Handicap...Le défi d'être miss

Bkk couv handicap le defi d etre miss

5

 

  • Auteur : Cindy Duhamel

  • Pays : France
  • Sortie : 28/01/2016
  • Adaptation  : Non
  • Public : Tout Public

4e de Couverture

Ce témoignage raconte l'histoire de Laura, jeune mannequin victime d'un accident de voiture qui la laisse paraplégique. Après cette tragédie, elle devient Laurana, femme courageuse dans l'acceptation de son handicap. Son nouveau combat : se battre pour changer les mentalités sur le handicap. De ses débuts dans le mannequinat à la terrible nuit de l'accident, l'hôpital, la rééducation, l'insensibilité du conducteur responsable, le procès, sa médiatisation, nous suivons pas à pas le combat de cette magnifique jeune fille pour faire tomber les préjugés sur les handicapés. Elle nous dévoile également l'envers du décor d'un concours de miss. Laura est, entre autres, la première candidate en fauteuil à une élection de beauté pour valides et revendique l'égalité et la mixité entre les valides et les non valides, elle se bat contre l'exclusion de la différence.

La Critique de ChoupieS

Un magnifique témoignage d’une grande sœur au nom de sa cadette, pour un message qui, si nous vivions, dans un monde parfait, ne devrait pas être nécessaire.

Résumé :

Que deviennent les rêves quand, du jour au lendemain, la vie bascule et nous prive de ce que l’on croyait à jamais acquis…nos jambes ? C’est cette dure question que Laura devenue, par les circonstances, Laurana a dû se poser après un grave accident de la route, causé par un conducteur peu soucieux de l’avenir de ses passagers. Grâce à sa force de volonté et à une perspicacité exemplaire, Lauranna a su trouver la réponse à cette question, malgré les épreuves semées sur le chemin de la reNAissance. Continuer à avancer n’importe où, mais surtout dans la vie. Car avancé, sur un podium, debout sur des jambes ou en roulant dans un fauteuil, est-ce différent ? Non, et Laurana nous le prouve au travers des mots de sa sœur.

 

Avis Général :

  • Le style de l’écriture :

Je n’aime pas beaucoup l’idée de parler de technique d’écriture pour un témoignage, car le style de l’écriture est celui du cœur. Par conséquent, je ne vois pas où les dures règles grammaticales trouveraient leur place, même si elles sont nécessaires. Je souhaite tout de même, apporter quelques mots dessus, car je trouve qu’il serait dommage de ne pas rendre justice au style de Cindy Duhammel, qui signe là sa première œuvre, avec une magnifique fluidité d’écriture.

Cindy et lauranaPeut-être que certains penseront, que cela lui a été facile d’écrire ce livre, puisqu’elle écrivait le parcours de sœur. Personnellement, je ne pense pas que cela ait été facile de mettre des mots sur ce qu’à vécu Laurana. Bien sûr, qui mieux que Cindy pouvait écrire sur sa sœur, qu’elle aime profondément. Cet amour est d’ailleurs présent dans chacune des pages de l’œuvre. Mais comment penser une seule seconde qu’il a été chose aisée, pour une grande sœur, d’écrire sur les souffrances morales et physiques que sa petite sœur a dû endurer. Je pense également qu’elle a dû éprouver une immense fierté en écrivant le courage et la force de caractère dont Laurana a su faire preuve.

Écrivant également, je sais que beaucoup d’émotions passent au moment de l’écriture d’une œuvre, mais celles-ci doivent être encore plus fortes quand il s’agit d’écrire sur soi-même, mais surtout sur une personne que l’on aime.

Cindy Duhammel a su retranscrire avec une justesse sincère, ses émotions, mais également, celles de Laurana. J’ai souri en découvrant, cette petite fille devenir une jeune femme au caractère bien trempée, tentée de devenir Reine du muguet en 2013. Mon corps entier frissonnait en lisant les souffrances de Laurana. C’est peut-être un peu fort de dire cela, mais je ne pouvais pas m’empêcher de me frotter le dos et les jambes en imaginant les souffrances qu'elle a endurées, juste après son accident, et qu’elle doit ressentir encore aujourd’hui. J’ai repris un peu espoir, au centre de rééducation. J’étais triste par la suite, quand la dure réalité du quotidien a remontré le bout de son nez. La colère est venue ensuite s’installer, face à cette mascarade, nommée justice, et puis de nouveau l’espoir clairsemé parfois d'incertitudes, mais qui ont fini balayées par le courage d’aller jusqu’au bout des choses.

Mes mots ne rendent pas justice à toutes les émotions qui traversent ce livre. Elles sont palpables à chaque instant, et ne peuvent marquer que d’une façon indélébile le lecteur, qui accepte de s’y plonger sans réserve.

 

  • Le Témoignage :

La première chose à dire est que ce livre n’est pas un témoignage sur le handicap.

Oui, oui vous avez bien compris.

Je le redis, ce n’est pas un livre sur le handicap, et je le maintiens, malgré le titre du livre. Non, ce livre parle du courage de poursuivre ses rêves comme n’importe quel être humain, sans aucune distinction. Ne serait-il pas mieux que d’arrêter de mettre les personnes dites en « situation de handicap » de côté, comme s’ils étaient contagieux.

Je pense que le message de ce livre est simple, en tout cas moi je l’ai compris comme ça : « je ne suis pas différente de vous, alors ne me traiter pas autrement ». C’est peut-être présomptueux de ma part, mais je ne pense pas beaucoup me tromper. Car dans ce livre, Cindy Duhammel, insiste en disant que sa sœur ne se plaint pas. Elle ne veut pas qu’on la prenne en pitié, est-ce un crime ?

Alors oui, nous voyons le quotidien, d’une jeune femme « valide », volé en éclat à cause d’un « accident volontaire».

Ah oui, précision, pour moi, rouler à 170km/h, avec trop de passagers dans sa voiture, n’est pas un réel accident, puisque l’on sait pertinemment qu’une telle vitesse est synonyme de mort. Mais bon, c’est mon opinion purement personnelle, et je sais qu’elle est loin d’être partagée. Que voulez-vous, notre société est loin d’être parfaite, et la justice encore moins. Et pour avoir passé plusieurs années sur les bancs d'une fac de droit, je ne le sais que trop.

Donc, suite à cet « accident volontaire » elle devient paraplégique et doit se faire à sa nouvelle vie. Et ses rêves dans tout ça ? Doivent-ils s’arrêter d’exister sous prétexte que la société, soi-disant bien pensante, composée en majorité de personnes « valides », juge qu’elle est devenue différente ?

Tout comme Laurana et ses proches, je n’ai jamais été d’accord avec une telleDuhamel 300x225 vision des choses. Ah ! C’est vrai que des difficultés techniques entrent en ligne de compte, comme passer la porte d’un magasin précédé de marches, accéder à un comptoir prévu uniquement pour des personnes bien campées sur leurs jambes, attraper un paquet de céréales sur une étagère haute, ou même monter dans un bus ou un train, et j’en passe puisque je ne parle que des personnes qui n’ont plus l’usage de leurs jambes. Et apparemment défilé sur un podium, fais également parti de la liste. Grâce à Laurana, beaucoup de gens ont pu se rendre compte, qu’avoir des jambes en bon état n’était pas une condition sine qua non pour cela.

Ne serait-il pas enfin temps de retourner le problème dans le bon sens, et se demander si ce n’est pas notre société qui est en situation de handicap, quand elles n'acceptent pas les « non valides » tels qu’ils sont ?

Personne ne trouve dommage, qu’il est fallu attendre 2015, soit le XXIe siècle, pour que l’on se rende compte qu’un concours de beauté peut voir une concurrente en fauteuil ? Moi si. Et ce que je trouve encore plus dommage est que Laurana est eue besoin d’une aussi grosse dose de courage pour surmonter cette épreuve, qui n’aurait jamais du en être une, s’il était intégré que ces « handicaps » ne constituent pas une différence à proprement parler. Car oui, nous sommes tous différents, bien sûr, mais ce genre de différences appelées « handicap », ne devraient pas être considérées comme telles.

« Liberté, égalité, fraternité », telle est la devise de notre pays. Liberté de pouvoir participer à un n’importe quel concours, égalité envers tous les candidats, et fraternité pour que personne ne se sente exclu. Vous allez dire que c’est une vision utopique, et vous aurez peut-être raison, mais pourquoi ne pas rêver d’une société comme celle-ci. Après tout, puisqu’une jolie Miss Sirène à prouver qu’elle pouvait nager aussi bien que n’importe quel autre poisson, pourquoi ne pas essayer de faire comme elle, pour nager les uns vers les autres.

 

  • En bref :

En bref, c'est un magnifique témoignage sur l’acceptation d’une différence, qui ne devrait pas être considérée comme telle. Mais c’est aussi le témoignage d’un combat pour plus d’égalité, chose qui devrait régir notre société, sans que cela éveille de quelconques plaidoyers contre un désir aussi naturel que celui de respirer.

Laurana dans son fauteuilJe n’ai pas pour habitude de lire des témoignages, étant plus attiré vers les littératures de l’imaginaire, mais je dois avouer que j’aurais rater, une magnifique preuve de courage. La Miss Sirène, Laurana, n’a rien à envier aux guerriers bataillant contre des démons pour préserver ce monde. Je remercie Cindy Duhammel, pour sa sublime plume, et pour m’avoir invité à lire la NAissance, de Laurana, la Sirène qu’elle aime tant. Et je remercie Laurana, pour m’avoir rappelé, à travers ce livre, qu’il ne tient qu’à nous d’avancer vers la voie que l’on choisit. Mais aussi pour avoir montré que la victoire pouvait revêtir plusieurs formes, les plus belles étant celles touchant directement en plein cœur.

 

Points Faibles Points Forts
  • Aucun
  • Tout

 

Notation :

Style Écriture : 9.5/10

Le témoignage : 10/10

Moyenne Globale : 9.75/10

Sources Illustrations :

http://www.leparisien.fr/compiegne-60200/compiegne-le-livre-sur-laurana-duhamel-enfin-disponible-09-06-2015-4847255.php

http://wellcom.fr/presse/books-on-demand/2015/07/selection-ete-laurana-naissance-une-sirene/

www.leparisien.fr/informatiohttp://www.leparisien.fr/compiegne-60200/compiegne-le-livre-sur-laurana-duhamel-enfin-disponible-09-06-2015-4847255.phpns/laurana-veut-etre-la-premiere-miss-en-fauteuil-11-02-2015-4522601.php

Quelques extraits

Préambule, p.6

Ma sœur, elle est unique et pourtant je n’ai pas toujours connu la même, il y a un avant et un après… Je l’ai adorée, détestée, maudite parfois même, puis de nouveau adorée : il y a eu des mots tendres, des cris, des pleurs, des câlins ; enfin comme dans toutes les familles j’imagine !

Ma sœur, deux personnalités et deux personnes qui se sont succédées…il y a un avant et un après, il y a Laura…et Laurana.


chapitre 7, p.70

Enfin seules, nous nous préoccupons du choix de la robe qui relève d’un autre combat. Deux ans auparavant, Laurana à l’image des ses concurrentes de l’époque et de celles d’aujourd’hui, recherchait la plus belle, celle qui mettrait le plus en valeur chacune de ses formes (privilégiant certaines plutôt que d’autres) ; celle qui de face, de profil ou de dos ferait émerger ses plus beaux atouts et cacherait ce qu’elle prenait pour de vilains défauts. Celle qui serait finalement son écrin, faisant la promesse de dévoiler le beau bijou qu’il fallait qu’elle soit. Cette fois-ci, Laurana s’attèle non plus à chercher la robe la plus sexy, mais celle qui sera assez glamour, chic et classe pour la mettre en lumière ; sa vision de la beauté a changé.


Chapitre 11, p.137

Elle espère qu’elle gagnera juste en défilant à nouveau, ce serait sa victoire personnelle. C’est son message d’espoir à tous ceux qui sont différents et qui veulent rentrer dans la norme ; montrer qu’il n’y a pas de normalité et de non normalité, que nous sommes tous égaux et que nos différences sont un enrichissement. elle appelle, par sa présence au défilé à la mixité, au mélange des valides et des non-valides. Pour ce jour, Laurana n’a pas fait en sorte de faire venir des bus complets et ne compte qu’une trentaine de personnes qui pensent se déplacer pour la soutenir.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : La Boîte à Pandore
  • Date de Publication : 28/01/2016
  • Format : 216 x 130 mm
  • Nombres de pages : 199
  • ISBN : 978287552110
  • Prix : 17.90€
 
 

Où l'acheter?

Les libraires 1AmazonChapitreFnacDecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau