Les Ombres de Chevalienne

Bkk couv les terres d alme t 01

4 5Challenge Avertissement : Violence

Série : Les Terres d'Alme (T.1)

  • Auteur : Pierre Zandvliet
  • Sortie : 01/10/2015

 

 

Tome suivant

Illustration

 

4e de Couverture

C’est un grand jour pour la chevalière Swéna, la jeune fille se voit confier sa première mission en tant qu’émissaire du roi de Chevalienne. Accompagnée d’une escorte de dix chevaliers de l’Ordre, menée par le légendaire Séïssuk, elle part pour un voyage de trois jours en direction du territoire des Lornes, créatures ailées, gigantesques et douées de magie. 
Mais une attaque contraint Séïssuk à diviser l’escorte. Et pour cause, un espion sévirait à Chevalienne et le chevalier ne peut se résoudre à ne pas avertir son roi. 
Arrivée dans les grottes des Lornes, Swéna apprend qu’une de ces puissantes créatures vient d’être attaquée par l’Empire, ennemi éternel de l’Alliance. Sans avoir le temps de prévenir Séïssuk, la jeune chevalière part pour une quête bien plus dangereuse : libérer deux Lornes prisonniers de l’Empire. 
Peu de temps après, Séïssuk est assailli par une vision terrifiante : il est attaqué à son retour à Chevalienne. Attaqué, par un homme… sans visage. 

Un superbe récit épique avec tous les bons ingrédients de la High Fantasy.

 

Résumé :

Toute période de tranquillité a une fin. Et, il semblerait que cette période arrive à son terme pour les Terres d’Alme. Swéna, la nouvelle émissaire de la dernière cité des hommes, Chevalienne, part en mission pour demander une protection des routes aux alliés de la cité. Bien qu’elle soit une des membres de l’Ordre des Chevaliers, élite des guerriers de Chevalienne, Swéna va être escortée par dix de ses compagnons, dont Seïssuk le chevalier principal. Mais, cette mission qui semblait pourtant simple va les mener vers des contrées et des révélations qu'ils n'auraient jamais imaginé. Tous les peuples des terres d’Alme devront s'armer de courage pour défendre leur territoire, et surtout leur vie.

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

Il est très vif et va à l’essentiel, donc comme vous pouvez vous en douter, j’ai accroché. Plus ça va droit au but, et plus j’aime ça. D’habitude j’ai besoin d’un temps d’adaptation à l’écriture de l’auteur, ici je n’ai pas ressenti ce besoin. J’étais assez étonné parce que cela m’arrive rarement, surtout sur des ouvrages de fantasy.

J’ai quand même constaté des passages plus saccadés que d’autres, avec une perte de fluidité, mais cela ne durait jamais très longtemps. Soit dit en passant, un livre de plus de 600 pages où tout se passe sans encombre du côté de l’écriture, je n’en ai jamais vu. Je ne le dirais jamais assez le livre parfait n’existe pas.

Image 1 carton rouge 313x500Alors par contre, là où je vais me fâcher, ça va être sur le travail éditorial des Éditions Baudelaire. Ouais, carton rouge ! D’une, ils me pourrissent la tâche pour faire ma critique, concernant cette partie, mais en plus, il se moque ouvertement des lecteurs, mais surtout de l’auteur. Et ça, ChoupieS laisse pas passer.

Pourquoi je suis aussi remonté après eux ? Les Éditions Baudelaire pourraient éditer un livre avec le titre « Comment flinguer les bouquins que vous éditez ! ».

Trop de coquilles, et pas que ça malheureusement, sont restés dans l’ouvrage. J’étais furieuse. Heureusement, il n’y en avait pas à toutes les pages, parce que sur 621, ça aurait fait beaucoup. 

Image 2 calimeroQuand un éditeur accepte un manuscrit, je suis désolé, mais je pense qu’il s’engage à aider son auteur à présenter un texte, non pas parfait ça n’existe pas j’ai dit, mais mettant en valeur sa plume. Bon sang, un auteur qui confie son ouvrage confie son bébé, il serait temps que certaines structures, que je ne nommerai pas, se le foutent dans le crâne, et arrêtent de prendre les gens (auteurs et lecteurs) pour des pigeons et des vaches à lait. Je suis remonté, surtout quand je vois un livre avec un beau potentiel, ne pas être exploité comme il devrait l’être. Ça me met hors de moi.

Du coup, pour la critique, comme je dois juger du style de l’auteur, vous trouveriez normal que je prenne en compte le travail bâclé de l’éditeur et du correcteur ? Vous trouveriez normal que ce soit l’auteur qui se prenne tout dans la tête ? Moi non ! Pas tout le temps, mais très souvent, ce sont uniquement les auteurs qui se prennent les critiques en pleine poire.Image 3 poire Donc, non, pour les Terres d’Alme, il n’était pas question que les critiques sur le style soient uniquement imputées à Pierre Zandvliet. Ce qui a donc été difficile, c’était de mettre de côté les passages qui auraient nécessité d'un retravaille entre auteur/éditeur, pour ne garder que la réelle plume.

Oui, je me casse la tête quand je fais une critique. Il y a des considérations purement personnelles qui ne doivent pas entrer en ligne de compte quand je procède à la notation. Voilà, j’ai fait mon coup de gueule, maintenant on passe à la suite.

 

  • L'intrigue : 

Les Terres d’Alme regroupent parfaitement tous les ingrédients de la High fantasy. Swéna, jeune chevalière de la dernière cité des Hommes, part pour une mission à la base simple, et va se retrouver immergée dans une quête qu’elle n’aurait jamais imaginé. À ses côtés, une pléiade de personnages, tous très différents, vont l’accompagner dans cette quête, où magie, forces obscures et combats sont de mises.

Plus que de suivre Swéna, on suivra le parcours d’autres personnages qui ont leur propre histoire à mener, même si au final tout se recoupe.

Ce qui est appréciable dans ce livre, c’est que même si le fil est déjà vu, on se plait à découvrir une mise scène vive, où l’action est omniprésente. On est très vite plongé, grâce à la plume de l’auteur et à l’univers, dans l’histoire.Image 4 tolkien

L’auteur a conscience de partir sur un type de récit, déjà maintes fois abordés avant lui, et notamment par un des pères fondateurs, Tolkien, mais s'en s’approprie les codes pour offrir une intrigue où l’on ne s’ennuie pas.

L’histoire est bien ficelée, mais surtout maitrisée et parfaitement dosée. On suit différents parcours, et surtout deux. Quand l’intrigue se découpe en plusieurs voies différentes, le risque qu’il peut y avoir est que les différents rythmes se court-circuitent entre eux. Image 5 courcircuitLà, cela n’a pas été le cas.

L’alternance se fait avec intelligence et efficacité, de sorte qu’au moment où le changement de décor se produit, le lecteur n’est pas déstabilisé.

Ben oui, c’est là où ça devient intéressant qu’on change de scène. C’est agréablement frustrant, et surtout, cela permet de garder le lecteur en haleine, et de le laisser sur une note qu’il lui sera facile de retenir pendant un ou deux chapitres. Temps d’action pure et temps plus posés s’enchaînent donc très bien.

J’ai été heureuse, mais alors heureuse de ne pas voir de romance guimauve. Merci, merci, merci. Souvent dans ce genre de récits, vous avez le droit à une romance qui vous plombe toute l’action. Alors, j’en ai pressenti quand même une petite, mais juste un léger soupçon, quelques regards furtifs, quelques allusions, mais sans plus.

Un bémol tout de même en approchant de la fin, j’ai trouvé une scène d’action un peu trop longue.

Et justement, en parlant de la fin. Je suis resté sur…le popotin. Oui tout à fait le popotin. Non, mais flute, y’avait plus rien après. On a été lâché Image 6 bouton suitesauvagement, comme ça. Et la suite alors ! Où qu’elle est ! Je ne dis pas qu’il n’y a pas de fin, je dis juste que je me suis faite avoir parce qu’il y a pas encore le tome 2. Donc Pierre, je vous lance un appel, « SVP, DONNEZ-NOUS LA SUITE ! LA SUITE ! »

 

  • L'univers :

Il est très riche, et travaillé. Il est aussi très complexe, pas toujours évident à appréhender pour le lecteur par contre. La majorité de l’univers est abordable, mais je vous avouerais qu’il y a des subtilités que j’ai eu du mal à intégrer.

Je vous l’ai dit dans l’intrigue, on sent certaines influences. Ce n’est pas moi qui vais blâmer cela, au contraire. Car, tout auteur digne de ce nom est avant tout un lecteur. L’un ne va pas sans l’aImage 7 elfeutre.

Pourquoi j’ai pensé à Tolkien en lisant les Terres d’Alme ? Tout simplement parce que l’on retrouve quelques similitudes. Mais comment ne pas en trouver puisque c’est Tolkien qui a imposé les codes de la High fantasy ? Il n’y a donc rien d’irrationnel là dedans. 

Dans cette saga, on trouve également de nombreux peuples qui possèdent tous leurs particularités. Je ne les détaillerais bien évidemment pas, parce que c’est le rôle de l’auteur de vous les faire découvrir et non le mien. Mais surtout, on ne retrouve pas les peuples clichés genres les elfes, les nains,... D'accord, certains vont tendre vers l'un ou l'autre, mais j'ai aimé avoir d'autres peuplades.

Beaucoup de sujets sont traités, la politique, la trahison, le racisme, la jalousie…je pourrais faire encore une longue liste, mais je me suis déjà beaucoup étendu.

  • Les Personnages :

Dernier point de cette critique qui est aussi très réussi.

Il n’est pas possible de dire que l’intrigue ne possède qu’un seul personnage principal. Vous en avez au minimum deux, Swéna tout d’abord, puis Seïssuk. J’avoue que j’ai préféré ce dernier, mais là c’est une pure question de goût.

J’ai vraiment apprécié le soin avec lequel les personnages ont été façonnés, qu’ils s’agissent des majeurs comme des mineurs. On peut ressentir la personnalité de chacun. Je dirais même que la communauté des acteurs des Terres d’Alme est très accueillante, cela vaut même pour les plus ronchons. Image 8 compagnons

Chacun s’expose suffisamment pour que l’on puisse le cerner et ainsi appréhender l’ambiance générale, mais sans pour autant tout dévoiler. Ce qu’il y a de flagrant également c’est l’évolution par rapport au début.

Pour prendre l’exemple de Swéna, quand l’histoire débute elle est une jeune chevalière hors pair, qui possède de très bonnes techniques de combat. Mais, elle manque de maturité pour être une véritable chevalière accomplie. Avec les événements qu’elle va vivre, on va assister à son évolution. Elle acquiert donc plus de maturité, en se rendant compte que force et faiblesse vont de paire, et qu’il peut y avoir un côté plus obscur en chaque être.

Seïssuk, au contraire, est le chevalier principal et donc l’instructeur de Swéna. On pourrait se dire qu’il n’a rien à apprendre, mais pas du tout, lui aussi va être mené dans ses derniers retranchements, et évoluer.

Ce schéma se retrouve dans beaucoup d’autres personnages, et je pense que cela est loin d’être terminé.

 

En Bref : 

En bref, ce premier tome des Terres d’Alme démarre sur les chapeaux de roues. L’intrigue parfaitement maîtrisée dévoile, grâce à une plume très vive et efficace, son potentiel en nous menant Image 9 combat 313x500au cœur des combats entre l’Alliance et l’Empire. L’univers très riche montre tout le travail fourni pour nous offrir des peuples, mais aussi des outils ou des territoires originaux.

Cette très grande richesse peut, par moment, engendrer des scènes un peu confuses, où beaucoup de données doivent être intégrées. Mais, l’essentiel est retenu et permet de découvrir avec plaisir des personnages tenant la route, et surtout très attachants, nous servant de guides dans les Terres d’Alme.

  • Ce que j'attends du prochain tome :

J’attends tout simplement du prochain tome qu’il me ramène dans ces contrées, et m’en fasse découvrir de nouvelles. J’aimerais continuer à voir évoluer ces personnages, et d’autres que l’on a un peu moins vus. J’aimerais que l’action soit tout aussi importante, et surtout entrainante.

 

Points Faibles Points Forts
  • quelques pertes de fluidité
  • beaucoup d’informations à retenir
  • écriture vive allant à l’essentiel
  • intrigue cohérente et maitrisée
  • univers riches et variés
  • personnages aboutis

 

 

Notation : 

Style Écriture : 8/10

Intrigue : 9/10

Originalité : 8.5/10

Univers : 9.5/10

Personnages : 10/10

Moyenne Globale : 9/10

Malgré les problèmes que j’ai soulevé sur le travail éditorial, ils ne sont pas pris en compte dans la notation. Il ne serait, en effet, pas juste d’imputer à l’auteur les erreurs de la maison d’édition. Les notes attribués ne tiennent jamais compte de ce genre de problèmes.

Sources Illustrations :

Image 1 : http://fhgg.fr/cartonrouge-2/

Image 2 : http://misscalimero.vefblog.net/119.html

Image 3 : http://les-recettes-faciles.skyrock.com/tags/iDg23kSUyQi-poire.html

Image 4 : http://www.jeuxonline.info/actualite/50130/25-mars-c-tolkien-reading-day

Image 5 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Court-circuit

Image 6 : http://www.jp-m.eu/jb/img/

Image 7 : http://faby06.centerblog.net/rub-images-elfe-et-fee--2.html?ii=1

Image 8 : https://fr.pinterest.com/pin/221098662931999079/

Image 9 : http://fantasybookcritic.blogspot.fr/2016/02/guest-post-writerly-problems-real.html

 

Extraits

Extraits 1 : Chapitre 1 – p.21​

À leur gauche, un premier duel s’engagea. Presque aussitôt, les autres suivirent. La cohue des combats envahit la salle, et pourtant Seïssuk semblait ne pas s’en rendre compte. Son visage n’exprimait aucune surprise, ou aucun dérangement causé par ce vacarme. Dans un élan fulgurant, il donna l’assaut. Swéna avait tout juste dégainé ses épées que le chevalier avait déjà parcouru les quinze pieds qui les séparaient, épées à la main. Les coups fusèrent ; Swéna ne pouvait que parer. Elle recula sous l’assaut interminable, et se retrouva bientôt dos au mur. Si elle le touchait, elle perdait le combat. Un chevalier au sol était déclaré vaincu.

Seïssuk la projeta contre le mur d’un coup de botte dans le thorax qu’elle ne vit pas venir.

— Fin du combat, annonça-t-il en reprenant position.


Extrait 2 : Chapitre 17 – p.247

Galcia, qui avait deviné son inquiétude dans son regard, trouva une raison de plus pour l’accabler. Mais Swéna parvenait la plupart du temps à ne pas l’écouter, et se contentait de garder ses pensées pour elle. À plusieurs reprises, elle sentit l’esprit de la reine tenter de s’introduire dans le sien. Sans vraiment savoir comment, elle parvenait à le chasser à chaque fois.

— Je croyais que vous ne saviez pas comment faire ! la sermonna la reine.

— Il faut croire que quand il s’agit de quelqu’un que je n’aime pas, j’y arrive naturellement !

Swéna prit aussitôt de la hauteur et s’éloigna d’elle. Elle ne voulait pas entendre les sarcasmes qu’elle concoctait spécialement pour elle. Tandis qu’elle scrutait l’horizon en quête des Barkors, Méhnsyl la rejoignit. Elles volèrent un moment ensemble sans parler, le regard perdu sur cette étendue de désolation. Ces terres étaient étrangement dénuées de relief. Seuls des amoncellements de pierres disséminées sur un sol rocheux à perte de vue se dressaient çà et là.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Éditions Baudelaire
  • Date de Publication : 01/10/2015
  • Format : 210 x 150 mm
  • Nombres de pages : 626
  • ISBN : 9791020307385
  • Prix : 25.00€
 
 

Où l'acheter

Editions baudelaireLes libraires 1AmazonChapitreFnacDecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Anges
    • 1. Anges Le 16/08/2016
    Bonjour,
    Je viens de terminer la lecture de ce premier volume d'une saga qui, je l'espère de tout coeur, trouvera un éditeur digne de ce nom pour la propulser comme elle le mérite. Un premier volume qui nous pousse à connaître la suite.
    Entièrement d'accord avec la présente critique. J'ai eu exactement les mêmes ressentis et le même coup de gueule vis à vis du sabotage éditorial : je trouve inadmissible qu'un soi-disant éditeur ose publier un texte qu'il n'a pas retravaillé avec l'auteur ; de plus, lorsqu'on sait que c'est l'auteur lui-même qui a réalisé la couverture en sus ! là, je dis chapeau-bas Zang ! Bravo pour ce magnifique récit, original et prenant, où l'on découvre des mondes complexes à souhait, des personnages tellement travaillés et nombreux qu'on imagine bien tout le temps de travail que cette écriture a nécessité...
    Voilà une "patte" qui fera parler d'elle, très bientôt !
  • choupies
    Bonjour Anges
    Merci beaucoup pour votre commentaire, qui fera sans aucun doute plaisir à l'auteur. En effet, il est malheureux que le pseudo éditeur ait fait un travail aussi pitoyable, sur une telle œuvre. Mais, ne vous inquiétez pas, car je sais de sources très très sûres que Les Terres d'Alme vont être entre de bonnes mains, qui feront tout pour leur donner la place qu'elles méritent dans le paysage littéraire ; je peux vous l'assurer.
    Bonne journée à vous.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau