#7 Oups, je vous ai fait peur ?

La peur est un thème très prolifique dans les domaines littéraires et cinématographiques. Mais attention à ne pas confondre ses différentes ambiances.


 

Bonjour, à tous

Bon, avant que l’on commence, je tiens à vous prévenir qu’il y a beaucoup de termes répétés dans cette chronique. J’en suis désolée par avance, mais ils sont là pour une meilleure compréhension. Allez on commence!

Je crois que là, vous êtes en train de froncer les sourcils en voyant le titre de cette Histoire de vie, non ? Je veux bien reconnaître que le titre est assez énigmatique, même s’il brille par sa clarté. Ça veut rien dire se que je viens de raconter. En même temps, est-ce que venant de moi, cela vous étonne beaucoup, que je dise des choses complètement incohérentes?

Voilà, vous voyIos emoji emoticone face a hurler de peurez. C’est pas étonnant du tout.

C’est quoi avoir peur pour vous ?

C’est un vaste sujet, je sais. Mais pas d’inquiétude, on ne va pas parler de tous les types de peur, sinon on en aurait pour plusieurs jours, voire quelques semaines.

Dans les peurs, vous avez, les pécuniaires et matérielles, les phobiques, et j’en passe et des meilleurs (Dites en chantant, c'est rigolo...non? OK).

Non! La peur, dont j'ai envie de vous parler aujourd'hui, est celle qui va être à l'origine des œuvres, qu'elles soient littéraires ou cinématographiques, appartenant au genre de l'horreur combiné au surnaturel.

Si vous allez dans la Bibliothèque, et plus précisément dans la liste des genres qui y sont affiliés, vous trouverez une catégorie spécifique pour le genre de l'Horreur. Mais il y a peut-être quelques nuances à faire. L'horreur, l'épouvante et le gore ; pensez-vous qu'il s'agisse de la même chose?

Et si on allait du côté du Larousse, pour voir ce qu'il en dit:

Alors Horreur… h… ho… hor....Ah! Voilà ! Horreur. Bon il y a différents sens, mais je vais prendre le premier, car c'est bien celui-là qui m'intéresse.

"Horreur n.f (lat.horror) sensation d'effroi, de répulsion à l'idée ou à la vue d'une chose horrible; épouvante: Un hurlement d'horreur."

Euh...la vue d'une chose horrible. Y'a pas à dire, ce genre de définition ça aide vraiment. ^_^!

 

Maintenant, passons à l’épouvante. À mon avis, ça ne sera pas beaucoup plus brillant, mais sait-on jamais.

"Épouvante n.f Terreur soudaine provoquer par qqch (c'est écrit comme ça, je fais juste que recopier bêtement moi!) d'inattendue et de dangereux; effroi."

 

Allez, on fait la dernière, "gore". Vous pensez que je ne vais pas le trouver dans le dico ?! Moi je vous parie que si. Attendez, vous avez soulevé le Larousse 2016? Et je vous parle pas du petit format, mais du gros.Larousse 2016

Le voici! Je vous l'avais dit qu'il y serait.

"Gore adj. inv et n.m (mot anglo-amér. "sang séché"). Se dit d'une œuvre de fiction privilégiant les scènes sanglantes."

 

Bon alors vous en pensez quoi?

Moi je vais vous dire ce que je pense. Parce que de toute façon c'est le but de mon Histoire de vie, et puis, parce qu'il n'y a personne pour m’en empêcher. NA!

Même si les définitions du Larousse sont parfois aussi nébuleuses que les mots qu'elles sont censées éclaircir, force est de constater que dans le cas qui nous préoccupe, elles sont plutôt claires.

 

Ces trois définitions signifient une chose. Petit aparté – je vais les appliquer dans un registre littéraire ou cinématographique bien sûr – Aparté terminé.

 

En gros ce que j'en comprends, c'est que l'on peut faire de l'Horreur avec de l'épouvante et/ou du gore, mais que l'inverse n'est pas possible, ou alors, bien difficilement.

Vous suivez le raisonnement ou pas ? Ben, en fait c'est simple. En faisant de l'Horreur un genre à part entière on pourrait associer l'épouvante et le gore comme thème. C'est pas plus compliqué que ça.

Oh quoiiii? Je viens de vous choquer. Je sais, c’est très réducteur, j’en suis bien consciente.

Ah d'accord, vous êtes en train de vous dire "l'horreur, l'épouvante et le gore ne sont pas du tout pareil, et qu'ils sont des Genres à part entière". Euh...c'est bien gentil, mais vous trouvez pas qu'il y a assez de genres ou de sous-genres comme ça, pour en rajouter une louche. Non, mais c'est vrai quoi?!

En fait, si on regarde la finalité de chacun, on peut tout de suite se rendre compte que l'Horreur part dans deux directions. Le sentiment de peur qui ira plus vers l'épouvante; et le dégoût où l’on se dirige vers le gore.

Attention ! Soyons d'accord sur le fait que je ne réserve pas le gore ou l’épouvante au genre horrifique, on peut les retrouver dans bien d'autres genres, comme le Policier par exemple.

Sinon, en prenant en considération ces deux aspects du genre de l'Horreur, on arrive enfin au pourquoi du titre de cette chronique.

 

Ce que je voulais vous faire comprendre, c'est que les deux thèmes que l’on peut rattacher à ce genre sont deux choses totalement différentes, qui se suffisent à elles-mêmes.

Eh oui, il peut y avoir de l'épouvante sans le gore, et le gore ne découle pas forcément de l'épouvante.

Couteau sanglant 2Le problème que j'avais envie de poser aujourd'hui, ce n'était pas "Est-ce que l'Horreur, l'épouvante et le gore sont des genres à part entière?", mais plutôt que l'épouvante est trop souvent ramenée au gore, et cela à tort.

Vous savez, je vais vous confier quelque chose, j'aime les films d'horreur, et pourtant je déteste les films d'horreur.

Rires. Je vous vois encore froncer les sourcils. Non, je ne me suis pas du tout trompée dans ce que je viens de dire. C'est une répétition purement volontaire.

Bon d'accord, je vais m'exprimer mieux que cela. J'aime les films d'Horreur d'épouvante, mais je déteste les films d'Horreur gores. Ça va mieux comme ça?

Mais attention, quand je dis que j'aime les films d'épouvante, je parle  des vrais. De ceux qui vous font vraiment frissonner d'angoisse. Et ceux-là sont malheureusement de plus en plus rares, car ils sont presque exemptes de scènes gores. Or, ce sont ces dernières qui sont de plus en plus sollicités dans ce type d’œuvre.

C'est pareil pour les livres, vous savez.

Le gore aime montrer des scènes dans lesquelles, les gens se font arracher les membres les uns après les autres, et où ils n'ont pas besoin de se ravitailler en peinture sanguine, pendant une bonne décennie (bon y'a pas que ces critères, mais c'était juste pour illustrer). Je n'ai aucun goût pour ces scènes de carnage gratuit, et sans aucun but, sauf celui d'inspirer le dégoût. Par contre, l'épouvante, j'adore ça. Vous savez à quoi l'on reconnaît un film ou un livre de bonne qualité dans ce style?

Eh bien, si après le visionnage ou la lecture d’une telle œuvre, vous avez peur d'éteindre la lumière, et que vous vous dépêchez de vous plonger sous vos couvertures, cela voudra dire qu’elle était vraiment de bonne qualité.

L'épouvante joue sur les peurs de l'inconnu les plus profondes. Elle utilise surtout le côté ésotérique de la chose, avec des démons, des revenants, des fantômes, et auRingtres. Trop souvent, les réalisateurs ou les auteurs pensent que plus ils iront du côté du gore, et plus leurs œuvres seront effrayantes. S'ils savaient à quel point ils pouvaient avoir tort.

Le film d'épouvante, ou même tout simplement le film d'horreur est devenu synonyme de sanglant. Même s’il y a de très bons titres, l’industrie américaine est une véritable catastrophe dans le domaine, surtout quand elle essaie de reprendre les standards nippons comme Ring de Hideo Nakata. Non mais avant de me dire que la version U.S était bonne, est-ce que vous avez vu la version d’origine ? Le premier film bien sûr parce que les suites étaient sans plus. Niveau frisson, la version U.S ne vaut pas l’original, en tout cas, car il lui manque l'essentiel. L'atmosphère et l'ambiance.

J’ai pris Ring parce que c’est un des plus connus, mais y’en a d’autres dans le même cas. Les Japonais savent créer la bonne atmosphère qui sied parfaitement au thème. C’est oppressant, et subtile. « On en montre, mais pas trop non plus pour maximiser le degré de panique ». Hollywood, eux, ils montrent tout. En gros ils jouent aux Expendables.

ChoupieS : LA LOI C’EST MOI !!!!!

Lydie : Non ChoupieS, ça c’est Judge Dredd.

ChoupieS : On s’en fiche c’est le même acteur !

Lydie : Mais oui si tu veux.

 

Il n'y a pas très longtemps j'ai dû lire les cinq premiers chapitres d'un roman, actuellement en cours d’écriture. Je ne peux pas vous le raconter en détail, mais pour faire court, il s'agissait d'une histoire horrifique, ayant pour personnage principal une petite fille de 8 ans partant  en quête de... ça je ne vous le dirais pas; et tout ça dans un monde fantasmagorique. D'ailleurs, je ne pouvais pas m'empêcher de faire une corrélation avec le Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro. Bref, cette petite fille Le labyrinthe de pansubit atrocité sur atrocité. On ne peut pas dire que j'ai détesté, mais le problème est que l'empathie et la peur, que l'atmosphère était censée susciter, se retrouvaient annihilées par une trop grosse dose de scènes de tortures.

Si un auteur veut à tout prix que le dégoût soit présent en premier lieu, alors d'accord, le gore est parfait pour ça. Par contre si c'est la Peur à l'idée de voir surgir le monstre qui se cache dans le placard, alors il faut oublier le gore, parce que là il n'a aucunement sa place.

Je pense que ce qui rime le mieux avec l'épouvante est la subtilité.  Le problème de ce début de livre, dont je vous ai parlé, résidait dans ses descriptions. Elles étaient sublimes, et j'en avais rarement vu d'aussi bonnes. Les comparaisons étaient bien trouvées, mais elles étaient trop nombreuses, et trop détaillées. Là, la description tue la description à ce stade.

C'était vraiment dommage, parce que le côté horrifique faisant frissonner était bien présent au début. J'étais enthousiaste à l'idée de lire un bon livre qui me donnerait la chair de poule. Mais voilà, le gore est venu foutre son nez là où il n'avait pas sa place, et a tout gâché.

L'épouvante doit susciter le malaise, sans pour autant tomber dans la frustration. Plus la part d'ombre d'une situation sera forte, et plus il sera facile au lecteur d'assimiler ces ombres à ce qu'il connaît bien.

 

J'aime beaucoup regarder les docu-fictions consacrés aux phénomènes paranormaux, ponctués de témoignages, ou même les investigations. Ce qui fait le plus peur dedans,Taps ce n'est pas le côté sanglant, puisque bien souvent il n'y en a pas, mais l'amalgame qu'il est possible de faire avec son propre vécu, et surtout la possibilité de se dire que cela peut arriver à n'importe qui, et à n'importe quel moment.

Quoi ? Vous ne me croyez pas! Vous pensez que sans scènes gores, il n’ y a pas d'épouvante?!

Stellyna: Là, je crois qu'ils nous lancent un défi.

Lydie: En effet. Tu crois que c'est faisable pour la fin de la semaine?

Stellyna: Ça fait un peu court, surtout si tu veux que l'autre nouvelle soit publiée.

Lydie: Non, mais là on ne ferait pas une nouvelle entière.

Stellyna: Ok, je vois ce que tu veux dire. Tu veux les mêmes faits, mais d’un côté raconter d'une façon gore, et de l'autre d'une façon épouvante, c'est bien ça?

Lydie: Exact. Tu as une idée à qui l’on pourrait demander de se prêter à notre petite expérience.

Stellyna: Oui, Onzag ?

Lydie: Hum, ouais peut-être. Faut voir s'il serait d'accord

Stellyna: Je vais voir ça avec lui.

Lydie: Alors on dit à fin de la semaine?

Stellyna: Fin de la semaine prochaine au plus tard. Ce que tu es impatiente.

Lydie: Oui, je sais. Merci Stelly.

Bon, eh bien voilà! Rendez-vous est pris pour la fin de la semaine prochaine au plus tard, pour vous prouver, dans une petite scène que l'épouvante sans gore est encore plus terrifiante.

Sur ce, je vous laisse...oh! Et si, vous entendez vos escaliers craquer, des bruits provenant dans la pièce d'à côté, ou l'étrange sensation d'être observé, un bon conseil: réfléchissez à deux fois avant d'éteindre la lumière.

À la semaine prochaine ^_^ !

 


Sources illustrations:

  • http://your-very-good-trip-new-york.com/coney-island/
  • http://www.hebus.com/image-291154.html
  • http://www.amazon.fr/Ring-Trilogie-Coffret-DVD/dp/B0000A12GG/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1444753142&sr=8-2&keywords=ring
  • http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=57689.html
  • http://legende-of-skyblog.skyrock.com

Lydie Histoire Vie Pensées Confidence Peur Horreur Gore

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !