#4 - Interview - ChoupieS & Lydie : Les critiques (Partie 1)

Tiul : Tu crois que je peux vous poser cette question-là, tout de suite ?

Lydie : Je sais pas trop, peut-être plus pour la semaine prochaine, non ?

Tiul : Ouais peut-être, ça va dépendre si on a le temps ou pas, et si…Ah ! Vous êtes déjà là ?! Salut!

Lydie : (levant les yeux) Oh ! Désolée, bonjour.

Tiul : (Regarde sa montre) Ils sont pile à l’heure, c’est nous qui sommes en retard sur ce coup-là. Et ChoupieS, elle est où ?

Lydie : Aucune idée. Je vais l’appeler, je reviens.

Tiul : Ok. Bon, en attendant les filles, je vais vous faire un petit topo sur ce qui va nous occuper aujourd’hui. Après avoir vu les coulisses de la Bibliothèque générale, on va aller un peu plus en détail sur les critiques. Comme les livres sont lus par Lydie, puis critiqués par ChoupieS, c’est pour cela que je vais les questionner toutes les deux.

Lydie : Elle arrive.

Tiul : Qu’est-ce qu’elle faisait ?

Lydie : (Rires) Tu demandes ce que faisait ChoupieS ? Depuis le temps tu devrais la connaître.

Tiul : (Rires) T’as raison, alors la connaissant, elle devait encore faire une bêtise quelque part.

Lydie : Voilà, t’as tout compris.

Tiul : J’ai présenté à nos amis le programme du jour. Par contre, je viens de penser que…

ChoupieS : SALUUUUUUUTTTTT TIUL ! (saute au cou de Tiul)

Tiul : Salut, ChoupieS, mais tu m’étrangles un peu là.

ChoupieS : (tourne la tête) Ah ! Kikou tout le monde, vous allez bien ?

Lydie : Tu ne crois pas que tu devrais lâcher Tiul ?! Il va finir par devenir tout bleu si tu continues à le serrer aussi fort.

ChoupieS : Ohhhhh, ben c’est mignon les Stroumphs !... Bon, d’accord.

Lydie : Allez viens t’asseoir. Ça va Tiul ?

Tiul : (buvant une gorgée de chocolat) Ouais ça va. On peut commencer ?

ChoupieS : (levant les bras) Ouais... je suis prête !

Lydie : C’est quand tu veux.

Tiul : Ok. Alors, les critiques sont un gros morceau du Palais, c’est même en partie pour cela qu’il a été créé. Combien de temps, en moyenne, demande le traitement d’un livre ? C'est-à-dire de la lecture, jusqu’à la publication de la critique.

ChoupieS : Elle est nulle ta question! Tu connais déjà la réponse.

Tiul : Oh, ChoupieS ! Bien sûr, que je connais la réponse, mais les personnes qui suivent la chronique ne la connaisse pas forcément.

ChoupieS : Ah d’accord. Elles seront toutes aussi nulles alors.

Tiul : (lève les yeux au ciel)

Lydie : Bon, je vais débuter la réponse, sinon on est pas près d’avoir fini. En ce qui concerne la lecture, c’est un peu difficile de te donner un chiffre exact, ça dépend du livre.

Tiul : De sa taille ?

Lydie : Contrairement à ce qu’on pourrait penser, non. Je peux très bien lire un livre de 700 pages en 2 jours, comme je pourrais en lire un de 150 pages en 2 semaines. Ça dépend surtout de l’intrigue. Plus elle va être addictive, et plus le temps de lecture sera réduit. Donc, je peux mettre entre 1 journée à 2 semaines, en général. C’est rare quand je dépasse les 2 semaines.

Bruit de papier froissé

Tiul & Lydie : (regarde ChoupieS, qui a sorti une sucette, à la cerise bien sûr)

ChoupieS : Qouaaah !

Lydie : (arrache la sucette de la bouche de ChoupieS)

ChoupieS : Mais aaaaaaaahhhhhh. Ma sucette ! Queen Lydie, rends-la-moi.

Lydie : Non ! Tu l’auras quand on aura fini l’interview, et si tu réponds correctement aux questions de Tiul.

ChoupieS : Vous voyez, vous êtes témoin de la maltraitance dont mes couettes et moi sommes les pov' petites victimes.

Lydie : Quest-ce que viennent faire tes couettes dans tout ça ?

Tiul : J’y crois pas. Si les enfants maltraités l’étaient comme toi, le monde serait paradisiaque.

ChoupieS : D’accord, puisqu’on me torture, j’ai pas le choix. Bon, pour la partie critique, étant donné que je suis formidablement bien organisée, il faut environ entre 2 à 3 heures, pour l’écriture, la recherche d’illustrations, et la mise en page. Mais, ça peut arriver qu’il faille un peu plus de temps. Je suis pas forcément inspirée pour toutes les critiques.

 

Tiul : D’accord. À quoi peut-être dû ce manque d’inspiration ? Est-ce que ça signifie que le livre est mauvais?

ChoupieS : Oh non, pas du tout. Ça peut dépendre de plein de choses. Les livres qui vont vouloir passer un message bien précis seront plus faciles à critiquer que les autres. Tout comme ceux qui auront une intrigue plus consistante par exemple.

Tiul : Il y a actuellement 12 livres critiqués dans le BooKKyûden. Parmi ces livres est-ce que tu peux nous donner des exemples ?

ChoupieS : Euh…

Lydie : L’Appel du Coucou, non ?

ChoupieS : Ah oui, t’as raison. L’Appel du Coucou de Robert Galbraith a été la critique la plus facile à faire. En une heure, à peine, l’écriture était terminée. Elle a aussi été la toute première à avoir été faite en version longue, sans sous-titrage.

Lydie & Tiul : (rires)

ChoupieS : Ben c’est vrai. D’ailleurs, les quatre premières, à avoir figuré sur le site, ont été les plus simples à faire. Parce qu’il y a eu un temps de battement entre la lecture et l’écriture de la critique.

 

Tiul : Ah ! Donc, quand tu écris la critique tout de suite après la lecture, tu as plus de difficultés?

ChoupieS : Ben oui…mais c’est dur à expliquer, euh… Queen Lydie, au secours !

Lydie : Ce qu’il y a, c’est que pour critiquer un livre, il faut savoir se détacher un peu de la lecture.

Tiul : Ouh ! C’est pas un peu bizarre ?

Lydie : Non. Quand tu termines un livre, les émotions prennent le pas sur la raison. Elles sont à vifs, que le livre soit bon ou mauvais. Par exemple, sur un mauvais livre, je suis très en colère parce que j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps, c’est tout l’inverse pour un bon roman, où je suis euphorique. Les émotions sont trop intenses, c’est pourquoi je passe le relai à ChoupieS qui aura une vision plus objective.

ChoupieS : En fait, si tu préfères, il faut que Lydie se détache suffisamment pour que je puisse intervenir, et analyser l’œuvre objectivement.

Lydie : Tu vois que tu savais l’expliquer. T’avais pas besoin de moi.

ChoupieS : Oui, mais je suis sûre que si je dis une bêtise, ma sucette restera ton otage.

Lydie : Pffffff. Mais non, t’en fais pas.

Tiul : (rires) Ah, ChoupieS, toujours le mot pour rire. Bon, si je comprends bien. En laissant passer une à deux semaines, par exemple, entre la lecture et l’analyse, le détachement se fait plus facilement, puisqu’entre temps tes émotions, Lydie, se seront focalisées sur un autre livre.

Lydie : C’est exactement ça Tiul.

Tiul : Mais alors, là le dernier livre que tu as lu c’était Camille et la perruche rouge de J. Pierson, que tu as fini le 30 septembre, et dont la critique a été écrite le lendemain. En suivant votre logique, tu as dû avoir beaucoup de difficultés, ChoupieS, à faire ton analyse?

ChoupieS : Un peu oui, et c’est là où les critiques peuvent prendre plus de temps. En fait, le mieux, c’est une semaine de battement pour l’écriture de la critique. Parce qu’il faut que Lydie se détache suffisamment, mais pas trop non plus, pour qu’elle garde en mémoire le reliquat des émotions ressenties. Quand trop de temps est passé, je n’ai pas suffisamment de matière pour décortiquer le livre en profondeur. C’est comme une crevette pas fraîche.

Lydie : Une crevette pas fraîche ?

Tiul : Là, je vois pas le rapport avec la fraîcheur d’une crevette.

ChoupieS : Mais si ! Une crevette pas fraîche, ça a une sale tête et ça pue, t’as qu’une envie, la fuir. Et ben, un livre lu il y a trop longtemps, c’est pareil. Il est pas frais. Du coup, essayer d’en faire la critique ça me donne envie de fuir.

Tiul : Euh…

Lydie : Laisse Tiul, c’est la logique de ChoupieS. N’essaye pas de la comprendre, sinon c’est le mal de tête assuré.

 

Tiul : Si tu le dis. Sinon ChoupieS, tes critiques sont parfaitement structurées. Après une petite phrase d’accroche, tu fais un bref résumé de l’histoire. Ensuite, tu commences par le style de l’auteur, suivi de tout ce qui compose l’histoire et d'un petit récap'.

ChoupieS : Oui. On peut pas tout mélanger. C’est pas parce que le style de l’auteur ne plait pas, que l’histoire est mauvaise.

Tiul : Alors, tu analyses le style en te détachant de l’histoire?

ChoupieS : Ben oui, ça serait injuste de donner une mauvaise note à un livre, sous prétexte que le style de l’auteur n’a pas plu à Lydie.

Tiul : Lydie, t’es d’accord avec ça ?

Lydie : Ah oui, complètement.

ChoupieS : Moi, mon but, c’est d’être le plus objective possible pour rendre, au plus juste, la teneur du livre. Après, l’analyse n’engage que moi. C’est évident que les gens peuvent ne pas penser la même chose. Je vais pas les agresser sous prétexte qu’ils ont pas le même avis.

 

Tiul : Vous n'avez pas eu de retour négatif sur une critique ?

ChoupieS : Non pas pour l’instant. Ça viendra certainement. Je suis pas naïve, et j’ai pas non plus la science infuse. C’est clair qu’un jour des personnes, qui seront ultras fans d’une œuvre que j’aurai descendue, voudront m’asséner des remarques blessantes. Ce jour-là, je plains les personnes qui auront eu le malheur de faire ça, parce qu’ils auront Queen Lydie sur le dos. Ouuuuh…. et quand Queen Lydie est en colère, ça fait mal.

Tiul : Je confirme. Elle se met pas souvent en colère, mais quand elle le fait, c’est tous aux abris. Un peu comme Reï.

ChoupieS : Tu m’étonnes, quand elle est en colère c’est la Reine de Cœur, version Dragon.

Lydie : Ça va, je vous gêne pas trop là !

Tiul : (rires) Non, mais sérieux Lydie, c’est la vérité. T’es mauvaise au possible quand t’es en colère.

Lydie : (croise les bras) Je sais, c’est pour ça que je garde mon calme le plus longtemps possible. Une petite précision sur ce que ChoupieS a dit. Elle a raison, mais seulement dans le cas, où l’avis sur la critique ne serait pas constructif. Ça ne me dérange pas qu’une personne dise « je ne suis pas d’accord, parce que…ou je pense plutôt ça de ce point… ». Là, il n’y a aucun problème, car il peut avoir un échange intéressant sur le livre. Par contre, je ne tolérerai aucune insulte, ou dénigrement gratuit, et de pure méchanceté sur le travail effectué. Si  ça devait arriver, c’est certain que je remettrai très clairement la personne à sa place.

ChoupieS : Je mâche pas mes mots quand je fais une critique, je dis ce que je pense. Et parfois, ce que je pense peut s’exprimer de manière virulente dans une critique. Mais je ne le ferais jamais sans arguments derrière.

 

Tiul : Oui, d’ailleurs. Pour l’instant, aucune critique n’a obtenu de Choup’Note inférieur à 3, donc c’est au-dessus de la moyenne. Est-ce qu’il y aura des livres avec un Choup’Note plus bas, voire à 0 ?

ChoupieS : Oui, je pense. Par contre quand, c’est à Queen Lydie de répondre.

Lydie : C’est bien que tu poses la question, parce que j’y pensais. Je souhaite, en effet, que les personnes puissent voir à quoi ressemble un livre que nous considérons comme mauvais. Et là, je peux assurer qu’ils risquent d’être choqués. On m’a déjà dit que ChoupieS avait été dure sur certains des livres critiqués. Ce n’est rien du tout à côté de ce qui va arriver.

ChoupieS : Oh ben oui alors. J’ai été gentille, jusqu’à présent. Après, y’a une nuance à faire sur les livres considérés comme mauvais. Il va avoir les livres mal exploités, dans ce cas la critique sera mauvaise, mais le ton de l’analyse marquera plus la déception ressentie. Et, par contre, il y aura les livres qui seront dans la catégorie « Je me fous clairement de mes lecteurs ». Les livres que je mettrais dans cette catégorie seront clairement descendus en flèche, et de façon très virulente. Là, c’est la colère pure que j’exprimerai.

Lydie : J’en ai déjà un en vu, pour chacune des catégories. Je n’aime pas perdre mon temps sur des livres où le lecteur est pris pour un abruti.

Tiul : Ah oui ! Là, c’est clair. Elles seront disponibles la semaine prochaine ces critiques?

Lydie : J’hésite encore, mais c’est fort probable.

Tiul : Oula, je sais pas qui sont les auteurs concernés, mais j’ai mal pour eux. Bon, les filles, je vais devoir vous quitter. ChoupieS, je t’ai trouvé très calme, tu es encore malade?

ChoupieS : Ah vilain! Non, je suis plus malade, mais on parlait des critiques, donc c’est sérieux. Et puis y’a plein de questions que t’as pas posées en plus. Même si elles sont stupides.

Tiul : Je sais, mais je reviendrais.

ChoupieS : Youpi ! Bon maintenant, gentille Queen Lydie, je peux avoir ma sucette?

Lydie : Ah oui ! Parce que maintenant c’est gentille Queen Lydie. C’est bizarre, mais j’ai cru que j’étais plutôt la Reine de cœur version dragon?

ChoupieS : Aaaaaahhhhhh…En vérité…c’est Tiul qui, hors caméra, m’a demandé de t’appeler comme ça, j’y suis pour rien.

Tiul : Hey ! Non mais petite peste, je comprends mieux pourquoi Stellyna t’a surnommé comme ça.

Lydie : Ola, ne vous battez pas tous les deux. C’est bon, tiens reprends la ta sucette. Elle est dégoutante en plus.

ChoupieS : Hihi !

Lydie : Quand est-ce qu’on te revoit Tiul ? La semaine prochaine ?

Tiul : Euh…je t’avais dit oui, mais non en fait, je vais pas pouvoir. On se retrouve dans deux semaines plutôt.

Lydie : D’accord.

 

Tiul : Merci, à vous de nous avoir suivi, j’espère que vous avez été un peu plus éclairés sur les critiques que vous pouvez lire. Apparemment, la semaine prochaine, vous aurez droit à des critiques volcaniques. Et puis, on se retrouve dans deux semaines pour qu’elles n’aient plus du tout de secrets pour vous. Bonne journée, et au revoir.

ChoupieS : A Tchachoo ChTouchty

Lydie : (Lève les yeux au ciel) Bye bye ^_^

Critique ChoupieS Lydie Interview Tiulsun

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !