Lesson of the Evil

Bkk couv lesson of the evil 01

3 5

Auteurs : Eiji Karasuyama (d’après l’œuvre de Yûsuke Kishi)

Pays : Japon

Titre VO : Aku no Kyôten

Éditeur VO: Kôdansha

Sortie VO : 2012 - 2015

Éditeur VF: Kana

Sortie VF: 2015 - 2016

Nombre de Tome : 9/9

Genres : Mangas / Thriller psychologique

Public :  Adulte

Formats Disponibles : Papier

Rayonnage : Plutôt pas mal

La Critique de ChoupieS : Disponible

Bkk couv lesson of the evil 09

Liste des tomes

Lesson of the evil, Tome 1Critique disponible

Lessonof the evil 2Critique disponible

Lesson of the evil 03Critique disponible

Lesson of the evil 04Critique disponible

Lesson of the evil 05Critique Disponible

Lesson of the evil 06Critique Disponible

Lesson of the evil 07Critique disponible

Lesson of the evil 08Critique disponible

Lesson of the evil 09Critique disponible

 
 

Synopsis

Seiji Hasumi est un jeune professeur d’anglais adulé par ces élèves et les corps enseignants. Il a réponse à tout, et trouve une solution à chaque problème qui se présente. En d’autres termes, on peut compter sur lui. Mais, il a un objectif précis en tête : que tous ses élèves obtiennent leur diplôme dans les meilleures conditions possible.

Il est prêt à tout pour arriver à ses fins, même si cela signifie qu’il devra se salir les mains. Après tout, rien n’est trop beau pour atteindre la perfection ; si elle ne peut être obtenue, alors il ne faudra pas hésiter à éliminer les éléments perturbateurs. Et ça, Hasumi en est parfaitement conscient.

La Critique de ChoupieS

Avis global sur la série :

Un thriller machiavélique prenant, qui aurait gagné en tension en étant écourté et en s’appuyant sur tous ses personnages.

 

  • Graphismes / Style d'écriture : 

Dans l’ensemble, les graphismes sont appréciables et vraiment esthétiques. Ils ont la particularité de coller aux personnages, et surtout à celui du professeur Hasumi. Le graphisme s’adapte aux différenLoe 4 3 313x500tes facettes de ce dernier, le faisant osciller entre le côté angélique et le côté diabolique.

Il y a toutefois un relâchement de la qualité au milieu de la saga, mais heureusement cela ne dure pas ; et, à la fin de l’intrigue, on revient sur la qualité du début.

Un petit bémol quand même serait à mettre sur le manque de différentiation des personnages qui se ressemblent beaucoup. Là, je parle surtout des élèves d’Hasumi que l’on a beaucoup de mal à différencier pour certains.

 

  • L'intrigue : 

Lesson of the Evil compte neuf tomes. Dès le premier volume, on nous fait comprendre que le professeur Hasumi, le personnage central de la trame, n’est pas comme les autres. Je dirais même que l’on nous fait comprendre qu’il s’agit d’un réel sociopathe.

Pendant les premiers tomes (1 à 4), on ne cesse de se demander s’il va réussir à cacher ses réelles intentions, qui nous sont en partie dévoilées dans un chapitre spécial du tome 2. À ce moment, j’avais dit qu’il était dommage que l’on ait de telles révélations à ce stade. En ayant fini la saga, je peux comprendre pourquoi ce choix a été fait aussi tôt. Toutefois, je ne suis toujours pas convaincue qu’il s’agissait d’une bonne chose.Loe i03 313x500

Dans ce fameux chapitre, on nous suggère une partie du drame qui va se jouer à la fin de la saga. Nous faire un tel aveu avait pour seul et unique but de nous pousser à nous dire : « Mais comment, il a pu en arriver à faire ça ? ». Si le dénouement était arrivé deux ou trois tomes plus tard, cette question aurait été plus que pertinente. Mais cela n’a pas été le cas, puisque la saga en compte 9. Du coup, l’effet de surprise qui pouvait encore subsister a été annihilé.

Lesson of the Evil s’axe uniquement sur ce professeur atypique. En conséquence, pendant 7 tomes on nous explique en détail ses mécanismes de raisonnement ainsi que son caractère ; tant et si bien qu’il n’a plus de secrets pour nous. Quand le dénouement vient dans les deux derniers tomes, la surprise est totalement éventée, et la fin spectaculaire que l’on était en droit d’attendre dégonfle comme un soufflé fait trop tôt (un soufflé ça se mange juste après sa sortie du four, zut alors).

La plus grosse faiblesse scénaristique de l’œuvre est sa longueur qui n’aurait pas dû compter plus de 5 tomes. C’est réellement dommage, car sans cela, l’intrigue aurait vraiment été irréprochable. L’idée était plutôt originale et la mise en scène tenait en haleine. Mais à vouloir trop en faire, des situations et explications peu crédibles se sont faufilées pour tenter de conserver l’intérêt du lecteur jusqu’au bout.

 

  • L'univers :

Pendant la meilleure partie de la saga, on a un parallèle Loe 03 4 313x500avec le jeu des échecs ; Hasumi voyant sa mission personnelle comme une partie d’échecs. Le symbolisme est particulièrement fort, car il accroit le machiavélisme du personnage principal. On voit que tous les faits et gestes du professeur sont calculés afin d’arriver à ses fins ; et, quand un imprévu survient, il ne panique pas et se montre réfléchi pour pallier le désagrément.

Cet effet de calcul semble se dissiper pendant les quatre derniers tomes, mais les dernières scènes remettent en question ce sentiment. On va alors jusqu’à se demander si le dénouement de l’intrigue n’avait pas été prévu dans les hypothèses du personnage.

Un aspect qui aurait pu davantage être poussé, mais qui n’en est resté qu’au stade embryonnaire, est le "côté enquête" de l’intrigue, avec trois élèves qui vont tenter d’en savoir plus sur leur professeur, lLoe 03 6 313x500e jugeant trop bien pour être honnête. Leur initiative était à chaque fois étouffée par les révélations que l’on obtenait sans rien demander. Si ce pan avait été davantage développé, et donc si l’attention s’était moins focalisée sur Hasumi, les 9 tomes auraient trouvé leur justification sans aucun problème.

 

  • Les Personnages :

C’est peut-être là où le bat va le plus blesser, et pourtant c’est également sur ce point que l’on a l’une des meilleures choses de l’histoire. Seiji Hasumi est à la fois le point fort et le point faible de ce critère et de l’intrigue.

Toute l’histoire se cale sur lui. C’est uniquement sur l’objectif qu’il s’est donné, mais également sur la découverte de ce professeur que tout va s’articuler. Alors là, y’a aucun problème, on finit par le connaître sous toutes les coutures ; et je dis bien sous toutes les coutures (OUH mes yeux !).  On le connaît tellement qu’il finit par ne plus nous surprendre.

Le personnage est tellement charismatique qu’il va vampiriser les autres acteurs qui ne ressortent absolument pas. Les malheureuses tentatives d’exister au-delà d’Hasumi se soldent toutes par des échecs cuisants. En cela, l’intrigue est vraiment faiblarde ; car, si Hasumi n’était pas là, eh bien l’ensemble serait complètement insipide. Le pire est qu’il y avait matière à donner la part belle à d’autres personnages ; et, je pense notamment à certains élèves qui auraient pu être de parfaits contrepoids, sans pour autant dénaturer la direction narrative.

Loe02 05 313x400

En Bref : 

En bref, Lesson of the Evil est un manga que je ne regrette pas d’avoir lu. Il permet de voir une autre facette des œuvres se déroulant dans le domaine scolaire. En choisissant de se centrer sur un personnage aussi charismatique que sociopathe, la saga réussit à sortir du lot, en nous offrant des graphismes appropriés, malgré un léger relâchement sur le milieu. L’univers, dans son parallèle avec les échecs, est parfaitement maîtrisé quand il s’agit de mettre en scène le personnage d’Hasumi, mais est moins convaincant quand le « côté enquête » met en avant d’autres personnages.

Ce trait va refléter une dualité de l’œuvre qui, en misant sur ce professeur pas comme les autres, a totalement oublié de donner davantage de crédit à ses autres acteurs. Cela aurait pourtant permis de gonfler positivement l’intensité de l’ensemble. En tenant un tel cap, il est difficile de comprendre pourquoi la saga est aussi longue, car elle aurait pu se résumer en 5 tomes au lieu de 9.

Je recommande toutefois ce manga, ne serait-ce que pour découvrir le personnage de Seiji Hasumi, un sociopathe paradoxalement attachant.

 

Points Faibles Points Forts
  • Saga trop longue
  • Trop axé sur le personnage principal
  • Personnages secondaires négligés
  • Graphismes de qualité
  • Charisme du personnage principal
  • Originalité de l’intrigue

 

 

Notation : 

Style Écriture/Design : 8.4/10

Intrigue : 7/10

Originalité : 6.5/10

Univers : 7.4/10

Personnages : 7.8/10

Moyenne Globale : 7.4/10

Sources Illustrations :

Lesson of the Evil, tomes 1 à 9

 

Extrait 1 (sens japonais)

Loe ex04 800x600
Loe ex03 800x600
Loe ex02 800x600
Loe ex02 800x600

Extrait 2 (sens japonais)

Loe ex08 800x600
Loe ex07 800x600
Loe ex06 800x600
Loe ex05 800x600

Où l'acheter

Les libraires 1 AmazonChapitre Fnac DecitreCulturaPrice minister      

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !