#18 – J’ai rien à dire

Que dire quand on à rien dire? C'est toute la question.


 

Supercalifragilisticexpialidocious

Oups, désolé, mais c’est ce qu’on dit quand on n’a rien dire non ? En tout cas, c’est Mary Poppins qui le dit. Image 01 mary poppins 313x500

Bonjour quand même, vous allez bien ?

En ce moment, j’ai un peu de mal à trouver des sujets, que ce soit pour Histoire de vie, le Oula ! ChoupieS enquête. J’ai même des difficultés à écrire les critiques. Je ne sais pas à quoi c’est dû, peut-être la fatigue, le stress d’être de plus en plus overbooké. Alors, quand je me suis demandé ce que j'allais mettre dans ma chronique de cette semaine, je me suis dit que j’allais justement vous parler de ça, du fait de ne rien avoir à raconter.

Depuis le temps, vous devriez être habitué à mes lubies étranges, quand même. Ça ne devrait pas vous étonner.

C’est assez amusant, quand je me dis que je vais vous parler du manque de mots, alors que je suis justement en train de les utiliser.

Ça nous arrive à tous de ne pas avoir grand-chose à dire parfois, ou même de rester sans voix face à une situation imprévue. Personnellement, je trouve que c’est quelque chose de très frustrant que Image 02 bridget jonesd’êtres en panne de vocabulaire dans ces moments-là ! Par contre, il y a des fois, où c’est le contraire qui se produit.

Mais si, vous savez, quand les mots sortent tout seuls comme s’ils avaient été possédés, juste avant, par le démon de la bêtise. Genre, ça ne vous est jamais arrivé de sortir un truc complètement débile au mauvais moment. Et c’est toujours à cet instant précis qu’il n’y a plus un seul bruit, pour que tout le monde entende bien la gaffe du siècle. Dans ces cas-là, seule l’envie de se terrer dans un trouve souris inonde tout votre être.

Bon, j’arrête ma digression – n’empêche ça faisait longtemps que je n’en avais pas fait – et je reviens au manque de mots.Image 03 trou de souris 313x500

Manquer de mots lors d’une conversation, ça peut être problématique en fonction de l’interlocuteur que vous avez en face de vous. Eh oui, cela n’aura pas le même impact qu’il s’agisse d’un ami, que si c’est un banquier, sollicité pour un crédit ou un recruteur lors d’un entretien d’embauche, par exemple. Dans des cas comme ça, on peut vraiment se sentir mal à l’aise, et sentir sa température corporelle monter de deux à trois degrés, alors qu’on est en plein hiver « ouf, c’est moi où il fait chaud ? ».

Après, vous avez les bonnes âmes qui, quand vous leur racontez vos mésaventures, disent « À ouais, non, mais t’aurais trop dû lui dire ça, ci ou cela ». Ce à quoi, on a souvent envie de leur répondre « ouais ben, t’étais pas à ma place, et j’aurais bien voulu t’y voir ». Non, mais c’est vrai. On se sent déjà mal dans ses chaussettes d’avoir été pris au dépourvu, sans qu’on ait besoin que le clou soit davantage enfoncé.

Vous avez aussi les personnes qui savent toujours quoi dire dans toutes les circonstances. Ceux-là, méga respect. Image 05 respectSérieusement, c’est quoi leur secret ? Eux je les admire, parce qu’ils font ça avec classe en plus. Ah oui, alors attendez, je ne vous parle pas des personnes qui se la joue cool, genre « ouais, ben moi tout m’est du, donc tout le monde doit boire mes paroles ». Parce que ces gens-là, ils me font trop rire. Vous savez, ils appartiennent à la catégorie de ceux que j’appelle les « culs de lièvre ».

Là, je vous imagine déjà en train de vous demander, derrière votre écran, mais pourquoi elle nous parle du postérieur d’un lièvre.Image 06 lievre

Je vous explique. Vous avez toujours des gens qui sont toujours à fond dans leur délire « moi je gueule pour un oui ou un non », qui viennent vous voir en vociférant – comme d’habitude – « Mais ouais ! C’est inadmissible tout ça ! etc… » ou encore « Il faudrait trop qu’on dise ça et ci… ». Ouais ben, au moment où il faut vraiment l’ouvrir, toutes ces bonnes âmes révolutionnaires laissent la pauvre petite personne réaliste, qui avait accepté de les suivre – andouille va ! –, en première ligne. Et quand vous vous retournez pour avoir un minimum de soutien, ben eux aussi se sont retournés. De sorte que vous ne voyez plus que leur dos. Donc c’est pour ça que je les appelle les culs de lièvre.

Enfin bref !

Remarquez quand même que de mon sujet initial j’ai pas mal dérivé. Mais bon finalement, le plus grave, est-ce que c’est de ne rien avoir à dire ou de dire des choses complètement stupides ?

Vous savez ce qui me gêne le plus, ce n’est pas de manquer de mots lors d’une conversation. On s’en remet toujours. Si ça n’a pas marché cette fois-ci, c’est pas grave ça ira mieux la prochaine fois.

Non, moi ce qui me gêne, c’est quand je suis derrière Blacklotus (mon pc) ou Jappy mimi (ma machine à écrire) et que les mots ne viennent pas. Parce que dans un cas comme celui-ci, on est seul avImage 07 noeudec soi-même. On ne peut pas rejeter la faute sur un interlocuteur qui nous aurait posé une question alambiquée. Parce que, quand l’inspiration que cherchait désespérément ChoupieS le mois dernier n’est pas là, on ne peut que se pencher sur le nœud du problème à savoir nous même. Ce sont des situations qui obligent à se concentrer sur ce qui nous motive vraiment, et ce n’est pas toujours évident.

La conclusion de cette HV ?

Bah…y’en a pas.

ChoupieS : AH, MAIS SI !

Lydie : ChoupieS, qu’est-ce qu’il y a ?

ChoupieS : Non, mais ça va pas, c’est complètement déprimant ton truc. Moi, je suis pas d’accord ! Et je peux même apporter un super conseil de ChoupieS, d’abord !

Lydie : Houla, euh…

ChoupieS : Mais Si !

Lydie : Bon d’accord, vas-y.

ChoupieS : Si vous avez une page qui reste désespérément blanche, il n’y a qu’une seule chose à faire.

Lydie : Ah oui ? Et quoi, mademoiselle je sais tout ?

ChoupieS : Tourner la page ! Si on n’arrive pas à la remplir, c’est que ça ne doit pas être la bonne. Imange 08 page blanche

Lydie : Pfffff. Le pragmatisme à l’état pur.

ChoupieS : C’est quand même mieux que de ne rien faire du tout.

Lydie : Moui, tu n’as pas complètement tort.

Bon alors, comme ChoupieS l’a dit. En cas de syndrome de la page blanche, tourner là, peut-être que celle de derrière sera plus accueillante. Et puis, le tout est peut-être juste de poser le premier mot.

Finalement, Mary Poppins n’avait pas tort quand on n’a rien à dire, tout ce qu’on peut dire c’est un mot incompréhensible qui finalement permet de tout débloquer.

Heureusement que je n’avais rien à dire, parce que dans le cas contraire, cette HV aurait fait une centaine de pages.

Sur ce, je vous souhaite un très bon mercredi, et je vous dis à dans deux semaines.

Bye Bye ^_^

 


Images :

  • http://moviepilot.com/posts/3544235
  • Monsieur Madame, M. Inquiet, Roger Hargreaves - Hachette Jeunesse, Août 2008, couverture
  • http://movies.stackexchange.com/questions/36052/why-were-mouse-holes-often-represented-in-cartoons-and-movies-like-this
  • http://www.maxisciences.com/temp%E9rature/la-russie-touchee-par-une-hausse-des-temperatures-deux-fois-superieure-a-la-moyenne-mondiale_art12481.html
  • http://www.pincaption.com/images/Facebook-Comments/my-respect/2213
  • http://missgreen4french.weebly.com/pacircques.html
  • https://pixabay.com/fr/corde-nœud-noeud-rosée-fermer-970023/
  • http://blog.zavattar.gayattitude.com/20090422001113/tourner-la-page

Lydie Histoire Vie Pensées Confidence Mots

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !