Les Chiens

Bkk couv les chiens

3

 

  • Auteur : Allan Stratton
  • Pays : Canada
  • Titre VO : The Dogs
  • Éditeur VO : Andersen Press
  • Sortie VO : 02/2015
  • Sortie VF : 21/10/2015
  • Traduction : Jacqueline Odin
  • Adaptation : Non

 

 

  • Public : Jeunesse
  • Formats Disponibles : Papier / Numérique

4e de Couverture

Cameron devait’ être à l’abri pour de bon, dans cette vieille ferme paumée au milieu de nulle part. Son père ne les dénicherait jamais dans un coin pareil, avait dit sa mère, N’empêche, dès le premier jour, Cameron sent bien que quelqu’un est déjà là. Invisible, mais il le sent. Il l’entend même. Quels secrets va-t-il découvrir dans cette baraque ?

La Critique de ChoupieS

Un récit fantastique où la frontière entre folie et réalité se brouille, et où l’on peine à distinguer le vrai du faux.

Bkk les chiens image 1 ferme abandonnee

Résumé :

Il n’est pas évident de se faire des amis quand on déménage à longueur de temps, sans crier gare. C’est pourtant le quotidien de Cameron, jeune collégien, qui doit échapper à son père. Selon sa mère, il leur voudrait du mal. En attendant, la dernière location trouvée, une petite ferme au milieu des champs, ne lui plait pas vraiment. Là, en effet, aucun risque qu’ils soient retrouvés. Mais sont-ils réellement en sécurité ? L’on raconte en ville que l’ancien propriétaire a été dévoré par ses propres chiens. Alors, quand Cameron perçoit des grondements dans le vent qui souffle, la peur se matérialise au point de le conduire au bord de la folie. Mais, s’agit-il vraiment de cela ?

 

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : Bkk les chiens image 2le cri edvard munch

Dans l’ensemble, l’ouvrage est assez facile à lire. Il n’y a pas de difficultés particulières, une fois que l’on s’est fait à la narration à la première personne et au présent.

On peut toutefois noter quelques constructions grammaticales laissant à désirer et qui perturbent la fluidité du texte. Cependant, je pense que ce malaise est davantage à mettre au crédit de la traduction, que de la plume de l’auteur.

 

  • L'intrigue : 

La trame est plutôt bien construite. Du début à la fin, on se demande où est le vrai du faux. Quand on pense avoir trouvé la solution, on est redirigé aussitôt vers une autre piste. Du coup, on reste dans le flou jusqu’aux révélations finales. J’avais un peu peur pour la fin, mais l’auteur à trouver quelque chose qui tient bien la route, et aucun regret ne pointe le bout de son nez…en tout cas pas de ce côté-là.

Certains points auraient mérité quelques approfondissements, mais leur absence n’empêche en rien de comprendre l’histoire. Le principal est qu’il n’y a pas de sensation d’inachevée. Le plus gros bémol se pose davantage sur le rythme de l’intrigue, un peu lent sur la mise en place.

 

  • L'univers :

L’auteur a choisi pour cadre, les violences domestiques et les conséquences dramatiques qui peuvent en découler. On voit la peur et l’impact émotionnel, mais également social que les victimes peuvent subir. On assiste ausBkk les chiens image 3violence domestiquesi au déni et à l’impuissance des personnes qui sont au fait de ces situations.

Ce qui est également intéressant dans ce livre, c’est l’angle avec lequel l’auteur aborde la dimension fantastique de l’histoire. Les personnes observant des phénomènes paranormaux sont souvent pointées du doigt comme étant folles, au point qu’elles vont même se mettre à douter de leur santé mentale. Allan Stratton joue avec la grande imagination de son personnage pour accroître cette sensation de folie.

  • Les Personnages :

L’histoire n’a rien de spécialement originale. Elle est même plutôt banale. Et pourtant, ce sont ces personnages qui vont en faire une intrigue à part entière, jusqu’à lui faire prendre un aspect Bkk les chiens image 4 faits diversde fait divers ; ces faits que l’on a souvent la curiosité d’aller voir dans les journaux ou à la télé.

Ce qui fait la force des personnages c’est leur ancrage dans la réalité et surtout leur simplicité. On a une femme qui fuit, avec son enfant, les violences domestiques qu’ils subissaient. De là, on entre dans la peau de cet enfant, devenu un adolescent, qui est à juste titre, perturbé par ce quotidien instable et qui se réfugie dans les jeux vidéo et son imaginaire.

Il doit ainsi gérer le stress permanent de sa mère, l’arrivée dans leur vie d’un homme qui s’intéresse à elle, mais aussi les brimades et le harcèlement scolaire ; sans compter le passé peu reluisant de sa nouvelle maison.

On a donc un personnage doter d’une grande force de caractère et qui va affronter, non sans faillir, les épreuves se présentant à lui. On peut se dire que ce jeune garçon est très courageux, mais il en ressort surtout qu’il est seul. Cette solitude le pousse à se raccrocher à tout ce qui pourrait l’aider à la dépasser. Mais, plus il va s’enfoncer dans son enquête et plus cette dernière va s’accroitre. Les personnages secondaires participeront tous à cet état de fait, poussant le héros dans ses derniers retranchements.

 

En Bref : Bkk les chiens image 5 solitude

En bref, Les Chiens est une bonne lecture pour passer le temps. Si certains passages laissent à désirer sur un point de vue grammatical, l’essentiel de la fluidité de l’œuvre n’est pas trop mis à mal.

L’intrigue est bien construite, laissant le lecteur dans le flou, en l’amenant régulièrement vers de fausses pistes. On pourra toutefois déplorer une certaine lenteur dans la mise en place générale. L’univers nous entraîne dans les violences domestiques, en nous montrant deux comportements de victimes, apparemment distincts, mais qui, au final, tendent à se ressembler sur certains aspects.

L’histoire entière tient sur le personnage principal, Cameron, un adolescent qui se retranche dans son imaginaire pour tenter d’échapper à un quotidien qui lui déplait. Or, quand la frontière entre l’imaginaire et la réalité se brouille, la folie n’est pas très loin et les doutes se font plus pressants que jamais.

À ceux qui souhaiteraient tenter une entrée en matière, en douceur, dans le genre fantastique, je recommande cet ouvrage qui joue bien sur le clivage imaginaire / réalité.

 

Points Faibles Points Forts
  • Points de grammaire
  • Quelques pertes de fluidité
  • Rythme lent
  • Intrigue bien ficelée
  • Clivage imaginaire/réalité
  • Personnages réalistes

 

 

Notation : 

Style Écriture : 6.5/10

Intrigue : 7/10

Originalité : 5/10

Univers : 7/10

Personnages : 7.5/10

Moyenne Globale : 6.6/10

Sources Illustrations :

Ferme abandonnée : https://pixabay.com/fr/hant%C3%A9-maison-de-ferme-abandonn%C3%A9s-1310769/

Le Cri d’Edvard Munch : http://commentairesimages.free.fr/index.php?p=le_cri_tableau

Violences domestiques : https://pixabay.com/fr/violence-contre-les-femmes-1169348/

Logo Faits Divers : https://niarela.net/category/societe/faits-divers

Solitude : https://pixabay.com/fr/solitaire-masquage-triste-jeune-1822414/

 

Extraits

Extrait 1 : P.7

UN

Il est 22 heures. Maman est à la fenêtre du séjour, les yeux fixés sur une voiture garée en face. Elle la surveille depuis un heure. Elle a tout éteint pour que cette personne ne la voie.

Je suis en bas dans la salle de jeux devant Zombie Attack. J’ai coupé le son. Je ne veux pas que maman sache, même si je suis presque sûr qu’elle devine. Plus on reste dans le noir, plus l’ambiance devient sinistre.

Maman se fait des films.

Mais si elle avait raison ? Je me concentre sur les zombies. Le silence se prolonge.

— C’est sûrement une fausse alerte, je lui lance.

— Chut ! Ne crie pas.

— Je suis au sous-sol, maman. Tu crois vraiment que quelqu’un peut m’entendre de l’extérieur ?

— Ça suffit, Cameron. Arrête ce jeu et va te coucher.

— Oh ! maman…

— Cameron.

Un zombie surgit de derrière un arbre et m’arrache la tête. Merci maman. Bravo pour ton aide. J’arrête le jeu et je remonte dans le séjour.

Maman serre son portable dans la main.

— Je vais appeler la police.


Extrait 2 : p.50

Je grimpe jusqu’au grenier à foin, en vérifiant que chaque marche n’est ni branlante ni pourrie. Là-haut, c’est vide, à part un seau retourné et des oiseaux sur les chevrons. Là où il y a des oiseaux, il y a des fientes. Pas question de m’asseoir.

Je m’accroupis près du trou. Aucune trace de M. Sinclair. Il doit être encore chez nous. Je regarde la fenêtre de ma chambre. Si mes rideaux étaient ouverts, je verrais tout ce qui s’y passe. J’imagine des rodeurs de nuit qui m’épieraient, cachés ici.

Les rideaux bougent. M. Sinclair est la seule personne dans la maison. Qu’est-ce qu’il fabrique dans ma chambre ?

M. Sinclair sort du hangar avec deux cartons. C’est impossible. Il ne peut pas être en même temps dehors et dans ma chambre. Alors qui est là-haut ?

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Milan
  • Date de Publication : 21/10/2015
  • Format : 155 x 230 mm
  • Nombres de pages : 316
  • ISBN : 978-2-7459-7257-6
  • Prix : 14.50€

Numérique

  • Éditeur : Milan
  • Date de Publication : 21/10/2015
  • Format : Epub / Mobi
  • Nombres de pages : 320
  • ISBN : 978-2-7459-7884-4
  • Prix : 9.99€
 

Où l'acheter

Les libraires 1ChapitreFnacDecitreCulturaPrice minister

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau