Le Boulevard des solitudes

Bkk couv le boulevard des solitudes

4 5 

 

  • Auteures : Alessia Dan & Paula Stefan
  • Pays :  France
  • Sortie : 24/11/2016
  • Adaptation : Non
  • Public : Adulte

4e de Couverture

Lancé à toute allure sur sa moto, Olivier manque de renverser Laurent et chute. Lorsque ce garçon trop blond aux yeux trop bleus l'aide à se relever, Olivier sait déjà que sa vie vient de se jouer sur un coup de frein. Pour Laurent, fuyant le domicile familial et l’indifférence paternelle, les choses sont moins évidentes.

Le temps d'un été perdu au cœur des années 70, ballottés par une société en plein bouleversement, les deux garçons vont se croiser, apprendre à s'aimer, à se déchirer, à se retrouver. À dire adieu à l'enfance pour devenir des hommes avec l'azur de la Méditerranée pour seul témoin.

La Critique de ChoupieS

Ce livre prouve que le sous-genre dans lequel il se trouve peut faire beaucoup mieux que les trois quarts des titres qui s’y trouvent.

 

Résumé :

On pourrait penser que, pour un adolescent de 16 ans, avoir le dernier disque de son chanteur préféré est génial, qBkk nice 02u’avoir au poignet une magnifique montre en or est le truc le plus cool qui puisse exister, que sortir avec ses copains est vital. Mais, c’est faux. La poudre aux yeux ne peut que leurrer quelques instants ; mais manquer de la chose la plus importante laisse des blessures qui conduisent aux confins de la solitude. Et si, plusieurs solitudes pouvaient se combler mutuellement ?

Avis Général :

  • Le Style d'écriture : 

Les auteures nous dévoilent une plume fluide et surtout empreinte de nostalgie. L’écriture colle parfaitement à l’univers choisi et surtout à l’époque travaillée, à savoir les 70’s. On ressent parfaitement cette petite touche de désuétude que l’on ne trouve que dans les romans de cette époque. Cela peut être déroutant pour des lecteurs qui n’auraient jamais lu ce genre d’ouvrage, mais c’est très plaisant.

 

  • L'intrigue : 

On a ici une histoire toute en sincérité.

On suit Laurent, un adolescent qui  a pris la décision de fuir l’autorité paternelle, pour suivre sa propre voie. Il arrive à Nice, où il ne connait personne. Via les rencontres qu’il fera tout au long de son parcours, il va petit à petit découvrir qui il est réellement.Bkk nices 03 313x500

On peut saluer tout le réalisme des situations exposées, même si parfois, elles peuvent se montrer répétitives. On assiste réellement à l’apprentissage de la vie, à l’un des moments les plus charnière de l’existence ; le passage de l’enfance à l’âge adulte.

Il y  a également de la sincérité dans le fait d’avoir voulu raconter une histoire dévoilant, de la façon la plus crue et vraie, les sentiments qu’éprouvent les personnages. Le gros avantage est que les auteures ont réussi à faire cela sans aucune vulgarité. L’histoire n’en devient que plus réaliste et crédible.

Le rythme adopté peut paraître un peu lent, et pourtant il ne dérange pas, car l'on est totalement absorbé par l'intrigue.

 

  • L'univers :

On baigne dans la France des années 70.  Il y a une très bonne maîtrise de l’univers, car on est totalement immergé dans l’ambiance de l’époque que ce soit au niveau musical, social, politique…

Sur le coup, on peut être déstabilisé, surtout par rapport à l’état des mœurs, beaucoup moins libres, et où les non-dits étaient encore plus légion que de nos jours. Une fois que l’on est surpris une ou deux fois, et que l’on se rappelle à quelle époque on se trouve, on arrive à parfaitement en prendre notre partie.

Le vrai cœur du livre ne se situe pas dans l’épisode sentimental que nous pouvons suivre. Le véritable intérêt se trouve dans les messages qui sont éparpillés tout du long, et qui consolident cet univers.Bkk annees 70

Au départ, je pensais sincèrement que j’allais lire une énième romance appartenant au domaine du M/M (roman mettant en scène un héros masculin homosexuel). Il faut dire que les trois quarts du temps, c’est ce que le genre traite. En même temps, comment savoir que le héros est homosexuel, si l’on entre pas dans son intimité amoureuse ?

Eh bien, je me trompais. Ici, les auteures ont su prouver qu’une histoire avec des personnages homosexuels pouvait être capable d’autre chose que de se dévoiler sur une simple base sentimentale et/ou érotique. J’irais même plus loin, en disant que ce livre n’a pas eu besoin d’entrer dans la violence ni de partir vers une direction fantastique pour happer son lecteur dans son univers.

Il y a une grande volonté de dire les choses simplement, de poser des valeurs de respect, de tolérance aussi. Elles l’ont fait à une époque où l’homosexualité était regardée de travers par les gens soi-disant bien pensants. Mais est-ce réellement différent aujourd’hui, au 21e siècle ? Malheureusement, même si les mentalités ont évolué sur beaucoup de choses, il y en a d’autres qui n’ont pas encore trouvé d’écho. Et, se dire que dans ce nouveau siècle, soit quarante ans après les événements de cette histoire, les mêmes iBkk monsieur madamensultes perdurent, n’est-ce pas triste ?

 

  • Les Personnages :

J’ai parlé de sincérité plus haut. Mais si elle existe dans l’intrigue, c’est uniquement parce que les protagonistes se dévoilent un à un avec courage et pudeur. Ils nous autorisent à pénétrer dans leur intimité en partageant avec nous leurs états d’âme les plus profonds. Ils sont des 'Monsieur' et 'Madame' tout le monde, qui n’ont qu’une seule exigence, pourvoir vivre leur vie comme ils l’entendent afin d’obtenir un peu de bonheur.

Le rythme de ses confidences est donné par le jeune Laurent qui, en parcourant sa route, nous offre au passage la possibilité d’entrevoir les autres ; comme s’ils en profitaient pour nous délivrer leur message.

 

En Bref : 

En bref, Le Boulevard des solitudes est un roman qui nous transporte vers des problèmes de notre société actuelle en nous faisant remonter quarante ans en arrière. C’est par une plume empreinte des 70’s que les auteures nous font partager la vie des personnages que nous rencontrons, et ainsi les états d’âme de personnes qui pourraient être un de nos voisins.

Tous les éléments qui composent cette intrigue ont été parfaiteGood morning 695024 640ment bien dosés pour arriver à un ensemble harmonieux. Ce roman appartenant au M/M a su relever le défi. En effet, c’est la romance qui est au service des messages qui sont délivrés et pas l’inverse, comme il est trop souvent le cas dans ce genre.

La sincérité avec laquelle cet ouvrage a été mené le conduit vers un réalisme qui ferait presque oublier qu’il s’agit là d’une fiction et non pas d’un témoignage.

À ceux qui souhaiteraient découvrir un ouvrage sincère et vrai, sans aucune fioriture, je leur recommande cet ouvrage. Ils auront, en plus, le plaisir de découvrir ou redécouvrir l’ambiance des années 70.

À ceux qui souhaiteraient découvrir un roman M/M, je conseille également cet ouvrage qui se situe en haut du panier. Ils pourront découvrir une intrigue  qui s’appuie sur un univers solide, bien bâti, et qui de ce fait, va bien au-delà des romances bas de gamme qui deviennent malheureusement la base du genre.

 

Points Faibles Points Forts
  • Quelques répétitions
  • Écriture en accord avec l’univers
  • Intrigue sincère et réaliste
  • Univers maîtrisé et riche
  • Prise de risque par rapport au genre
  • Messages forts

 

 

Notation : 

Style Écriture : 9/10

Intrigue : 9/10

Originalité : 9/10

Univers : 10/10

Personnages : 9/10

Moyenne Globale : 9.2/10

Sources Illustrations :

Image 1 : http://artmic.eklablog.com/annees-30-a-70-a114048782

Image 2 : http://artmic.eklablog.com/annees-30-a-70-a-la-montagne-et-a-la-mer-a109115390

Image 3 : http://www.nostalgie.fr/annees-70/actualites/les-annees-70-7963

Image 4 : http://listedejuliette.canalblog.com/archives/2011/03/12/20610290.html

Image 5 : https://pixabay.com/fr/bonjour-lever-du-soleil-pur-695024/

 

Extraits

Extrait 1 : Chap.I

― Mais enfin, Marthe ! Que lui a-t-il pris ? Pourquoi avoir fait une chose pareille !

― Peut-être qu’il est simplement malheureux. Ce n’est sûrement pas de sa faute.

― C’est de la mienne, peut-être ! Malheureux ou pas, on ne fait pas ce genre de chose quand on est quelqu’un d’équilibré ! Il toisa Marthe sans aménité.

― Je sais ce que vous pensez ! Je me suis montré maladroit, je vous l’accorde ; mais enfin, ce n’est plus un enfant ! ― C’est vous qui le dites, mais permettez-moi de ne pas partager votre avis. C’est vrai que biologiquement, on peut considérer qu’il n’est plus un enfant… Mais psychologiquement…

― Vous n’allez quand même pas me faire un cours de médecine !

― Non, rassurez-vous, je cherche simplement à vous faire comprendre que Laurent n’a pas encore suffisamment de maturité pour être ce que vous attendez qu’il soit.

― Ce n’est pas une raison pour ficher le feu à la maison !

― N’exagérez pas ! Ce ne sont que quelques broussailles qui ont brûlé.

― Mais enfin, Marthe, suis-je un monstre parce que je me marie après seize ans de veuvage et que j’envoie mon fils dans un collège afin de parfaire son éducation ?

― Ce n’est pas ce que vous faites qui rend Laurent malheureux, c’est la façon dont vous le faites. 17 Gérard écarta les bras en signe d’impuissance.

― Je ne sais pas, je ne sais plus…

― Avez-vous jamais su ?

Un bref instant, ils s’observèrent. Il n’y avait à travers ces deux regards ni haine ni sympathie. Seulement un monde de contradictions.

― Comment va-t-il ?

― Il est prostré, mais c’est normal, il est en état de choc.

Elle se dirigea vers la porte, puis, prise d’un léger remords à l’encontre de Gérard qu’elle sentait désemparé, elle se retourna.

― Voyez-vous, Monsieur, contrairement à ce que vous pensez, Laurent n’en a pas encore fini avec son enfance.


Extrait 2 : Chap. IV

Sur ces mots, il grimpa sur sa moto et démarra, frôlant dangereusement les pieds de Laurent qui ne songea même pas à reculer. Seul, comme coulé dans du marbre, il resta immobile à écouter le bruit de la Suzuki qui s’éloignait. Pourquoi les cigales s’étaient-elles subitement tues ? Et les abeilles qu’avaient-elles à suspendre leur vole ? Pourquoi ce silence et cette déchirure dans sa poitrine. Quels sentiments étaient donc les siens pour éprouver un tel vide ? Il se sentait comme amputé d’une 76 présence dont il avait souhaité se défaire, et il ne comprenait pas la raison de sa peine. Quelque chose chatouilla sa joue gauche qu’il tenta de chasser. Ce n’était qu’une larme, une simple petite larme.

Lorsqu’une main se posa sur son épaule, il sursauta et se retourna, le cœur rempli d’espoir, mais il se heurta à deux yeux verts qui le regardaient avec au fond de la tendresse, ou plus exactement de la pitié. Brutalement, il repoussa cette main qui se voulait amicale, il ne voulait pas être plaint.

― Je peux t’aider ? Je vois bien que tu as de la peine ? demanda avec douceur la jeune femme que Laurent n’avait pu s’empêcher d’admirer tantôt.

― C’est de votre faute, tout ça ! De quoi vous mêlez-vous ?

― Je peux te raccompagner si tu veux ? Je vois bien que tu me détestes, mais avoue que c’était quand même de bonne guerre. Tu me plaisais, je t’ai dragué, quoi de plus normal ? Et puis je n’avais pas l’air de te déplaire non plus !

Laurent ne répondit pas. D’ailleurs qu’aurait-il pu répondre ? Il savait qu’elle avait raison.

Les Éditions

Broché

  • Éditeur : Mix Éditions
  • Date de Publication : 12/11/2016
  • Format : 148 x 210 mm
  • Nombres de pages : 343
  • ISBN : 978-2-37521-026-0
  • Prix : 20.00€

Numérique

  • Éditeur : 
  • Date de Publication : 
  • Format : 
  • Nombres de pages : 
  • ISBN : 
  • Prix : 
 

Où l'acheter

La communauté du BooKKyûden est sur Facebook

 
 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau