Plaisir déchaîné

Bkk couv demonica tome 1

3

Avertissement : Érotisme 

 

Série : Démonica (T.1)

  • Auteure : Larissa Ione
  • Titre Original : Pleasure Unbound
  • Sortie VO : 20/07/2008
  • Sortie VF : 20/04/2012
  • Traduction : Anne-Virginie Tarall
 

Tome suivant

Demonica tome 2Critique disponible

 

4e de Couverture

Il est un endroit où l’extase peut vous coûter la vie.
Tayla Mancuso est tueuse de démons. Mais sa vie bascule le jour où elle se réveille, grièvement blessée, dans un hôpital peu commun. Eidolon, le chirurgien qui lui sauve la vie est un incube et, malgré la haine qu’elle voue à son espèce, la jeune femme ne peut résister à ses charmes…
Tayla est alors confrontée à un terrible dilemme : trahir les siens ou l’homme qui la fait se consumer de désir ?
Mais la séduisante tueuse n’est pas la seule à être en émoi. Et la fascination d’Eidolon pour cette ennemie jurée pourrait bien coûter la vie au démon.
D’autant qu’il ne devrait pas perdre son temps avec une humaine : la folie va l’emporter s’il ne trouve pas une compagne démoniaque au plus vite. Eidolon pourrait-il oser l’impensable et s’offrir corps et âme à la tueuse ?

Il faut toujours terminer par ce qu’il y a de meilleur. C’est peut-être la phrase à retenir pour résumer ce premier tome de Demonica.

Résumé :

C’est une nuit comme les autres pour Eidolon, chef de l’hôpital Underworld General, et accessoirement démon Seminus. Oui accessoirement, car qui y prêterait vraiment Hopital 313x500attention dans cet hôpital fait spécialement pour les démons. Seulement, la soirée prendra une tournure insoupçonnée quand, Tayla, une combattante de l’Aegis, organisation chargée d’éliminer les démons, est amenée pour de graves blessures.

Les complications ne feront que s’accumuler avec le désir grandissant, qu'éprouveront Eidolon et Tayla, l'un pour l'autre.

Eh oui, lui, approche de sa dernière mutation et doit se trouver une compagne démoniaque pour éviter toute catastrophe; elle, devra découvrir le mal étrange qui la ronge et surtout savoir si elle doit trahir ou non son espèce.

Comme quoi, tout n’est décidément pas simple au royaume des hôpitaux.

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

On aime ou on aime, pas. C’est comme cela que le style de Larissa Ione peut être le mieux décrit.

En tout cas, personnellement, je suis très partagé dessus. J’ai eu beaucoup de difficultés à m’y faire, le trouvant assez lourd et saccadé. Une fois, que l’on s’y habitue, ça va comme sur des roulettes, mais est-ce que tout le monde est prêt à attendre pour cela ?

 

  • L'intrigue : 

C’est là que s’applique la petite phrase de mon début de critique.

Demonica est un très bon exemple de livre qui peut ne pas être lu entièrement, parce qu’on s’ennuie pendant toute la première moitié du bouquin.

On patauge dans une semoule où, à part seSigne ug 313x500 sauter dessus comme des bêtes toutes les deux minutes, le couple principal ne fait pas grand-chose d’autre. Et quand je dis ça, je n’exagère pas du tout.

À la longue, quand vous voyez que l’intrigue n’avance pas, c’est usant. À ce stade, on peut dire que trop d’Érotisme tue l’Érotisme.

Heureusement, la seconde partie de l’intrigue est nettement meilleure, et surtout plus intéressante. Même si les scènes érotiques sont encore légion, l’histoire s’éclaircit de plus en plus, et on commence à se faire à tout ce petit monde démoniaque. De nombreuses questions sont disséminées par-ci par-là, ce qui redonne un grand intérêt à la lecture, et surtout donne envie d'aller voir ce qui va se passer dans le second tome.

Malgré les points négatifs, je ne peux qu’admettre que l’intrigue est cohérente du début à la fin. Il faut lui reconnaître cette justice tout de même.

 

  • L'univers :

C’est le gros point positif du livre, mais également son point faible.

L’univers de Demonica est extrêmement riche, avec un bestiaire bien développé. Je dis bravo à l’auteure pour maîtriser un si grand univers. Par contre, il est dommage qu’il faille autant de temNew york 313x500ps pour se familiariser avec.

C’est également un des problèmes de la première partie. En effet, le livre pâtit lourdement de cette richesse. Au début, on a un gros flot d’informations destiné à nous faire rentrer dans le crâne, tous les principes régissant l’univers. Or, on est en situation d’overdose. Parce qu'à cela, il ne faut pas oublier le trop-plein de scènes érotiques.     

Donc si je résume, vous avez une intrigue qui doit faire retenir énormément d’éléments concernant son monde, plus des scènes érotiques à n’en plus finir ultras détaillées. Sauf que pendant ces dernières, l’intrigue n’avance nullement, et ne permet donc pas de mettre en pratique les données fournies.

  • Les Personnages :

Est-ce que je vous ai dit que l’érotisme était trop important dans ce livre ? Oui ! Ah mince, mais qu’est-ce que j’y peux s’il a une incidence sur tous les aspects de l’histoire moi ?!

Eh oui, ça a aussi porté atteinte aux personnages.

En ce qui concerne le couple principal, on connaît, au fur et à mesure que l’intrigue avance, l’histoire de Tayla, ce que j’ai bien aimé. C’est toujours agréable de pouvoir rentrer dans l’intimité d’un personnage.

Oui! Mais j’aurais aimé en dire autant pour le personnage d’Eidolon. On a eu des bribes sur sa relation avec ses frères, des miettes concernant l'environnement familial dans lequel il a grandi, et de minuscules particules sur son ancien job; et c'est tout. J'aurais voulu en connaître davantage sur le fond. Par contre, on a eu toute une encycloViagra 250x150pédie sur son anatomie.

Si le lecteur ne comprend pas qu’Eidolon est une bête de sexe puissance 1000 sans viagra, il ne le comprendra jamais. Alors d’accord, le mec est un incube, mais faut quand même pas pousser mémé dans les orties, la pauvre.

Non, mais c’est franchement dommage que le surplus de sexe empiète sur la profondeur des personnages qui ont un gros potentiel.

Pour le coup, ce sont les personnages secondaires qui ressortent vraiment du lot.

 

En Bref : 

En bref, Demonica fait partie des lectures que je classe en demi-teinte. Je ne peux pas dire qu’elle soit fondamentalement mauvaise ou excellente.

La lourdeur de la plume est accentuée par un univers très riche défavorisant l’accrochage du lecteur. Mais attention, Plume pierrequand même, car il serait injuste de ne pas reconnaître l’énorme travail fourni pour donner du corps à cet univers.

     L’intrigue est très molle au début, mais s’améliore sur la fin en laissant les bonnes questions en suspens.

Malheureusement, les longues scènes érotiques sont beaucoup trop nombreuses et vont porter atteinte au déroulement de l’histoire, mais également aux personnages qui ne sont pas aussi développés qu’ils auraient pu l’être.

 

Points Faibles Points Forts
  • plume assez lourde
  • trop des scènes érotiques
  • univers très lourd à assimiler
  • personnages survolés
  • intrigue toute en cohérence
  • univers maitrisé
  • personnages secondaires

 

  • Ce que j'attends du prochain tome :

Maintenant que l’univers est assimilé, il ne devrait plus y avoir les problèmes de lourdeurs à ce niveau-là. J’espère que l’intrigue sera privilégiée par rapport aux scènes érotiques,  d’autant que le personnage qui sera abordé est apparu comme étant très intéressant. Donc en fait, j’attends un tome bien meilleur que celui-ci, et surtout plus approfondi.

 

Notation : 

Intrigue : 5/10

Originalité : 6.5/10

Univers : 8/10

Personnages : 4.5/10

Style Écriture : 4.5/10

Moyenne Globale : 5.7/10

 

 

 

Sources Illustrations :

http://underworldgeneral.wikia.com/wiki/Underworld_General_Hospital

http://www.marcodalprato.com/?attachment_id=3421

http://voyagenewyork.e-monsite.com

http://www.goldenmoustache.com/10-inventions-geniales-qui-ont-ete-decouvertes-par-hasard-94817/

http://genius.com/3083396

Extraits

Extrait 1 : Chapitre 1

« Le démon est un prince de l’air qui peut se transformer et prendre bien des formes pour tromper nos sens pendant un temps ; mais son pouvoir est déterminé : il peut nous terrifier, mais pas nous faire du mal. »

Robert Burton, Anatomie de la mélancolie

Si Eidolon n’avait pas été à l’hôpital, il aurait tué le salaud qui le suppliait de l’aider.

Mais il n’avait pas le choix ; il allait devoir le sauver.

— Parfois, ça craint d’être médecin, marmonna-t-il, avant d’enfoncer l’aiguille d’une seringue pleine d’hémoxacine dans la peau du démon à l’apparence humaine.

Le patient hurla quand il piqua dans ses chairs à vif pour y injecter le liquide désinfectant qui aseptiserait la blessure.

— Tu ne l’as pas endormi avant ?

Eidolon ricana en entendant les paroles de son jeune frère.

— Le sort de havre me retient de le tuer, mais rien ne m’empêche de faire un peu justice tout en le soignant.

— Tu as encore à cœur ton ancien boulot, hein ? fit remarquer Shade en écartant le rideau qui séparait deux des trois box des urgences pour le rejoindre. Ce fils de pute mange des bébés. Laisse-moi l’emmener dehors et l’y laisser pourrir.

— Wraith me l’a déjà proposé.

— Wraith a la même solution pour chaque patient.

Eidolon grogna.

— C’est probablement aussi bien que notre petit frère n’ait pas choisi la médecine.

— Moi non plus.

— Pour d’autres raisons.

Shade n’avait pas eu envie de passer trop de temps à l’école, d’autant que son don de guérison était plus adapté à son domaine de prédilection : le paramédical. Il préférait ramasser les patients dans la rue et les garder en vie juste assez longtemps pour les confier à l’équipe de l’Underworld General, qui les remettait sur pied.

Du sang goutta sur le sol en obsidienne quand Eidolon sonda la blessure la plus sérieuse du patient. Une démone umber, de la même race que la mère de Shade, l’avait surpris alors qu’il se faufilait dans sa nurserie. Elle l’avait empalé plusieurs fois avec une brosse pour W.-C.

Il fallait dire que les umbers étaient extraordinairement forts pour leur petite taille. Surtout les femelles. Eidolon en avait plus d’une fois fait l’expérience au lit. En fait, quand il ne pourrait plus résister au cycle de maturation finale dans lequel son corps venait d’entrer, il comptait choisir l’une d’elles pour être sa première infadre. Les umbers étaient de bonnes mères, qui ne tuaient que rarement le rejeton non désiré d’un démon seminus.

Écartant les pensées qui le hantaient de plus en plus au fur et à mesure que le Changement s’opérait, Eidolon étudia le visage de son patient. Sa peau qui aurait dû être d’un brun-rouge profond était devenue pâle sous l’effet de la douleur et de la perte de sang.


Extrait 2 : Chapitre 10

Elle inclina la tête en arrière et regarda le plafond. Sa poitrine se bomba, et la vallée sombre entre ses seins devint visible juste en dessous du col de son corset écarlate. Sa peau était laiteuse et parsemée de légères taches de rousseur, comme celle de Tayla quand il l’avait étendue sous lui, sur son lit, dans la frénésie de la passion.

Le répit temporaire dont avait bénéficié son corps rendit la poussée de chaleur encore plus évidente. Des flammes lui léchaient la peau et lui consumaient les muscles et les os.

— Eidolon ?

Serrant les dents, il se concentra sur la conduite pour oublier l’érection qui menaçait de faire péter sa braguette.

Gem lui posa la main sur la cuisse, et il sursauta.

— Eidolon ? Ça va, Eidolon ?

Il entendait la voix de Tayla.

— Ça va, Eidolon ? Eidolon ?

La paume sur sa cuisse lui pétrit le muscle. Il aurait voulu qu’elle monte plus haut et qu’elle serre plus fort. Un grondement sourd lui échappa quand il se tourna vers la femme assise à côté de lui, ses cheveux noirs méchés de bleu tirés pour former des couettes, son profil si semblable à celui de Tayla… La tête d’Eidolon s’embruma, sa vision se brouilla, et même s’il savait qu’elle n’était pas la tueuse, dans son esprit elle était comme elle, elle sentait comme elle, et il ne pouvait plus attendre.

Il tourna le volant si violemment que les véhicules qui le suivaient klaxonnèrent et durent freiner d’urgence. Eidolon arrêta la BMW sur le bord de la chaussée.

— Qu’est-ce que tu fais, bon sang ? hurla Tayla, et il ne prit même pas la peine de couper le moteur avant de lui sauter dessus, ayant perdu tout contrôle.

À travers le désir qui bourdonnait dans sa tête, il entendit un bruit de tissu déchiré, de boutons qui ricochaient à l’intérieur de l’habitacle de la voiture, et les gémissements de Tayla. Cette fois, il la ferait jouir. Il le devait. C’était ce qu’il savait faire le mieux, ce pour quoi il était venu au monde.

Il ferma les yeux et respira profondément, aspirant son odeur en lui. Elle sentait bon. Elle avait un parfum à la fois suave et mystérieux, de clou de girofle et d’agrume, qu’il associerait toujours à elle.

— Je devrais te haïr, Tayla, dit-il tout en insérant une cuisse entre les siennes et en appuyant l’autre contre le tableau de bord pour conserver son équilibre.

Elle se raidit.

— Eidolon ! (Elle se mit à le repousser.) Eidolon ! Merde !

Ce n’était pas la voix de Tayla. Ni ses seins qu’il caressait. Clignant des yeux, il baissa ses prunelles devenues dorées. Et il fronça les sourcils. Tayla lui renvoya son regard, l’expression inquiète. Sa peau… non, pas celle de Tayla. Gem. Merde.

Aucune importance. Sa bite était si dure qu’elle aurait pu se briser et son corps tout entier ne désirait que du sexe. Elle aurait pu être une poupée gonflable, cela n’aurait eu aucune importance.

— Tu approches du Changement, hein ? demanda-t-elle d’une voix douce.

Et cela suffit à le tirer brutalement de la brume sensuelle où il s’était perdu.


Extrait 3 : chapitre 12

Tayla ne prit pas la peine d’aller au QG des Aegis le lendemain matin. Incapable de dormir dans un lit qui sentait encore l’odeur d’Eidolon, elle se roula en boule sur le canapé avec Mickey. Quand les premières lueurs du jour au ciel couvert étaient enfin apparues, le téléphone s’était mis à sonner.

Elle n’y avait pas prêté la moindre attention. Mais elle n’avait pas pu faire comme si elle n’avait pas entendu quelqu’un tambouriner à sa porte, des heures plus tard. Au début, Kynan avait été discret, mais il s’était très vite impatienté, et il avait fini par menacer d’enfoncer la porte.

Elle l’avait ouverte et avait aussitôt souhaité n’en avoir rien fait.

— Nous avons perdu Trey et Michelle la nuit dernière.

Oh, Seigneur. L’esprit engourdi par le choc, elle recula jusqu’au canapé, où elle se laissa tomber.

— Comment ?

— Ils traquaient une meute de loups-garous avec Bleak et Cole. Ils se sont fait piéger à l’intérieur d’une maison. Ils ont eu une femelle, mais les autres se sont enfuis.

Le désespoir lui tomba sur les épaules comme une couverture glacée. Avec Janet, cela faisait trois Gardiens morts en une semaine, alors qu’ils n’avaient eu aucune disparition à déplorer depuis plus d’un an. Quant à Tayla… elle avait été compromise.

— Nous sommes en train de perdre, n’est-ce pas ? La guerre. Nous la perdons.

Kynan mit un genou au sol et lui prit le poignet.

— Ne dis pas ça. Ne le pense même pas. La lutte contre le Mal a toujours été un marathon, pas un sprint. (Elle voulut se dégager, mais il la retint d’une main douce mais ferme.) Tout le monde ressent ça, Tay. Sauf que tu es une combattante aguerrie. Tu peux mener les autres et aider notre cellule à survivre à cette crise. Viens vivre au QG, juste pour quelques jours. Ça te fera du bien. Et à tous les autres aussi.

Pendant un instant, elle fut tentée d’accepter. Elle n’avait jamais été une créature très sociable, mais elle se sentait plus seule et dépassée que jamais. Cependant, elle avait le sentiment que se retrouver au milieu des autres Gardiens intensifierait cette impression. Quand elle était seule, personne ne la voyait comme une brebis galeuse. Personne ne parlait sans la regarder, au lieu de lui dire les choses en face. Et par-dessus tout, personne ne l’observait comme s’il savait ce qu’Eidolon avait dit en se demandant si c’était la vérité.

Bienvenue au club.

Les Éditions

Poche

  • Éditeur : Milady
  • Date de Publication : 20/04/2012
  • Format : 178 x 110mm
  • Nombres de pages : 480
  • ISBN : 978-2811206963
  • Prix : 8.70€

 

Numérique

  • Éditeur : Milady
  • Date de Publication : 08/03/2013
  • Format : Epub, Mobi
  • Nombres de pages : 480
  • ISBN : 978-2820509833
  • Prix : 4.99€
 

Où l'acheter

Les libraires 1AmazonChapitreFnacDecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !