Gaby ou l'échange de servitudes

Bkk couv gaby ou l echange de servitudes

0 etoile Avertissement  : Érotisme

 

  • Auteur : JSM
  • Pays :  France
  • Éditeur : JSM (Auto-édition)
  • Sortie : 03/11/2016
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte

4e de Couverture

Héritier d'une maison dans un village du centre de la France où il a passé une partie de sa jeunesse, un écrivain arrivé à l'âge mûr et bien décidé à vivre désormais ses fantasmes sans concession, fait appel à Gaby, une ancienne connaissance, pour qu'elle s'occupe de son ménage. 

Sa proposition n'est pas sans arrière-pensée, et c'est aussi d'autres services, plus intimes, qu'il attend d'elle et qu'elle acceptera de lui rendre.

Personne n'est jamais seulement celui qu'il croit être ou que l'on croit connaître. La découverte de l'autre et de soi-même est la clé de ce récit où cynisme et lucidité resteront jusqu'au bout synonymes, une quête de sensualité où les rôles maître et soumise évolueront jusqu'à finir par s'inverser.

La Critique de ChoupieS

Une histoire courte inscrite plus sur le terrain de la pornographie de mauvais goût que sur celui de l’érotisme.

 

Résumé :

Un écrivain hérite de la vieille maison de sa tante et décide d’y habiter pour retrouver l’inspiration. Une maison doit être entretenue et il n’a aucune envie de s’en charger. Il fait alors appel aux services de Gaby en la matière. Il sait parfaitement qu'elle possède de nombreux autres talents, et il ne compte pas se priver ; quitte à lui apprendre de nouvelles choses.

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

À première vue on se dit que la plume de l’auteur n’est pas mal du tout, mais on déchante assez rapidement. Le style se traduit par utilisation souvent inappropriée de la phrase courte. Il est vrai que ce type de phraBkk gaby ou l echange de servitudes 01 saint cyrses est à privilégier dans un texte. Je n’aurais probablement rien eu à dire de ce côté si, en règle générale, la ponctuation n’avait pas été installée d’une manière aussi anarchique. Je suis loin d’être une professionnelle en termes de ponctuation, je ne suis pas correctrice ; toutefois, quand elle en vient à perturber la fluidité de lecture, il ne faut pas être sorti de Saint Cyr pour voir qu’il y a un gros souci.

S’il ne s’agissait que d’un problème de fluidité, à la limite on pourrait passer outre, mais ça va encore plus loin que cela. En effet, par moment le sens de la phrase devient flou, tant cela va jouer sur la construction grammaticale. J’ai davantage eu l’impression d’être sur une première mouture que sur un texte finalisé.

 

  • L'intrigue : 

EUH…que dire d’une intrigue inexistante ?

Je ne suis pas fan des textes se positionnant uniquement sur l’érotisme en genre littéraire majeur.

Pourquoi ?

Je viens juste de le dire. Y’a pas d’intrigue. À part voir les protagonistes copuler à longueur de temps, on ne voit pas grand-chose d’autre. Gaby ou l’échange de servitudes ne fait absolument pas exception à la règle.Bkk gaby ou l echange de servitudes 02 ennui

On est en présence d’une œuvre comportant une cinquantaine de pages, pas plus.

En 55 pages, je me suis dit : « S’il y a une intrigue, elle a plutôt intérêt à percuter d’entrer de jeu, parce que c’est extrêmement court. » D’un certain côté, et sans mauvais jeu de mots, on peut dire que ça a percuté dès le départ, en effet. Je n’avais jamais lu autant de scènes pornographiques (et non érotiques) en si peu de pages. J’ai halluciné, et surtout je me suis ennuyée.

De vous à moi, je vais vous avouer quelque chose, dans ce genre de livre, j’ai une grande tendance à zapper les scènes d'accouplement à outrance. Une fois qu'on en a lu une, on les a toutes lues, faut reconnaître. Là, j’ai pas pu faire autrement, y’avait que ça !

Au bout de 10 pages, je me suis dit « C’est redondant ». Au bout de 15 « C’est quand que ça se termine ? ». Au bout de 20 « Faut vraiment le finir ? » ; et ainsi de suite, jusqu’au deux tiers de l’œuvre. Là, il y a un petit sursaut scénaristique, plutôt sympathique pour le coup, puisque qu’on se retrouverait presque sur du thriller psychologique. Mais bon, c’est gâché par des scènes pornographiques glauques qui deviennent ridicules.

Le pire dans tout ça, c’est que la fin de l’œuvre est bien Bkk gaby ou l echange de servitudes 03 ridiculetrouvée. Il fallait y penser. Cependant, cette imprévisibilité est quelque peu gâchée par les erreurs de style que j’ai pointé sur la partie correspondante. Fin bonne, mais brouillonne.

Au final, quel est l’intérêt d’avoir une super fin, si on perd le lecteur en cours de route ? J’ai toujours pour habitude de terminer tous les livres que je commence ; mais honnêtement, si ce livre n’avait pas été un service presse, j’aurais lâché l’affaire, parce que voir un couple copuler à longueur de temps me gonfle, d'autant que ça n’apporte aucun intérêt.

  • L'univers :

EUH…que dire quand y’a pas dBkk gaby ou l echange de servitudes 04 citation vulgarite’univers ? Il me semble que je me répète un peu là.

Oui, je me répète, parce que l’univers est inexistant. Ah si, le côté masochiste, voire sadomasochiste peut-être, et encore. Je l’ai trouvé surtout grotesque. Ce qui m’a le plus exaspéré c’est la vulgarité des termes. Non seulement les actes étaient vulgaires, mais le vocabulaire en rajoutait une grosse louche dont on pouvait se passer, sans problème.

 

  • Les Personnages :

Ils ne cassent pas trois pattes et canard, pour la bonne et simple raison qu’ils n’ont pas été exploités à leur juste valeur. Si leur psychologie avait été davantage approfondie et travaillée, le livre aurait été tout autre. Bkk gaby ou l echange de servitudes 05 deux tiers

Pendant les deux premiers tiers, à part avoir affaire à un pervers dominateur et une ingénue perverse (oui, dans ce sens-là), on ne voit pas autre chose. En revanche dans le dernier tiers, on se rend compte que leur personnalité n’est peut-être pas aussi simple qu’elle n’y paraît. Cependant, quand on s’en aperçoit le livre est fini. Ce revirement est beaucoup trop tardif.

 

En Bref : 

En bref, Gaby ou l’échange de servitudes est un texte qui aurait besoin d’un retravail de fond, à tous les niveaux ; et je pèse mes mots.

La plume hachée de JSM se retrouve en une posture encore plus délicate, quand une ponctuation hasardeuse et pBkk gaby ou l echange de servitudes 06 fineu réfléchie perturbe le peu de fluidité qu’il y avait.

L’intrigue et l’univers sont inexistants. Ils laissent la place à un flot trop dense d’une pornographie vulgaire, qui ne doit son utilité qu’à cacher la non-construction de la trame.

Les personnages ne dévoilent un léger intérêt que sur le dernier tiers d’un livre d’une cinquantaine de pages, qui arrive à afficher une fin originale. Elle ne suffit cependant pas à sauver le texte. Une œuvre peut avoir la meilleure fin qui puisse exister dans le paysage littéraire, si le lecteur arrête sa lecture en cours de route, elle n'aura aucune utilité.

 

Points Faibles Points Forts
  • Style brouillon
  • Intrigue et univers inexistants
  • Vocabulaire vulgaire
  • Personnages mal exploités
  • Fin inattendue

 

 

Notation : 

Style Écriture : 2/10

Intrigue : 0/10

Originalité : 0.5/10

Univers : 0/10

Personnages : 0/10

Moyenne Globale : 0.5/10

La notation étant dure, j'indique ci-dessous les raisons :

Style : 2/10 – L’ouvrage est davantage un brouillon qu’une œuvre finalisée. Des erreurs grammaticales et orthographiques graves se retrouvent dans l’œuvre, au point où celle-ci comporte des phrases incompréhensibles.

Intrigue : 0/10 – Inexistante.

Originalité : 0.5/10 – La seule originalité se situe sur la fin. Malgré une bonne idée, celle-ci pâtit tout de même du style, de l’absence d’intrigue et d’univers, ainsi que de la mauvaise utilisation des personnages.

Univers : 0/10 – Inexistant. Vocabulaire inutilement vulgaire.

Personnages : 0/10 – J’ai été extrêmement dure sur cette partie, car c’est autour d’elle que toute la notation s’articule. Je ne pardonne jamais une maltraitance du potentiel des protagonistes, qui est, selon moi, à son apogée dans cette œuvre.

Sources Illustrations :

Image 1 : http://www.wikiwand.com/fr/Lyc%C3%A9e_militaire_de_Saint-Cyr

Image 2 : http://www.revele-ton-potentiel.com/ennuie/

Image 3 : http://www.potdecitations.com/profil/vulgarit%C3%A9/

Image 4 : https://wamiz.com/tooniz/tag/ridicule

Image 5 : http://maclassepointcom.e-monsite.com/pages/mathematiques/numeration/les-fractions.html

Image 6 : http://culturevie.info/tag-fin.html?s=www.trouver-tout.fr

 

Extrait

Unique héritier. Le notaire avait expédié l'affaire vite fait. Une demi-heure plus tard je prenais possession des lieux, non sans avoir dû lutter d'abord contre les ronces pour réussir à ouvrir le portail.

La maison de ma tante était au bout du village, un jardinet sur le devant face à la route et le reste du terrain derrière, avec une courette exposée au nord à l'abri des regards. Je serais bien ici pour écrire. La petite table de bistrot recouverte d'un plateau de marbre trônait toujours au beau milieu, un peu verdie par les hivers ; elle avait juste besoin d'un coup d'éponge.

De l'autre côté les herbes folles montaient jusqu'aux fenêtres et la maison puait l'humidité, murs et meubles noirs de crasse... Le jardinage n'était pas un problème, il y avait une tondeuse électrique dans la remise pour tondre l'herbe entre les arbres, je n'étais pas disposé à en faire davantage. Je m'en foutais un peu du jardin, sauf le frêne et le grand tilleul qui se dressait plus loin au bord du chemin descendant vers le verger. C'était tellement agréable de sortir, matin et soir, pour aller pisser contre le tronc de l'un ou de l'autre.

Pour le pain je pouvais aller à pied jusqu'à la boulangerie et la supérette n'était pas loin non plus. La cuisinière fonctionnait correctement – la bouteille de gaz encore à moitié pleine m'en avait fourni la preuve, et l'aspirateur rangé dans le cellier aspirait très bien. Parfait. Quant à la question de savoir qui allait s'occuper du ménage, je n'avais qu'une certitude à ce sujet : sûrement pas moi. J'avais autre chose à faire.

Mais j'avais ma petite idée à ce sujet. Gaby.

Les Éditions

Numérique

  • Éditeur : JSM (Auto-édition)
  • Date de Publication : 03/11/2016
  • Format : Epub / Mobi
  • Nombres de pages : 55
  • ISBN : 979-1-0969-402-8
  • Prix : 2.99€
 
 

Où l'acheter

 Amazon    Kobo

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !