#5 – Moi aussi, je peux écrire – 3e Partie

Après plusieurs d'essais complètement ratés, j'ai enfin trouvé ce qu'il me manquait. C'était pas trop tôt.


 

<  Moi aussi, je peux écrire 2e partie

 

Bonjour,

Waouh, c’est déjà la cinquième semaine que l’on se retrouve pour histoire de vie. Si vous me suivez depuis le début, je vous tire mon chapeau de m’avoir supporté. Si vous venez d’arriver, et que vous comptez poursuivre mes élucubrations, je vous dis bon courage.

Oui, je pratique l’autodérision intensive. C’est un sport de haut niveau. Je pense qu’il devrait être classé discipline olympique.

Bon allez, j’arrête mes bêtises, pour continuer sur celle dont je vous parle depuis déjà deux semaines, mon envie d’écrire.

Alors, après mes divers essais catastrophiques, je vous ai parlé un petit peu de mes personnages. D’ailleurs, si vous êtes allés lire les interviews présentes dans « En direct du BooKKyûden » et le « Oula ! ChoupieS enquête » consacré à la chasse au trésor, vous avez pu vous rendre compte que je ne mentais pas, en disant que mes personnages avaient toute la liberté dont ils pouvaient souhaiter.

Mais laissons les un peu de côté, car ce n’est pas d’eux, dont je voulais vous parler aujourd’hui.

Idee
Avoir des personnages ne m’a absolument pas aidé, à me fixer sur un sujet en particulier. Pourtant ce n’était pas les idées qui manquaient. Mais, je n’arrivais pas à coucher sur le papier (ou l’écran), ce qui me passait par la tête. Dès que je faisais une tentative, l’idée, qui me trottait dans le ciboulot, depuis déjà quelques jours, s’envolait littéralement. Et là, c’était la panne sèche.


Je me disais alors, que jamais je n’arriverais à écrire quoi que soit, de potable. Et puis un jour, alors que je lisais livres sur livres, je suis tombée sur un petit roman des Éditions Harlequin.

Quoi ? Genre vous avez jamais lu un de ces petits romans qui font pas plus de 150 pages. Franchement, quand vous avez envie d’une lecture rapide c’est l’idéal. Bref, revenons à nos moutons, ou plutôt revenons à nos mots. Mariages stories tome 1 mariage pour une rebelle 314282 250 400

Donc, je tombe sur ce petit roman d’Abby Gaines, Mariage pour une rebelle.

Stop. Avant d’aller plus loin sur ce livre, je dois vous dire qu’il m’a fallu trois gros déclics, pour que j’arrive enfin à surmonter le blocage que je faisais, parce que oui, il s’agissait bien d’un blocage. Voilà aparté terminé.

Ce livre d’Abby Gaines, a été le tout premier déclic qui a marqué l’ouverture du verrou, que je possédais inconsciemment. Ne vous méprenez pas. Autant il s’agissait d’une bonne chose pour moi, autant en ce qui concerne la critique, on ne peut pas dire qu’elle ait été bonne. Ben non, ce livre n’est pas terrible du tout. L’histoire est quelconque, les personnages sont peu attrayants, pourtant il y avait de l’idée. Bon promis, je le relirais pour que ChoupieS le critique, et que vous puissiez savoir ce que j’en pense réellement.

Je sais ce que vous vous demandez. Si ce livre est mauvais, comment a-t-il pu constituer un déclic en moi ? Eh bien, c’est justement parce qu’il était mauvais que j’ai eu ce déclic. J’avais déjà lu des livres auparavant qui ne m’avaient pas spécialement plu, comme la saga Twilight ou Fifty Shades, pour citer des œuvres connues. Mais c’est avec ce livre que je me suis dit, pour la toute première fois, et ce avec une grande conviction, que je pouvais faire mieux.

Honnêtement, je suis persuadée que vous aussi, vous vous êtes dit un jour que vous pouviez faire mieux. En tout cas moi, ça a été avec Mariage pour une rebelle.

Deux à trois semaines après cette lecture, lors d’un beau dimanche de la fin du mois d’août, l’inspiration est venue d’un seul coup, alors que je déjeunais. Une fois mon repas fini, je me suis en71rrh otp4l sx355fermée dans ma chambre, et ai allumé mon ordinateur.

Je savais exactement que pour retranscrire l’atmosphère que je voulais, j’avais besoin que mon petit cerveau soit parfaitement dans l’ambiance. Et pour ça, il avait besoin de Rythme & Blues et de Jazz, alors je me suis créé la playlist idéale. Je peux vous dire que les Blues Brothers, avec leur fabuleux «Sweet Home Chicago », Duke Ellington, Ella Fitzgerald, ou encore Louis Armstrong ont parfaitement joué leur rôle.

Et enfin, j’ai pu garder mon inspiration pour écrire ce que j’avais en tête, mais surtout, conserver l’idée qui m’était apparue. J’ai même pu revenir plusieurs fois dessus pour l’améliorer encore un peu.

Attendez c’était hyper méga hallucinant pour moi, sérieux. (auto dérision)

Sinon, tout ça pour dire que c’est cette idée, qui est à l’origine des Chroniques d’Éthra, mais ça je vous le raconterai une prochaine fois, parce que mes petits déboires n’étaient pas encore complètement terminés.


Pour une fois, j’avais enfin réussi à fixer une de mes idées, mais plus encore. Cette idée avait réussi à trouver le bon chemin pour s’étoffer, et m’avait permis de créer tout un univers où j’allais pouvoir m’épanouir pleinement.

Ah ! On peut dire que mon imagination était bien contente que j’arrête de papillonner, sauf qu’elle s’était peut-être un peu trop lâchée sur ce coup-là. D’accord, avec cet univers, j’avais la possibilité de faire tout ce que je voulais, mais il restait encore un problème de taille. Réussir à trouver de bonnes histoires.

Or, celle que j’avais commencée a fini par bloquer, très vite.

Pourquoi ?

Parce qu’il fallait, d’une part que je la transpose à l’univers qui me trottait en tête, bon là ça a été plutôt facile. Mais d’autre part, il fallait que je pose les bases de cet univers. Parce que ce que je ne vous ai pas encore dit, c’est qu’Éthra n’est pas composée d’un monde, mais de toute une multitude.

Oui je sais, je suis désespérante. Mais qu’est-ce que j’y peux moi, si j’ai une imagination complètement mégalomane ?!

Et qu’est-ce qui s’est passé à votre avis quand j’ai pris conscience de ça ? Je vous le mets dans le mille.

Nouveau blocage, qui a attendu un peu plus d’an pour se résorber.

Mais finalement, après avoir réussi à poser l’Histoire de base de ce fameux univers, et de nombreuses hésitations, j’ai pris une bonne fois pour toutes mon clavier à deux mains, me suis lancée dans le vide. Enfin, façon de parler bien sûr.

 

Maintenant, je peux vous le dire, j’ai déjà le premier jet d’un roman de plus de 300 pages, attendant patiemment que je m’attelle à sa réécriture. Sauf qu’avant de m’y consacrer pleinement, j’ai deux autres romans à écrire avant. Les deux romans dont je vous parle sont ceux qui découlent des nouvelles disponibles chez Stellyna, Fantasme et Première représentation. Et puis, j’ai une idée de nouvelle que je laisse se façonner toute seule, comme une grande, dans ma tête, avant de commencer à la coucher sur le papier. Et puis, il y a aussi la toute première histoire qui n’a pas dépassé le chapitre 1. Mais c’est uniquement parce que ce n’est pas encore son heure.

 

Allez une petite conclusion et on se quitte.

Il m’aura fallu plusieurs années d’interrogation, de doutes, et de pleine réflexion, pour enfin trouver ce qui était fait pour moi.

Oh ! Je ne dis pas que je ne me pose plus de questions. Bien sûr que je m’en pose toujours. D’ailleurs, si je ne m’en posais pas, je crois que je devrais m’inquiéter.

Du moment où j’ai compris que moi aussi, je pouvais écrire, j’avais peu de chemin à parcourir encore, pour vraiment m’exprimer. Ce qu’il restait à faire relevait plus du domaine de la technique.


Bon voilà, on en a fini de cette partie sur mon envie d’écrire. Elle nous aura quand même tenus 3 semaines.

Qu’est-ce qu’il y a ?

Aaaahhhhh ! Oui, je vois.

Vous vous dites que j’ai brûler des étapes c’est ça ? Je sais que je vous avais dit que j’avais eu 3 déclics, et que là je ne vous ai parlé que du premier. Mais, c’est normal. Les deux suivants seront abordés un peu plus tard. Donc, vous n’avez pas à vous inquiéter. C’est que, même s’ils ont participé au déblocage de ce verrou, ils n’entrent pas totalement dans l’idée du « moi aussi, je peux écrire », ils relèvent plus de la technique que j’ai adoptée. C’est pour cela que je n’en parlerais pas ici.


Je vous dis donc bonne journée et à la semaine prochaine.


Bye bye ^_^

** FIN **

Comment j'écris - 1ère partie ->

Lydie Vie Pensées Histoire Confidence

  • 1 vote. Moyenne 3.00 sur 5.