançait, elle tombait, il la rattrapait, la relançait, elle retombait, et il serrait les lèvres, se concentrant très fort.


Extrait 2 :

Partie 2, chapitre 11

Les parents de Ben n’assistèrent pas au mariage. Si Louis et Mary avaient accueilli l’enfant à bras ouverts, tel un petit-fils inattendu, les Pinkerton en revanche ne voyaient en lui qu’un rejeton indésirable. La seule fois où ils consentirent à l’approcher, il l’observèrent comme une bête curieuse. Certes, il avait le teint et les cheveux des Pinkerton. Mais ses yeux…N’y avait-il pas quelque chose de singulier dans ses yeux ? Un petit air étrange…étranger ? Ils apprécièrent sa politesse, ses gestes gracieux : il s’asseyait par terre en tailleur avec une souplesse qui les conforta dans leur opinion. Joey était très japonais. Sans se manifester davantage, ils se retirèrent, et on n’entendit plus parler d’eux. De toute façon, Ben et Nancy déménageaient dans une autre ville.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Fleuve noir
  • Date de Publication : 13/10/2011
  • Format : 142 x 226 mm
  • Nombres de pages : 398
  • ISBN : 978-2-2650-9263-1
  • Prix : 19.90€

Numérique

  • Éditeur : 12/21
  • Date de Publication : 16/02/2012
  • Format : Epub / Mobi
  • Nombres de pages : 398
  • ISBN : 978-2-8238-0061-6
  • Prix : 15.99€
 

Où l'acheter

Les libraires 1AmazonChapitreFnacDecitrePrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • daniele
    D'après ta critique ce livre est vraiment très prometteur et j'avoue que tu as su me donner envie de le lire. Je ne connaissais pas du tout.
  • choupies
    J'avoue que je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi bon. On est vraiment dans de la tranche de vie où l'auteur nous montre un peu de ce que des personnes ont dû vivre à cette époque. Le réalisme est vraiment impressionnant.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau