Frankenstein, ou le Prométhée moderne

Bkk couverture frankenstein ou le promethee moderne mary shelley

4

 

  • Auteure : Mary Shelley
  • Pays : Royaume-Uni
  • Titre VO : Frankenstein ; or, The Modern Prometheus
  • Éditeur VO : Lackington, Allen & Co
  • Sortie VO : 1818
  • Éditeur VF : Corréard
  • Sortie VF : 1821
  • Traduction : Jules Saladin [Traduction suivantes : Germain d’Hangest (1922) / Eugène Rocartel et Georges Cuvelier (1945) / Henry Langon (1946) / Hannah Betjeman (1947) / Joe Ceurvorst (1964) / Raymonde de Gans (1968) / Guy Abadia (1976) / Jean-Marie Mellet (1979) / Paul Couturiau (1988) / Alain Morvan et Marc  Porée (2014)]

  • Adaptation : Théâtre / Cinéma / Télévision / Littérature / Bande dessinée
  • Public : Tout Public
  • Formats Disponibles : Papier / Numérique / Audio
  • La Critique de ChoupieS : Indisponible / En cours / Disponible

4e de Couverture

« C’est alors qu’à la lueur blafarde et jaunâtre de la lune qui se frayait un chemin au travers des volets, je vis cet être vil – le misérable monstre que j’avais créé. Il soulevait le rideau du lit et avait les yeux – si l’on peut les appeler ainsi – fixés sur moi. Ses mâchoires s'ouvrirent et il bredouilla quelques sons inarticulés, tandis qu’un rictus ridait ses joues. Peut-être dit-il quelque chose, mais je ne l'entendis pas. Il tendit une main comme pour me retenir, mais je m’échappai et descendis précipitamment les escaliers. Je me réfugiai dans la cour de la maison que j’habitais ; j’y demeurai le reste de la nuit, marchant de long en large dans un état d’agitation extrême, écoutant attentivement, percevant et redoutant le moindre son, comme s’il devait annoncer l’approche de ce cadavre démoniaque auquel j'avais si malheureusement donné la vie. »

Source : Gallimard

La Critique de ChoupieS

Une œuvre mêlant lyrisme et horreur, en toute fluidité.

Résumé :

Si certaines lois de l’humanité se doivent de rester inviolées, c’est pour une bonne raison. Mais cela, Victor Frankenstein, jeune étudiant prometteur, n’en a que faire. Il veut percer les plus grands mystères de la création de l’homme. Son acharnement portera ses fruits, bien plus qu’il ne l'aurait espérer ; mais, il est une règle que le jeune homme oublia face à sa tâche : tout à un prix, dont il faut tôt ouBkk frankenstein ou le promethee moderne mary shelley image 1 londres 1 tard s’acquitter.

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

Cela faisait un sacré bout de temps que je n’avais pas lu de livres datant du XIXe siècle ; il a donc fallu que je me remette dans le style de l’époque, qui est quand même autre chose que maintenant. Il faut dire que là où il fallait un paragraphe pour décrire un sentiment, maintenant l'on n'utilise plus qu’une seule phrase, et encore.

La plume de Mary Shelley est fluide et agréable à l’œil ainsi qu’à l’oreille. Même si l’époque voulait cela, il y a un grand lyrisme dans la construction des phrases et leur enchaînement. Certains trouveront qu'il ralentit l’action, quand d’autres estimeront que cela confère à l’ouvrage un certain romantisme.

Dans tous les cas, il est plutôt aisé de reprendre le pli de ce style d’écriture. On ne but sur aucune phrase. Le texte glisse tout seul, ce qui est plaisant. Par moment, on se retrouve en pleine envolée lyrique où la seule chose à faire est de se laisser porter par les mots.

L’auteure utilise plusieurs effets de style pour construire sa trame. C’est d’une manière tout aussi souple qu’elle utilise différents types de narration et notamment la forme épistolaire (pour rappel, le genre épistolaire utilise une succession de correspondances pour véhiculer et porter la narration de l’intrigue). On suit parfaitement bien le récit, construit d’une manière pyramidale avec un effet « Matriochka » ; une histoire porte une histoire qui porte elle-même une autre histoire, et l’on revient par palier à l’histoire d’origine. Dans le cas présent, il n’y a rien à redire sur la technique qui est à couper le souffle.

 

  • L'intrigue : 

Tout le monde connait plus ou moins l’histoire du docteur Frankenstein ; je ne pense donc pas qu’il soit nécessaire que je développe ce point.Bkk frankenstein ou le promethee moderne mary shelley image 2 tubes a essai 1

Ah ! Vous ne la connaissez qu’à travers les adaptations cinématographiques qui ont été faites. Bon ! Là, ça pose problème.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que les adaptations n’ont rien à voir avec l’ouvrage et je pèse mes mots. À ce stade-là, il ne s’agit pas d’adaptations, mais de purs massacres de l’essence même de l’œuvre. Non, je n’exagère pas. Revenons donc à l’essence même de ce livre, sans spoiler, bien évidemment.

Oubliez tout ce que vous pensez connaître du docteur Frankenstein et de sa créature. Oubliez ces heures de films concentrées uniquement sur : « comment un savant fou utilise la foudre pour amener à la vie une créature qu’il a créée à partir de différents morceaux de corps récupérés on ne sait où » (pas de ponctuation, on ne respire pas).

Dans l’œuvre dont je vous parle, cette partie ne constitue qu’environ une vingtaine de pages (sur un peu plus de 300), et je pense même que je vois large. D’ailleurs, pendant cet épisode nous sommes davantage dans l’esprit de Victor Frankenstein que dans la découverte du procédé utilisé pour créer la créature. Pareil, pour les fans du serviteur nommé Igor, je suis navrée de vous apprendre qu’il n’existe pas dans l’œuvre originale.

Alors, si l’œuvre ne se focalise pas sur la création du monstre, de quoi parle Mary Shelley dans son livre ?

Eh bien, elle choisit d’axer son histoire sur le personnage de Frankenstein et sur sa psychologie. Je développerai ce point plus en détail juste en dessous. Sachez toutefois que l'on se plonge rapidement dans l’intrigue qui est captivante. Il serait mensonger de dire qu’il n’y a pas de temps mort ; certains d’entre eux sont même parfois fort ennuyeux, car le personnage se perd en conjecture et en phrasés grandiloquents. Mais, passé ces quelques épisodes, on retrouve toute notre curiosité pour savoir ce qu’il va lui arriver ensuite. Il est vrai que la fin est assez prévisible et manque de panache comparé à tout ce que l’on aura pu avoir tout du long ; mais on garde sans problème un bon sentiment général de ce classique de la science-fiction.

Bkk frankenstein ou le promethee moderne mary shelley image 3 lac bergsee 1

  • L'univers :

Je vous l’ai dit un peu plus tôt, l’œuvre s’axe sur la psychologie du personnage principal. Mais il s’agit davantage d’un détour pour nous montrer un aspect plus moral et sociétal du drame que Frankenstein vivra avec sa création.

Le titre complet de l’ouvrage est Frankenstein ou le Prométhée moderne. L’on peut dire qu’il porte parfaitement son nom,  puisque Prométhée, dans la mythologie grecque, est condamné à se faire dévorer le foie par l’Aigle du Caucase, jour après jour, pour avoir créé les hommes. (Un autre mythe raconte que la punition serait due au fait que Prométhée vola le feu des Dieux pour l’offrir aux hommes après que Zeus les en eut privés).

 

En ayant cela à l’esprit, on peut dire que le pauvre Frankenstein se trouve exactement dans la même situation que Prométhée. La différence se positionne sur le fait que l’Aigle est remplacée par une créature hideuse tourmentant sans cesse son créateur.

Ainsi, l’ouvrage aborde le thème de l’intention que l’on a des projets auxquels l’on se destine, mais pas seulement. En effet, elle nous montre également les notions de repentir, de culpabilité, de vengeance et de pardon (ou non).

Tous ces thèmes sont abordés de la meilleure manière qui soit, car on ne sent pas d’effet moralisateur. Même si Mary Shelley pointe du doigt des défauts que possède l’être humain moderne de son époque (défauts encore plus grands aujourd’hui), elle nous montre qu’il y a toujours une possibilité de rédemption qu’elle nous plaise ou non, et qu’au final le choix nous appartient toujours.

 

  • Les Personnages :

Victor Frankenstein est sur le devant de la scène pendant la quasi-totalité du livre, et c’est amplement normal, car c’est lui le narrateur principal. C’est par sa vision que nous avons connaissance des événements qu’il a vécus avec sa créature.

Ce qui frappe tout de suite et que l’on est en présence d’un homme qui possède, plus qu'un esprit maladivement fou, une extrême curiosité ainsi qu’une haute opinion de ses capacités ; ces qualités deviendront des défauts qui le Bkk frankenstein ou le promethee moderne mary shelley image 4 ruelle de nuit 1conduiront à faire l’irréparable, en créant un être vivant grâce à la science. Il nous offre son cheminement et c’est avec une réelle générosité qu’il témoigne de sa bêtise et des malheurs qui l’accablent. En tous les cas, c’est ainsi que le représente Mary Shelley.

On est bien loin du docteur complètement fou et dénué de conscience que nous dépeignent les trop nombreuses adaptations. On est véritablement en présence d’un homme qui raisonne parfaitement, qui pèse le poids de ses actes et en tire les enseignements.

Il est acté qu’à certains moments, on se demande si la folie n’est pas sa compagne, mais au vu des événements, on ne peut que le comprendre aisément ; et, elle est loin d'être incompréhensible et sadique.

Un autre personnage qui est essentiel est bien évidemment la bête créée par Frankenstein. Elle agira tout au long de l’intrigue comme le côté sombre, ou plutôt le bourreau de son propre créateur. Elle incarne son péché. Mais loin d’être une créature uniquement motivée par la ruse, la méchanceté et la soif de sang, elle possède un caractère bien plus complexe. Autre mythe qui tombera pour les cinéphiles, cette créature est très intelligente, et parle parfaitement bien, pas de « Arghhh…rhoooo… » (je fais bien la créature, non ?) et je ne sais quelles autres onomatopées.

Dans son cas également, on peut éprouver de la sympathie et surtout de la compréhension face à ses actions, même les plus horribles ; et, c’est en cela que se situe la complexité de toute l’histoire. D’ailleurs, la fin l’illustre parfaitement, car le cœur du lecteur balance entre condamnation et pardon.

 

En Bref : 

En bref, Frankenstein ou le Prométhée moderne est un des classiques de la science-fiction à avoir lu au moins une fois. La plume de Mary Shelley appartient certes au XIXe siècle, mais elle possède un lyrisme particulièrement marqué, fluidifiant le texte et l’utilisation de différents procédés de style, notamment l’épistolaire.Bkk frankenstein ou le promethee moderne mary shelley image 5 boris karloff frankenstein james whale 1

L’auteure nous relate une histoire axée sur la psychologie plus que sur les procédés techniques utilisés par le docteur Frankenstein, contrairement à ce que le cinéma se targue de faire la plupart du temps. L’œuvre est plus profonde que cela et nous offre un savant non pas fou initialement parlant, mais qui paye pour sa trop grande curiosité, confiance en ses capacités et son orgueil. De ce fait, la créature créée devient son fardeau et son bourreau, élevant le débat vers des questionnements comme la juste place de l’ambition, le rôle de la vengeance ou du pardon, par exemple.

En tant que personnage principal, Frankenstein nous offre par son introspection et ses réflexions la possibilité de juger par nous-mêmes des problèmes soulevés. Toutefois, la créature joue également ce rôle, même si ces apparitions sont épisodiques. Sa non-présence ne l’empêche en rien d’avoir un fort impact, puisque tout repose sur elle et ses actes. Elle révèle un caractère particulièrement complexe qui la place sur un pied d’égalité avec n’importe qu’elle être humain.

À ceux qui souhaiteraient s’engager dans un classique où la pensée prime sur l’aventure tout en captivant le lecteur, je leur recommande cet ouvrage.

 

Points Faibles Points Forts
  • Quelques lenteurs
  • Fin prévisible
  • Écriture complexe et fluide
  • Intrigue addictive
  • Introspection du personnage principal
  • Personnification du fléau de Frankenstein
  • Complexité de la créature

 

 

Notation : 

Style Écriture : 9/10

Intrigue : 7.5/10

Originalité : 9/10

Univers : 8/10

Personnages : 8.5/10

Moyenne Globale : 8.4/10

Sources Illustrations :

Image 1 – Londres : https://pixabay.com/fr/londres-voir-architecture-ville-143030/

Image 2 – Tubes à essai : https://pixabay.com/fr/la-science-tubes-test-scientifique-2203701/

Image 3 – Lac Bergsee : https://pixabay.com/fr/montagnes-lac-bergsee-haus-am-see-1645078/

Image 4 – Ruelle de nuit : https://pixabay.com/fr/dormir-ville-sommeil-nuit-soir%C3%A9e-89197/

Image 5 – Frankenstein (1931), de James Whale : http://www.denofgeek.com/us/movies/frankenstein/251228/frankenstein-adaptations-are-almost-never-frankenstein-adaptations

 

Extraits

Extrait 1 :

LETTRE I

À MRS. SAVILLE, ANGLETERRE

Saint-Pétersbourg, 11 décembre 17..

Vous serez heureuse d’apprendre que le commencement d’une aventure que vous regardiez avec tant de fâcheux pressentiments s’est déroulé sans aucun désastre. Je suis arrivé ici hier ; et j’ai pour première tâche d’assurer ma chère sœur que je me porte bien et que j’ai de plus en plus confiance dans le succès de mon entreprise.

Je suis déjà bien au nord de Londres et, marchant dans les rues de Pétersbourg, je sens qu’une froide brise septentrionale pique mes joues ; elle me fortifie les nerfs et m’emplit de plaisir. Comprenez-vous ce sentiment ? Cette brise, qui provient des régions vers lesquelles je fais route, me donne un avant-goût de ces climats glacés. Encouragées par ce vent prometteur, mes rêveries gagnent en ferveur et en vivacité. En vain essayé-je de me persuader que le pôle est le domaine du gel et de la désolation : il se présente sans relâche à mon imagination comme la région de la beauté et du plaisir. Là-bas, Margaret, on voit le soleil en permanence ; son large disque ne fait qu’effleurer l’horizon et diffuse une perpétuelle splendeur. Là-bas – car, si vous me le permettez ma sœur, j’ai bien l’intention d’accorder quelque foi aux précédents navigateurs – là-bas, neige et gel sont bannis et, parcourant une mer calme, peut-être serons-nous délicatement poussés vers une contrée surpassant en merveilles et en beauté tous les pays découverts à ce jour sur les parties du globe habitées par l’homme.

 

Extrait 2 :

CHAPITRE V

C’est par une sinistre nuit de novembre que je contemplai l’aboutissement de mes efforts acharnés. Avec une anxiété qui confinait presque à la torture, je rassemblai autour de moi les instruments de vie, afin de pouvoir communiquer une étincelle d’existence à la chose inerte gisant à mes pieds. Il était déjà 1 heure du matin ; lugubre, la pluie fouettait les vitres et ma chandelle était presque entièrement consumée lorsque, dans la lueur de cette lumière expirante, je vis s’ouvrir l’œil terne et jaune de la créature : la chose se mis à ahaner, les membres agités d’une mouvement convulsif.

Comment pourrais-je décrire les émotions que je ressentis devant un tel dénouement, ou dépeindre le misérable, auquel, au prix de peines et d’un soin infinis, je m’étais mis en tête de donner forme. Il avait les membres disproportionnés et j’avais choisi ses traits pour leur beauté. Leur beauté – Dieu tout-puissant ! Sa peau jaune couvrait à peine l’entrelacs de muscles et d’artères qui la sous-tendait. Ses cheveux étaient d’une noir luisant, et lui tombaient dans le cou. Ses dents avaient la blancheur des perles. Mais toutes ces luxuriances ne servaient qu’à produire un contraste plus atroce avec ses yeux délavés, qui paraissaient presque de la même couleur que les orbites grivelées où ils étaient logés, ainsi qu’avec son teint parcheminé et ses lèvres toutes droites et noires.

Les Éditions

Poche 1

  • Éditeur : Gallimard
  • Date de Publication : 05/11/2015
  • Format : 110 x 178 mm
  • Nombres de pages : 336
  • ISBN : 978-2-07-046808-9
  • Prix : 4.80 €

Poche 2

  • Éditeur : LGF / Livre de Poche
  • Date de Publication : 21/10/2009
  • Format : 110 x 178 mm
  • Nombres de pages : 345
  • ISBN : 978-2-253-08875-2
  • Prix : 4.10 €

 

Numérique

  • Éditeur : Bibebook
  • Date de Publication : 15/10/2015
  • Format : Epub
  • Nombres de pages : 330
  • ISBN : 978-2-8247-0894-2
  • Prix : 0.00 €

Cet ouvrage étant passé dans le domaine public, il existe de nombreuses traductions et éditions actuellement disponibles. J’ai sélectionné trois éditions sans aucun préjugé sur les autres éditeurs. Il s’agit là uniquement de donner quelques références. La version numérique est gratuite, en raison du fait que l’ouvrage est libre de droits. Il existe d’autres versions numériques payantes.

Où l'acheter

Les libraires 1ChapitreFnacDecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau