Lundi noir

Bkk couverture lundi noir dominique dyens

3 5

 

  • Auteure : Dominique Dyens
  • Pays :  France
  • Éditeur : Éloïse D'Ormesson
  • Sortie : 07/05/2013
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte

4e de Couverture

A cinquante-cinq ans, Paul Deshoulières affiche une réussite éclatante : financier redouté, c'est aussi un mari et un père comblé. Du moins en apparence. Car depuis qu'une opération l'a rendu impuissant, il est obsédé par l'idée de perdre sa femme. Pour la retenir, il tente un ultime coup de poker. Lorsque son plan frauduleux vire au fiasco, Paul reçoit un chèque providentiel. Qui peut bien chercher à l'aider ? Qu'attend-on de lui en échange ? Tension extrême dans un décor feutré, spirale du mensonge, vertige de l'adultère et ivresse du pouvoir...

La Critique de ChoupieS

Une histoire bien meilleure que je ne le pensais, abordant le thème de la vieillesse sous des angles pertinents.

Bkk lundi noir dominique dyens image 1 business

Résumé :

Les lundis matins pourris, on en a tous connu. Il faut toutefois reconnaître que pour Paul, ce lundi matin est carrément noir. Perdre tout son argent en bourse, c’est vraiment pas top. Mais quand en plus la transaction se fondait sur un délit d’initié, c’est encore moins le top. Pourtant, il semblerait que quelqu’un veuille du bien à ce financier que tout le monde boude. Mais est-ce vraiment une si bonne chose que cela ?

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

La plume de Dominique Dyens est simple et sans fioritures. On s’y fait assez facilement. Ce que j’ai apprécié est la fluidité avec laquelle les phrases s’enchaînent les unes avec les autres. On ne bute pas sur les mots, ce qui augmente la facilité de lecture, et surtout le confort.

De temps en temps, on constate quelques phrases un peu longues, mais elles ne gênent en rien ce que j’ai dit juste au-dessus.

 

  • L'intrigue : Bkk lundi noir dominique dyens image 2 desespoir

Le fil de l’intrigue est bien construit. L’auteure réussit à conserver le suspens jusqu’à la fin de l’ouvrage, offrant ainsi un final surprenant que l’on n’aurait jamais pu deviner au commencement de la lecture. Ayant déjà lu un ouvrage de Dominique Dyens (Intuition), je peux dire qu’elle semble être coutumière du fait. En tout cas, j’ai nettement préféré le rythme donné à Lundi noir. En effet, si les événements ne sont pas emplis d’action comme l’on pourrait s’y attendre dans ce type d’œuvre, sentant un brin le complot, on est occupé sur différents pans de l’intrigue plus personnels, montrant les personnages en toute intimité.

Ainsi, on suit les drames qui s’abattent sur le personnage principal, Paul, et qui le conduisent à découvrir bon nombre de choses aussi bien sur lui-même que sur son entourage. On voit également l’intrigue sous l’angle de l’épouse de celui-ci ; cela nous permet de constater que tout est affaire de ressenti et de perception en fonction de chaque personne. Cependant j’ai trouvé que cepoint de vue s’intégrait difficilement avec le reste de l’histoire. Pourtant mis en avant de manière régulière tout au long de l’ouvrage, il est passé aux oubliettes à la fin.

 

Bkk lundi noir dominique dyens image 3 vieillesse

  • L'univers :

Certes, Lundi noir traite des affaires boursières ainsi que du côté le moins reluisant du monde de la finance, mais ce n’est pas ce que j’en ai retenu en premier lieu.

J’ai trouvé que le livre mettait davantage l’accent sur le chemin inéluctable vers la vieillesse, ou comment continuer à être heureux et à exister quand on attend l’âge de la retraite. Cette question revient à longueur de temps pendant la lecture, via différents aspects, ce qui permet de l’évaluer sous plusieurs angles différents, jusqu’à la conclusion donnée en fin de livre ; elle prend d'ailleurs l’effet d’une morale de fin sur laquelle il serait bon de méditer.

  • Les Personnages :

Dominique Dyens joue sur les nombreuses facettes que peut recéler une personne. De ce fait, ces personnages ne sont pas linéaires, ce qui est appréciable. On ne sait pas forcément comment ils réagiront à telle ou telle situation ; certaines réactions sont même assez surprenantes.Bkk lundi noir dominique dyens image 4 bourse

On visualise parfaitement chacun des traits de caractère de chaque protagoniste, notamment des personnages principaux, grâce à la prise de position de l’auteure qui a choisi de nous raconter cette histoire sous le point de vue du héros et de son épouse.

Plus haut, je vous ai dit que j’avais trouvé assez étrange que la vision de cette dernière ne soit pas exploitée jusqu’au bout de l’intrigue, et je maintiens ce que j’ai avancé. Toutefois, si l’on prend comme base que ce point de vue ne servait qu’à nous offrir un regard supplémentaire sur la personnalité du personnage principal, et rien d’autre, alors on peut parfaitement comprendre le choix de stopper cette vision à un certain moment de l’intrigue ; je trouve juste dommage qu'elle n’ait pas été exploitée autrement que sous l'aspect du faire-valoir. Elle apportait des éléments complémentaires à l’univers, par rapport au thème de la vieillesse, il aurait donc été intéressant de l’avoir jusqu’au bout sur ce point.

 

En Bref : 

En bref, Lundi noir est une lecture bien meilleure que je n’aurais pu l’espérer. Un peu échaudé par Intuition, j’avais débuté cette lecture avec une nette appréhension. Or, celle-ci ne s’est pas confirmée et j’ai été surprise d’y découvrir une intrigue intéressante, bien ficelée.

L’enchaînement des événements, sans être ultra dynamique, est suffisamment prenant pour que l’on ait envie d’aller jusqu’au bout ; d'autant que le suspens est conservé jusqu’à la toute fin. Le final est loin d’être aussi simple que l’on aurait pu l’imaginer en commençant la lecture.Bkk lundi noir dominique dyens image 5 solitude

L’originalité du livre se situe indéniablement sur ses personnages et sur le combat intérieur qui les anime, à savoir éviter de toutes leurs forces l’inéluctable vieillissement qui touche toute personne dès lors qu’elle vient au monde. J’ai aimé voir un ouvrage aborder ce sujet de société, sans aucun complexe, puisque Dominique Dyens aborde toutes les questions du confort matériel, des émotions, de la sexualité, de la maladie...

Tout ceci se trouve véhiculé par des personnages bien construits avec des personnalités riches et non linéaires. En nous montrant l’intrigue sous le point de vue du héros et de son épouse, l'auteure nous immerge véritablement dans leur intimité, ce qui nous permet d’apprendre à les connaître en profondeur. Il est toutefois dommage que le point de vue de l’épouse ne soit exploité que dans l'unique but de mettre en avant la personnalité du personnage principal. En effet, il offrait un impact non négligeable sur l’aspect de la vieillesse, et il aurait été intéressant de l’avoir jusqu’à la fin de l’ouvrage.

 

Points Faibles Points Forts
  • Point de vue de l’épouse non utilisé jusqu’au bout
  • Fil de l’intrigue
  • Thème de la vieillesse
  • Personnages riches

 

 

Notation : 

Style Écriture : 7/10

Intrigue : 7/10

Originalité : 8/10

Univers : 8/10

Personnages : 7.5/10

Moyenne Globale : 7.5/10

Sources Illustrations :

Image 1 – Business : https://pixabay.com/fr/entreprise-affaires-carri%C3%A8re-2904768/

Image 2 – Homme seul : https://pixabay.com/fr/d%C3%A9sespoir-seul-%C3%AAtre-seul-arch%C3%A9type-513529/

Image 3 – Vieillesse : https://pixabay.com/fr/arbre-kahl-horloge-temps-soins-97986/

Image 4 – Graphique bourse : https://pixabay.com/fr/flou-d-affaires-graphique-1853262/

Image 5 – Solitude : https://pixabay.com/fr/pont-jeune-fille-2483498/

 

Extraits

Extrait 1 :

Greenport, presqu’île de Long Island

Je suis mort une fois et une fois j’ai survécu. Et puis à ma seconde mort, j’ai ressuscité. Je veux dire que je suis vraiment devenu un autre.

J’habite un nouveau continent. La terre que je foule et l’air que je respire sont différents. J’aime mes promenades à l’aube sur la plage et mon whisky du soir sous le porche de ma maison. J’ai monté une petite affaire de restauration sur la presqu’île en face de New London.

Tous les jours, quand je balaie la terrasse en teck blanchi par le sel marin, je remercie le destin de m’avoir permis de connaître le bonheur.

À six heures ce matin, le ciel était déjà bleu et la mer était calme. Avec un temps pareil, les touristes vont affluer de toute la côte pour goûter notre clam chowder. C’est un soupe de palourdes et de pommes de terre, une spécialité de la Nouvelle-Angleterre.

Mes mains sont celles d’un vieil homme désormais.

 

Extrait 2 :

Toute la journée je n’avais cessé d’osciller entre allégresse et abattement. J’avais trahi tous mes principes. Plus jamais je ne serais cet homme intègre respecté par ses pairs. Accablé, je contemplai ma chaîne, mes baffles B&O et mon installation vidéo. Notre parquet en vingué. Les canapés Christian Liaigre sur lesquels je posais tous les soirs mon cul de directeur financier d’une entreprise du CAC 40. Mon bureau Le Corbustier et mes fauteuils Charles Eames. Tout ce luxe et toute cette opulence ! À quoi bon ? Voilà déjà plusieurs années que je ne prenais plus le temps d’ouvrir mes livres d’art. que je passais devant les statuettes Han et mes masques dogons sans les regarder. Mes tableaux Pop Art, la gueule enfarinée de Marylin par Warhol, mon Lichtenstein et mes photographies de Mapplethorpe ne me faisaient pas plus d’effet qu’une de ces reproductions d’Audrey Hepburn vendues quelques euros dans tous les magasins discount de France et d’Europe. Après quoi avais-je couru durant toutes ces années ? Quelle gloire avais-je recherchée ? Quelle satisfaction avais-je tirée du sexe adultère, de l’argent facile, des dépenses inutiles ? Et aujourd’hui ! Alice valait-elle que je compromette ma carrière ? J’avais agi par orgueil, pour devenir plus riche que Martin. J’étais pitoyable, je me faisais horreur.

Ma vie m’échappait, je me sentais vieux. J’aurais aimé avoir trente ans et repartir de zéro. Je regrettais le peu de temps consacré à mes enfants. Nous avions eu la mauvaise idée de les concevoir à un an d’intervalle, sans réaliser qu’ils quitteraient simultanément la maison. Ils me manquent, et leur absence creusait le fossé entre leur mère et moi. Nous nous efforcions, en société, de donner l’image d’un couple uni, de ceux qui donnent envie de croire que l’amour parfait existe, mais en tête à tête nous n’étions plus tenus à aucun effort. Nous nous confrontions au silence. À la solitude. À l’insatisfaction. Au ressentiment.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Éloïse D'Ormesson
  • Date de Publication : 07/05/2013
  • Format : 141 x 205 mm
  • Nombres de pages : 205
  • ISBN : 978-2-35087-225-4
  • Prix : 17.00 €

Numérique

  • Éditeur : 12-21
  • Date de Publication : 12/09/2013
  • Format : Epub / Mobi
  • Nombres de pages : 161
  • ISBN : 978-2-8238-0923-7
  • Prix : 12.99 €

Poche

  • Éditeur : Pocket
  • Date de Publication : 13/07/2017
  • Format : 108 x 178 mm
  • Nombres de pages : 215
  • ISBN : 978-2-266-25079-5
  • Prix : 6.30 €

 

Où l'acheter

Les libraires 1  Chapitre Fnac Decitre Cultura Price minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau