Feuilles volatiles et bulles de cristal

Bkk couv iris tome 2

4 5

Série : Iris (T.2)

  • Auteure : Dee L. Aniballe
  • Sortie : Mars 2015

 

 

Tome précédent

Bkk couv iris tome 1 sourire 34

Tome suivant

Iris tome 3

 

4e de Couverture

Liam se noie dans sa douleur... Sa confrontation avec l'Anomalie 34, sa perte de contrôle et la mort de sa petite soeur l'ont plongé dans un coma profond. Les mois s'écoulent lentement. Lorsqu'il parvient enfin à reprendre le dessus, il entame un entraînement physique et mental intensif. Pour protéger ceux qu'il aime, il va devoir choisir de nourrir sa haine, ou de la laisser s'envoler...

L'étau se resserre autour de Lulu, qui a de plus en plus peur de ses propres pouvoirs. Elle sait que bientôt, les Grands de l'Organisation viendront la trouver... Dépassée, elle prend la décision de chercher des réponses auprès de l'être le plus puissant de l'Organisation, exilé, caché de tous. Ami ? Ou ennemi...?

Quant à Morgan, son passé le rattrape. La Barrière qui le sépare de son cristal se fissure. 34 le guette. Bientôt, il sera trop tard.

Une suite produisant une intrigue à la hauteur du premier opus, et qui aurait pu faire encore mieux, si l’utilisation des personnages avait été mieux dosée.

 

Résumé :

Liam ne se remet pas de la mort de sa petite sœur, Clara. Plongé dans un profond coma, le jeune homme ne sait pas que pendant son absence ses amis n’ont pas été épargnés. Camille a quitté le groupe et sa famille pour d’obscures raisons, Morgan a disparu sans laisser de traces, et la petite Lulu est de plus en plus terrifiée par son pouvoir qui ne lui laisse aucun répit. Liam va devoir devenir plus fort pour venger sa sœur. Il devra accepter les vérités qui lui seront dévoilées, même si elles doivent lui apprendre que son pire ennemi est plus proche de lui, que ce qu’il croyait.

 

Avis GénéBkk blancral :

  • Le Style d'écriture : 

Tout comme pour le premier tome, on retrouve ce jeu avec les polices d’écriture qui permet d’apporter un côté plus vif dans l’expression émotionnelle des personnages, à défaut de les voir. L’aspect visuel est ici très important, car en plus de cela, le changement de police permet de repérer quand l’intrigue change de positionnement narratif ; ce qui est un point positif important.

J’ai toutefois noté une répétition qui venait assez souvent et pouvant refléter une légère faiblesse sur la narration. Quand une conversation engendre un moment de silence, l’auteure nous le dit explicitement par « un blanc » ou « il y a un blanc », par exemple. En effet, on peut souvent remarquer cela dans les romans, et ce n’est pas gênant outre mesure, puisque cela donne une indication sur le rythme du dialogue, mais également sur les émotions des personnages. Le problème ici est que cela revient régulièrement ce qui apporte une sensation de manque et de creux dans les dialogues, et aussi une certaine d’hésitation. Utilisé trop souvent, on a davantage l’impression que c’est l’intrigue qui peine à reprendre son rythme, et non les personnages qui sont mal à l’aise par rapport à la situation vécue.

À part ces blancs, la plume réussit à rester fluide, ce qui n’a pas toujours dû être évident.

 

  • L'intrigue : 

Je ne suis pas déçue de ce deuxième opus qui échappe à la malédiction des seconds tomes. Mais si ! C’est cette malédiction qui plombe les seconds tomes des trilogies, en se vautrant on ne sait comment sur la poursuite de l’intrigue. Il faut reconnaître que le tome 2 est toujours le plus important dans une trilogie ; car non seulement il doit reprendre les Bkk charniere 313x500éléments du premier tome, répondre à quelques questions pour contenter le lecteur, mais aussi préparer le terrain pour le final. En somme, c’est la charnière sans laquelle rien ne tient.

Je me souviens qu’à la fin de la chronique précédente, je souhaitais avoir davantage de réponses, sans pour autant être noyée par les informations. Je vous avoue que j’avais eu très peur, au vu du grand nombre d’interrogations posées dans le premier tome, d’être noyée par l’info dans celui-ci. Eh bien, je vous rassure, j’ai évité la noyade, car l’auteure avait prévu un bon nombre de bouées de sauvetage aux endroits les plus stratégiques, pour éviter tous problèmes.

Avant d’entrer dans le côté positif de la narration, je vais tout de suite donner les bémols ; car, oui il y en a quand même, mais ils sont moins percutants que les points positifs.

Quand j’ai dit qu’il n’avait pas dû être simple de conserver la fluidité de la plume ; j’entendais par là que certains passages sont d’une grande complexité et ont dû être un enfer à mettre en place. Si l’écriture en elle-même n’en pâtit pas, il y a une sensation d’effet brouillon qui s’installe par moment. La perte de fluidité se situe sur l’enchaînement des événements et non sur le style d’écriture.

Du coup, on a des départs de feu – certes utiles pour la suite – semblant être disséminés un peu au hasard parce qu’il fallait les mettre. J’en conviens, ils peuvent être utiles pour planter le décor et certainement pour distiller ce que l’on va voir dans le prochain tome ; mais, il y a une sensation de gêne, accentuée par la présence d’un grand nombre de personnages. Bkk chat sur ses pattes

Heureusement, l’intrigue réussit toujours à retomber sur ses pattes et à offrir tout ce qu’il faut pour que l’on oublie ces petits tracas. Pris dans son ensemble, et en mettant de côté ces petites gênes, l’arc narratif est plutôt bien construit. Dee L. Aniballe nous fait poursuivre l’aventure sur deux plans temporels distincts ; et, grâce au jeu des polices d’écriture, on sait dans quelle période l’on se trouve. Elle aura également eu la bonne idée d’accorder une place importante à l’axe « passé » qui, sans nous donner clairement toutes les réponses, nous permet d’entrevoir l’articulation de l’histoire. L’avantage de cette technique est qu’elle nous laisse des zones d’ombre qui devraient trouver leur final dans le prochain tome.

 

  • L'univers :

On prend plaisir à retrouver cet univers japonisant qui se dévoile peu à peu.

Beaucoup de choses, comme le système militaire peu abordé dans le premier opus, nous apparaissent d’une autre manière.

Toutefois, il y a encore pas mal de pans qui ne sont pas abordés en profondeur. C’est peut-être voulu, pour laisser suffisamment de matière au tome 3, mais il y a quand même une sensation de gêne. On a toujours un peu la sensation d’être à la dérive sur un certain nombre de notions. Cela rejoint ce que j’avais mentionné la dernière fois ; à savoir qu’il manque au personnage principal, un apprentissage pour nous permettre d’être totalement immergés dans le monde dépeint.

Par rapport aux informations que l’on a, on se dit que Liam est toujours aussi novice que dans le premier tome, ce qui est difficile à avaler. D’accord, on peut dire qBkk mont fuji 313x500u’il a été dans le coma pendant une longue période, mais peut-elle pour autant justifier un tel manque de connaissance de sa part ? Là, il y a peut-être un manque de crédibilité sur l’appréhension de l’univers par le personnage lui-même.

 

  • Les Personnages :

Je suis mitigé sur ce point.

Il y a trop de personnages !

Ça, c’est un fait indéniable. Les groupes sont souvent très gros, il n’y a qu’à voir le groupe de Liam, dans lequel ils sont 5, voir 6 ou 7 en fonction des personnages qui vont et viennent. Et encore plus, si on rajoute tout un pan familial. Ce groupe est assez bien géré, et on a appris à bien les connaître ce qui facilite les choses.  Bkk groupe

Mais, faut pas se leurrer. En ayant autant de personnages à mettre en scène, il y a forcément un moment où les limites sont atteintes. C’est notamment visible sur les autres groupes. Le pan familial que j’ai évoqué compte 7 ou 8 sœurs – même moi je ne sais plus. Il y a aussi un groupe de combattants appelé les Méandres ; là, ne me demander pas combien ils sont, je serais incapable de vous le dire. Sans compter les autres groupes avec des personnages plus que secondaires.

À ce stade arrive ce qui doit arriver, des personnages deviennent complètement inutiles, au point où l'on ne se souvient même pas d’eux ; ou bien, ils quittent le devant de la scène parce qu’ils gênent. D’accord, en fonction de l’intrigue, on n’a pas besoin de tous les personnages pour toutes les scènes, cela va de soi. Sauf qu’entre, ne pas les faire intervenir parce que ce n’est pas leur heure, et ne pas les utiliser au point de les faire devenir, aux yeux du lecteur ,quantité négligeable, y’a une sacrée marge.

J’appelle ça du gâchis de potentiel avec des départs de feu pas forcément inutiles pour le coup. Je préfère encore quand ça s’applique à l’intrigue ou à l’univers, mais surtout pas aux personnages, parce qu’ils n'ont rien demandé.

Le pire est que dans Iris, tous les personnages possèdent un gros capital sympathie, et que l’auteur sait exploiter ceux sur le devant de la scène. Sincèrement, c’est horrible de voir ça, parce que non seulement des acteurs sont utilisés sans raison apparente, mais en plus ils grignotent de l’espace pour les réels intervenants.

Les personnages que l’on apprend à découvrir sont excellents, il n’y en a pas un seul que l’on n’aime pas. Alors – c’est un avis purement personnel –, mais à un moment, faut faire attention à ne pas faire sauter la barrière entre les personnages secondaires, voire tertiaires, et les personnages principaux. Bkk barriere 313x500

 

En Bref : 

En bref, ce second opus d’Iris est de bonne facture. Le jeu des polices d’écriture montre, encore une fois, toute son efficacité en octroyant un visuel sur les émotions des personnages et en clarifiant l’axe narratif.

L’intrigue manque légèrement de fluidité sur l’enchaînement de certains passages, mais cela ne gêne en rien le déroulé de l’histoire, dans l’ensemble, bien maîtrisé. L’utilisation de deux pans temporels permet de dispatcher équitablement les réponses données au lecteur, en l’amenant doucement vers elles et en conservant une bonne dose de suspens.

L’univers pâtit d’une faiblesse du premier tome quant à l’appréhension qu’en fait le personnage principal ; mais il offre également une vision plus approfondie d’un pan jusque là peu clair, le domaine militaire en l’occurrence.

Le réel bémol se positionne sur les personnages qui sont beaucoup trop nombreux et qui, pour certains, deviennent des quantités négligeables, inutiles à première vue. C’est extrêmement dommage, car les personnages sur lesquelles l’action se focalise possèdent un fort potentiel sympathique, peu importe leur rôle dans l’intrigue.

  • Ce que j'attends du prochain tome :

J’attends du prochain tome que les personnages soient tous là où ils devraient être ; et bien sûr un final à la hauteur de la saga.

Points Faibles Points Forts
  • Marquage des blancs dans le dialogue
  • Perte de fluidité narrative
  • Personnages trop nombreux
  • Jeu de police d’écriture
  • Deux axes temporels
  • Dosage du suspens
  • Personnages sympathiques

 

 

Notation : 

Style Écriture :  9.5/10

Intrigue : 8 /10

Originalité :  8.5/10

Univers :  8/10

Personnages :  5/10

Moyenne Globale :  7.8/10

(La note sur les personnages est  à 5 en raison de l’utilisation d’un trop grand nombre de personnages qui affaiblit l’ensemble de l’œuvre. Cette note ne pouvait pas être en dessous de la moyenne, car il serait revenu à pénaliser les personnages correctement exploités).

Sources Illustrations :

http://5dwallpaper.com/fr/wallpaper-white-hd/

https://www.flickr.com/photos/rjaubertseb-/6287912123

http://www.beekoz.fr/nature/animaux-pourquoi-chat-retombe-toujours-sur-ses-pattes-reflexe-de-redressement/

http://www.maxisciences.com/mont-fuji/wallpaper

http://www.clker.com/clipart-group.html

http://zezete2.centerblog.net/rub--bannieres-.html

Extraits

Extrait 1 :

Prologue, p. 9

Il était une fois, tapie au fond de sa cage, une petite fille, très très bizarre... elle avait un regard qui comprenait tout. Un regard qui savait... Aussi profond que le néant, et bien plus sombre que le tien...ou le mien.

34 poussa un râle de plaisir à ce souvenir. Il reprit :

— Ahhhhhh Diadera... Ce n'était pas une petite fille. Elle n'a jamais été enfant. En la voyant, au premier coup d'œil, n'importe qui aurait compris qu'elle était exceptionnelle, la Magicienne... Ah... je la revois dans l'ombre ; toujours dans l'ombre. Ses longs cheveux sombres ; son iris noir, insondable...

Tout le monde redoutait sa présence. Tout le monde en avait peur.
Même moi...

Et elle...? De quoi avait-elle peur...? D'elle même, sans doute. Elle pouvait voir chaque personne dans son entière vérité. Mais elle savait rester de marbre.

Son savoir englobait le passé, le présent, et l’avenir. Quel talent !

À l’époque où ma Barrière n’était pas déchirée… j’avoue, elle me terrifiait, mais je l’enviais aussi…

L’Instance le savait. Et Diadera avait l’âme obscure. Inaccessible. Elle avait quelque  chose de sublime, « d’intact » ; et elle s’est condamnée toute seule !

Malédiction… ? Peut-être… Son équité était devenue son fléau.

 


Extrait 2 :

Chapitre 32, p.479

— Liam, attends ! s’écria Carry en le rattrapant.

Liam ralentit l’allure et attendit qu’elle parvienne à sa fauteur avant de reprendre sa marche.

— Tu veux dire que…

Elle le regardait avec ses grands yeux en amande.

Liam lui lança un sourire éblouissant.

— Je tiendrai ma promesse ! Camille…c’est compliqué, mais…

La jeune fille se tut, mais son visage s’éclaira soudainement. Elle avait l’air soulagée.

Ils cheminèrent ainsi le long de la rue en discutant de choses et d’autres. Ils bifurquèrent sur la droite. La maison d’Acadia se dessina tout au fond de l’allée. La façade, blanche à l’origine, ressemblait désormais à un gâteau grisonnant de suie en guise de crème chantilly. La peinture s’écaillait par endroit.

— C’est vrai qu’un bon coup de peinture…marmonna Liam pour lui-même.

— Ne va pas lui dire ça surtout !

Liam éclata de rire.

— Je sais, j’ai entendu tout à l’heure !

Carry fit une moue renfrognée.

— Elle ne fait pas tache ! C’est vrai qu’elle est un peu…

— Ouais, un peu…

Personne ne parvint à dire ce qu’était la maison, mais ils rirent ensemble jusqu’à la porte d’entrée.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : 
  • Date de Publication : 
  • Format : 
  • Nombres de pages : 
  • ISBN : 
  • Prix : 
 
 

Où l'acheter

L'ouvrage n'est plus disponible en librairie. Je me le suis procuré directement auprès de l'auteure, via Facebook.

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau