Gladiatores

Bkk couverture gladiatores marcus m d

2 5

 

  • Auteur : Marcus M.D.
  • Pays :  France
  • Sortie : 14/09/2016
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte

4e de Couverture

Au cours d’une chasse improvisée dans les bois, Abrax, jeune prince barbare, est fait prisonnier par un contingent de soldats romains. N’écoutant que son courage, Laucos, son compagnon, part à sa recherche. Mais aveuglé par son amour, l’intrépide Gaulois tombe à son tour dans les filets de l’ennemi. Captifs, les deux amoureux sont envoyés à Narbonne, cité placée sous la domination de Rome, afin d’y combattre comme gladiateurs pour le compte de la maison Gradius.

Dès lors, les deux hommes n’auront de cesse de vouloir s’enfuir, quitte à se mettre en danger.

Mais leur projet sera vite compromis par le sanguinaire Curion Titus Gradius, dont la soif de pouvoir n’a d’égale que la cruauté.
Le couple trouvera-t- il la force nécessaire pour survivre au funeste destin qui attend chaque guerrier dans l’arène ?

La Critique de ChoupieS

Une épopée qui manque de consistance et qui peine à tenir la tension qu’elle tente d’instaurer.

Résumé :

En conquérant des territoires et en asservissant des peuples, les Romains ont trouvé la solution parfaite pour divertir la pBkk gladiatores marcus m d image 1 gaule narbo martius narbonne ensemblelèbe : l’arène. Les combats, plus féroces que sur un champ de bataille, ne sont d'aucune clémence pour les gladiateurs qui y mettent un pied.

Abrax et Laucos, deux Gaulois faits prisonniers, l’apprendront bien vite. Ou ils lutteront ou ils périront, car il existe, pour deux âmes faites l’une pour l’autre depuis toujours, des châtiments bien pires que la mort elle-même.

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

La plume de Marcus M.D. est simple, mais efficace. Elle est plutôt équilibrée et donne pas mal de fluidité au texte. La seule chose que j’ai pu relever, pouvant occasionner une gêne à certains lecteurs, ce sont les notes de bas de page. Dans le cas présent, elles sont justifiées ; cependant dans les ebooks elles sont pénibles. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’on ne peut pas les lire tout de suite, soit parce qu’elles se trouvent en fin de chapitre ou carrément à la fin du livre. Je vous laisse imaginer ce que peut être la tentative de lire une note de bas de page dans un livre électronique, ça peut être comique. Après, cet aspect conviendra ou pas en fonction des personnes, c’est totalement subjectif.

 

  • L'intrigue : 

L’idée de base est plutôt bonne et intéressante. Développer une histoire entre Gaulois et Romains dans un registre se couplant avec de la romance M/M n’est pas mal du tout. J’ai apprécié de sortir des sentiers battus et balisés que l’on a l’habitude d’avoir dans le registre. Ça m’a vraiment changé, et je le retiendrai dans ma notation.

En revanche, je n’ai pas que de bonnes choses à dire sur le développement de cette intrigue qui manque de consistance. C’est dommage, surtout quand on voit toute la matière qu’il y avait pour construire une histoire qui aurait pu être plus riche.Bkk gladiatores marcus m d image 2 vercingetorix

L’auteur nous propose des pics réguliers pour ne jamais laisser son histoire tomber dans la lassitude, mais la sauce ne prend pas. Les démarrages ne prennent pas de vitesse, de sorte que la côte ne peut être franchie. Résultat : on obtient une histoire qui en devient fade, n’arrivant pas à laisser une impression impérissable.

L’intrigue aurait gagné à être beaucoup plus travaillée surtout dans les phases d’impulsion. Pourquoi se priver d’utiliser une matière qui est pourtant bien présente ? Là, je n’ai pas la réponse à cette question.

 

  • L'univers :

Au départ, je me suis dit que le livre se dotait d’un univers bien façonné, plutôt réaliste, avec beaucoup de détails, nous permettant de nous immerger pleinement dans l’époque à laquelle se déroule l’histoire.

Mon sentiment n’a pas duré. Au fur et à mesure que j’avançai dans la lecture, j’avais l’impression de lire un remake de Gladiator. Ouais, vous savez le film de Ridley Scott avec, pour acteur vedette, Russell Crowe. Mais si...il joue le rôle d’un général romain en disgrâce : Maximus, Maximus, Maximus…FORCE ET HONNEUR !!!Bkk gladiatores marcus m d image 3 russel crowe gladiatore

Bon OK j’arrête ! Mais vous voyez de quel film je parle maintenant !

Je vous avouerai que ça m’a pas mal dérangé, parce que même si le film est bon, ça reste Hollywood avec les grandes libertés prises par rapport à l’Histoire. Et puis non, si je veux regarder Gladiator, je me mets le DVD qui dort dans ma dvdthèque. Si je vous souligne ça, c’est que la référence est un peu trop grosse pour être avalée toute crue. Dommage, parce qu’une fois de plus il y avait largement de quoi faire sans lorgner sur Hollywood.

  • Les Personnages :

BUP…

C’est très rare quand ça arrive, mais là je bug. Je ne vais pas vous mentir, je n’ai rien à dire Bkk gladiatores marcus m d image 5 casque gladiateurconcernant les personnages. Entendons-nous bien, ce n’est pas que je n’ai rien à dire parce qu’ils sont tellement géniaux que les mots me manquent. Non, ce n’est pas ça. Je n’ai rien à dire, parce que je ne vois pas quoi en dire tout simplement.

Ça craint, je sais. Sincèrement, ils ne m’ont absolument pas transcendé. Je n'ai rien ressenti les concernant. Je les ai trouvé plats, quelconques et empruntés à Gladiator pour certains. Nan, mais c’est terrible, parce que ça allait jusque dans le facies.

ATTENTION RISQUE DE SPOILER !!!!!!

Vous savez, Proximo, dans le film, le mec qui entraîne les gladiateurs ; vous avez exactement le même personnage dans ce livre. Je vous jure que je n’exagère pas. Ça va de sa physionomie à ses raisons d’être resté, en passant par son parcours de gladiateur. Nan, mais lunaire le truc.

FIN DU SPOILER !!!!

Vous allez me dire : « Ouais, mais les principaux, n’ont rien à voir avec le film ».

Oui, c’est vrai, je suis d’accord. Et il est là le souci justement. Les personnages originaux à cet ouvrage sont plus fades que ceux empruntés au film. Je n’ai clairement pas compris.

 

En Bref : 

En bref, "Gladiatores", permet de passer le temps, mais rien de plus. La plume de Marcus M.D. est simple, efficace et permet de donner à l’ensemble du texte une réelle fluidité de lecture.Bkk gladiatores marcus m d image 4 colisee

L’idée de base est intéressante et originale, mais elle n’est exploitée qu’en surface. Si les opportunités sont présentes pour empêcher l’histoire de lasser, elles ne sont pas utilisées pleinement et n’empêchent en rien l’ensemble d’être fade.

Au départ riche de références, l’univers ne maintient pas la cadence se référant un peu trop à un film très connu du genre, Gladiator. Le livre se trouve ainsi vampirisé par l’influence hollywoodienne, et cela jusqu’à copier certains personnages, coupant ainsi les personnages originaux de toute saveur et d’une possibilité de réel épanouissement.

 

Points Faibles Points Forts
  • Histoire fade
  • Manque de richesse dans le scénario
  • Univers ne maintenant pas les efforts
  • Personnages fades ou copier d’Hollywood
  • Plume simple, efficace et fluide
  • Idée originale
  • Richesse contextuelle sur le début

 

 

Notation : 

Style Écriture : 7.5/10

Intrigue : 4.5/10

Originalité : 7.5/10

Univers : 5/10

Personnages : 2.5/10

Moyenne Globale : 5.4/10

Sources Illustrations :

Image 1 – Narbonne antique : http://jeanclaudegolvin.com/narbo-martius-narbonne/

Image 2 – Vercingetorix jette ses armes aux pieds de César, Lionel Royer, 1899 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vercing%C3%A9torix

Image 3 – Gladiator, Ridley Scott, 2000 : http://www.daylightpeople.com/actualite/gladiator-is-back/

Image 4 – casque gladiateur : https://www.riemurasia.net/kuva/Gladiaattori-kypara/134337

Image 5 – Colisée : https://pixabay.com/fr/colosseo-rome-antique-colis%C3%A9e-1123400/

 

Extraits

Extrait 1 :

Le soleil était bas dans le ciel, moins lumineux, et même si au plus fort de la journée il lui arrivait encore d’être aussi brûlant qu’un brasier, il ne fallait pas s’y tromper : la saison claire touchait à sa fin. D’ici peu, les ténèbres s’imposeraient au monde des hommes comme à celui des esprits. Bien des signes annonçaient l’arrivée des longues nuits. Il suffisait de regarder la nature autour de soi. Le vent s’était nouvellement chargé d’humidité, les matins étaient plus frais et certains animaux de la forêt avaient commencé leur mue. Aux abords des clairières, les oiseaux migrateurs s’étaient regroupés, prêts à regagner les contrées du sud, réputées plus clémentes. De larges feuilles flétries tombées des chênes centenaires virevoltaient déjà de-ci de-là et le sol commençait à se couvrir de glands et de champignons comestibles. Dans l’atmosphère changeante de ce début d’après-midi, Abrax, fils d’Ambiorix, soupira en logeant un poignard dans son étui. Immanquablement, le froid viendrait.

« L’hiver est un adversaire fidèle », répétait son père. « Fidèle et meurtrier. »

Le roi Ambiorix n’avait pas tort.

Deux années de suite sous la gouvernance de son propre père, Amnoric, un hiver particulièrement mordant et neigeux avait fait de nombreuses victimes parmi les anciens et les très jeunes enfants. On n’avait plus connu d’épisode aussi glacial depuis lors mais, en levant la tête vers le ciel, Abrax se fit la réflexion que l’hiver arrivait plus tôt que d’habitude cette année, ce qui n’était pas pour le rassurer. Du bout du pied, le Gaulois frappa dans un petit caillou et le regarda s’envoler. Même si les femmes avaient ramassé leur lot de noix et fumé leurs tonneaux de poisson, la chasse demeurait encore pour la tribu le meilleur moyen d’affronter sereinement la saison froide. La veille, un troupeau de daims avait été aperçu par-delà la forêt en train de s’abreuver à la rivière. Si les dieux étaient cléments avec les pisteurs, la viande des cervidés serait séchée et nourrirait le groupe en cas de coup dur. Leurs peaux serviraient à confectionner des vêtements chauds et leurs os seraient taillés en vue de fabriquer des ustensiles pour la vie quotidienne. Il n’y avait pas de temps à perdre !

Abrax noua ses longs cheveux blonds cuivrés en marmonnant dans sa courte barbe. La patience n’avait jamais été son fort. Depuis qu’il était en âge de tenir une hachette, son caractère impétueux lui faisait souvent bouillir le sang dans les veines.

 

Extrait 2 :

La présence de Curion Gradius dans l’enceinte du ludus ne fit qu’accroître la rudesse des entraînements. Chaque matin durant les jours qui suivirent, il rejoignit Térès dans la cour pour faire son inspection, passant en revue ses guerriers en prenant soin de rabaisser les fortes têtes par une pique cinglante, une remarque désobligeante ou par la promesse d’un coup de fouet s’ils ne lui donnaient pas satisfaction. Térès désapprouvait son comportement. L’instructeur savait que ce n’était pas ainsi que le jeune patricien s’attirerait les faveurs de ses gladiateurs.

Octavius Titus Gradius avait été un homme sévère et intransigeant, mais jamais il ne s’était autorisé à humilier gratuitement ses hommes. Il connaissait la valeur de chacun d’entre eux, savait que la renommée de sa famille reposait sur leur courage et leur abnégation. Curion, lui, ne voyait en eux qu’un moyen d’accéder à un poste important. Ces hommes en sueur qui se démenaient du matin au soir n’étaient qu’un tremplin vers une carrière politique, des pions qu’il pouvait sacrifier à loisir.

― Tu ne devrais pas les malmener ainsi, avait tenté de lui faire comprendre Térès un matin. Tu dois leur donner une bonne raison de combattre pour toi.

― Quel autre motif leur faut-il sinon mon bon plaisir ? avait demandé Curion.

Térès n’avait pas répondu car aucune explication n’aurait eu de sens pour son employeur. Curion était désireux de marcher sur les traces de son père, mais n’avait pas pour ambition de le prendre en exemple.

Étonnamment, le seul qui ne souffrait pas des sautes d’humeur du laniste était Laucos. Pour une obscure raison, Curion Titus Gradius se montrait toujours aimable avec lui. Un comportement qui finit par éveiller la suspicion d’Abrax.

― Je suis certain qu’il mijote quelque chose, dit-il un soir, allongé sur sa paillasse, un bras par-dessus l’épaule de son conjoint.

― Tu vois le mal partout, le taquina Laucos gagné par la fatigue.

― Et toi, tu te montres trop confiant. Curion s’acharne sur chacun de nous sauf sur toi. C’est louche.

― Il a peur de moi, voilà tout.

― Ou peut-être que tu lui plais.

― C’est complètement grotesque !s’insurgea Laucos. 

― Pas tant que ça si tu prends la peine d’y réfléchir une seconde.

― Il peut toujours déclarer sa flamme. Je n’aime que toi.

Abrax pencha légèrement la tête sur le côté. Son visage était si proche de celui de Laucos qu’il pouvait compter le nombre de paillettes qui coloraient ses iris bleutés.

Malgré la dureté de la situation, les amants réussissaient à trouver du réconfort dans leur quotidien, à travers les baisers qu’ils échangeaient ou bien dans les gestes tendres qu’ils s’accordaient entre les exercices.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Mix Éditions
  • Date de Publication : 22/09/2016
  • Format : 148 x 210 mm
  • Nombres de pages : 175
  • ISBN : 978-2-37521-024-6
  • Prix : 14.90 €

Numérique

  • Éditeur : Mix Éditions
  • Date de Publication : 14/09/2016
  • Format : Epub / Mobi
  • Nombres de pages : 175
  • ISBN : 978-2-37521-025-3
  • Prix : 4.99 €
 

Où l'acheter

Mix editions

Les libraires 1  Chapitre Fnac Decitre Cultura Price minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !